16 juillet 2024
Paris - France
AFRIQUE

INTERVIEWS/PORTRAITS D’AMBASSADEURS : Armand Guy Zounguere-Sokambi ancien ambassadeur de Centrafrique

Diplomatie multilatérale … Diplomatie financière et Diplomatie environnementale.
  

COUP DE PROJECTEUR

sur la trajectoire  atypique de l’Ambassadeur Zounguere-Sokambi

Avant-Propos

Le parcours de l’Ambassadeur Armand Guy Zounguere-Sokambi  a été dès son enfance marqué par ses rencontres avec des hommes politiques, des diplomates chevronnés et par son intérêt pour la Nature.
Cela n’a pas été facile de lui faire accepter de répondre à nos questions sur sa personnalité et sur son parcours de diplomate, tant l’homme est discret. Un parcours de vie et un cursus universitaire où s’entremêlent stratégie et prospective ont renforcé ses prédispositions d’observateur.
L’homme vous met à l’aise d’entrée de propos mais demeure prudent et son sens de discernement en action. Diplomate de toute instance, il demeure alerte.
Faisant de l’industrie du savoir et des connaissances son credo et préoccupé à faire le plaidoyer pour la biodiversité en Centrafrique et en Afrique centrale. Il est cofondateur du Groupe Kara (Fonds d’investissement et Société de Conseil en Investissement) et de Kara Nature, une association constituée en laboratoire d’idées pour la sauvegarde de la chaîne de valeur des biens et services des aires protégées en Centrafrique et de la Forêt et bassin du Congo.
Il est Grand Officier dans l’Ordre National de la Dignité centrafricaine et Commandeur dans l’Ordre de la reconnaissance Communautaire (CEMAC).
 Bonjour Ambassadeur Sokambi, si vous deviez faire votre auto portrait que diriez-vous de vous ?
Je ne suis pas dépourvu de sourcils et de cils comme Monna Lisa, La Joconde pour qu’un auto portrait puisse être attrayant. Laissons Léonard de Vinci parler de son œuvre (rires). Un auto portait venant de la même personne a le risque être ostentatoire.
✒️Mon auto portrait : 
Il est libre dans ses propos. Il déteste l’exploitation de l’ignorance du savoir et des connaissances, toujours prompt à dénoncer les abus de pouvoirs -il en a souvent payé le prix-. Il prône les valeurs humanistes et intellectuelles pour l’amélioration de l’Homme et de la société. Il s’avoue pugnace…
 À quelle carrière vous destiniez-vous à 20 ans ?
C’est l’âge des choix incertains, je rêvais de faire médecine tout en admirant le métier de Diplomate qu’incarnait pour moi un de mes oncles, l’Ambassadeur Pierre Simon-Pierre Kibanda.
Comme beaucoup d’étudiants, j’ai travaillé pour faire face aux frais de mes études, une formation d’aide-soignant m’ayant permis de travailler de nuit à l’Hôpital de Meulan (Yvelines). Concilier études et travail n’est pas chose aisée pour satisfaire un rêve de s’inscrire en 1ère année de médecine. L’idée d’emprunter le chemin de la profession de kinésithérapeute m’a quelque peu effleuré l’esprit.
J’obtiens mes diplômes de Licence et Maîtrise en Administration des Entreprises ; mon mémoire de fin d’étude portant sur les Perspectives de Développement économique en Pologne (L’époque de Lech Walesa). Le processus de l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne m’incite à suivre un cursus de formation qualifiante en économie du développement ainsi approfondir mes connaissances en politique externe de l’Union européenne et sur les relations Union européenne/Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).
Des rencontres vont dessiner ma carrière, une rencontre avec l’Association pour la Fondation France-Pologne et ensuite avec M. Ange-Félix Patassé en exil en France. La première me donnera l’opportunité de découvrir les mécanismes des décisions européennes et la complexité des relations multilatérales de la Pologne, découvrir la Pologne pour la collecte des matériaux de ma recherche et le second m’offrira l’opportunité de m’impliquer des questions du partenariat au développement ACP/Ue ; conventions de Lomé ainsi que des FED. Ceci sans le vouloir me ramènera vers un rêve caché. Être diplomate. Diplomate comme un de mes oncles, Tonton KIBANDA.
 Comment s’est traduit par la suite, vos relations avec M. Ange-Félix Patassé ?
A la date des résultats des élections présidentielles en Centrafrique, par lesquelles, Ange-Félix Patassé fut élu Président de la République centrafricaine, je me trouvais en Pologne pour une mission de l’Association de la Fondation France Pologne.
Le 4 novembre 1993, j’effectue le déplacement à Bangui et avais été reçu en audience par le Président de la République. Sous mandat de chargé de mission auprès de l’Association pour la Fondation France Pologne, je faisais périodiquement des déplacements à Bangui et traitais en informel les dossiers de coopération au développement du Fonds FED.
Je fus nommé Représentant Permanent Adjoint de la République centrafricaine auprès de la Commission européenne à l’Ambassade de Centrafrique (Belgique).
Deux années plus tard, le Président de la République me confia la charge de représenter la République centrafricaine en qualité de chef de mission et d’Ambassadeur près du Royaume de la Belgique, du Grand-duché de Luxembourg, des Pays Bas, de la Norvège, du Danemark et l’Union européenne.
La charge de chef de mission, Ambassadeur de Centrafrique en Belgique me sera confiée durant plus d’une dizaine d’années. Cette longévité me donnera la position de Vice-Doyen du Corps Diplomatique du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).
 A la fin de votre mission d’Ambassadeur de Centrafrique en Belgique, vous avez été nommé Ambassadeur, Représentant Permanent de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC)… 
Effectivement, le 15 janvier 2013, j’ai été nommé Ambassadeur, Représentant Permanent de la Région Afrique centrale (CEEAC) avec résidence à Bruxelles (Belgique) auprès de l’Union européenne, de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), de l’Organisation Internationale de la Francophonie et du Secrétariat général du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Une première pour la CEEAC, c’est sans doute la traduction d’une vision multilatérale de M. Nassour Guelengdouksia Ouaïdou (Secrétaire Général de la CEEAC (2012-2013, Ancien Premier ministre du Tchad de 1997 à 1999).
 Quels souvenirs conservez-vous de votre carrière de diplomate multilatéral ?
Les souvenirs… je pourrais vous en citer deux ou trois. 
 
Le premier est le dialogue politique entre la délégation ACP et Cuba à la Havane, conduit par la République centrafricaine assurant la présidence en exercice du Groupe des États ACP. Fidel Castro, Président de Cuba nous accorda une audience de 1h du matin à 4 heures.
Un personnage ! De ces échanges, il vous reste des leçons d’humilité devant les grands problèmes du monde. Il fallait tenir ce défi d’organiser un dialogue politique ACP/Cuba face à la réticence du Comité des Ambassadeurs de la Commission européenne.
Le second souvenir fut la signature de l’Accord de Cotonou -Accord de Partenariats ACP-CE, le 25 juin 2000 à Cotonou (Bénin) sous la présidence en exercice de la République centrafricaine.
Une fierté de contribuer en tant qu’Ambassadeur à la visibilité de son Pays et de voir son drapeau flotter à la Présidence du Groupe des États ACP.
Le troisième souvenir me ramène à la présentation de mes lettres de créances à Sa Majesté, le Roi Harald V de Norvège. En pleine audience dans le salon d’apparat du Palais à Oslo, mon épouse et moi apercevons des passants traversant le jardin royal … le Souverain lut notre surprise et étonnement, il s’interrompit et me dit  « M. l’Ambassadeur, il n’y a pas de barrière autour du Palais royal. C’est un lieu public ». Quelle belle leçon du bien public commun.
 Nous avons lu que vous aviez été chargé de cours à Lille 2, où 
trouviez-vous le temps pour vous consacrer à l’enseignement ? 
Après une dizaine d’années en poste en tant que Chef de mission diplomatique, mon attrait pour le savoir intellectuel me fait reprendre en parallèle le chemin de la faculté des Sciences juridiques, section Sciences Politiques (Université Lille 2 – France).
J’ai encore à l’esprit l’interrogation du Doyen de la Faculté, « M. l’Ambassadeur, vous avez coché toutes les cases des Sciences politiques, qu’attendez-vous des cours en Sciences Po ». Je lui ai répondu que je savais jouer la musique politique mais pas lire les notes de musique en Sciences Politiques … et revenais à l’université pour apprendre à lire les notes.
Il fallait répondre aux exigences du système LMD (Licence, Master, Doctorat) pour prétendre à une inscription en année de Doctorat. Chiche !! c’est parti… je m’inscris à la faculté de Sciences Politiques à Lille 2 et obtiens mon Master 1 et 2 – spécialité Action Humanitaire et crises – et ensuite un doctorat avec comme sujet de thèse : les influences multilatérales dans le Golfe de Guinée.
Je bénéficiais de l’autorisation de Monsieur le Secrétaire Général de la CEEAC pour être chargé de cours en Master 2 à l’Université Lille 2 (France). Mes cours ont porté sur les questions de relations extérieures de l’Union européenne et de l’Architecture paix et sécurité de l’Union africaine.
Ces mêmes thèmes m’amèneront à intervenir sur l’invitation de M. Christian Deblock, Professeur titulaire, chercheur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), département de sciences politiques, à des conférences/causeries.
 Vous reste t-il du temps pour une vie privée ?
C’est en prenant du temps pour une vie personnelle qu’on peut avoir de l’énergie pour une vie professionnelle. Le diplomate peut avoir une vie personnelle.  Les occasions sont multiples pour qu’il profite du temps pour le sport (marche, le golf), pour la culture (visites de musées, des rencontres universitaires), et pour la musique.
Le diplomate a également le privilège et l’opportunité de voyager. C’était parfois pour moi l’occasion de voyager en famille en période de vacances scolaires, un plaisir d’embarquer les enfants avec soi.
 Dans quel domaine vous êtes-vous reconverti ?  
En 2015, j’ai occupé les fonctions de Vice-Président de la Banque de Développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) et Président ad intérim après la nomination du Président Abbas Mahamat Tolli au poste de gouverneur de la BEAC (Banque des États de l’Afrique centrale).
Le 21 juin 2017 à Rabat, j’ai signé une convention avec M. Mohammed Boussaid, Ministre de l’Économie et des Finances du Royaume du Maroc pour la prise de participation du Royaume du Maroc au capital de la BDEAC.
Le 31 décembre 2017, j’ai achevé le mandat de la République centrafricaine au poste de Vice-Président à la BDEAC.
En 2018, je suis devenu Président du Conseil d’Administration du Fonds Kara Investment Fund, Fond d’Investissement domicilié au Luxembourg (Grand-Duché) et Administrateur de Kara Capital, société de Conseil en Investissement (Belgique).
 Il n’y a pas qu’une vie dans la vie… pensez-vous déjà à la prochaine étape ?
Les vies adultes d’aujourd’hui sont devenues plus longues, plus connectées et plus mobiles qu’autrefois. La plupart des adultes vivent plusieurs vies en une. Profitons-en pour partager les valeurs humanistes, le savoir et les connaissances.
L’État centrafricain a promulgué le 30 novembre 2020, la loi portant code de gestion de la faune et des aires protégées en République centrafricaine notamment la création d’une agence nationale de gestion des aires protégées. Une opportunité pour le plaidoyer de cette réappropriation par la jeune génération des savoirs et connaissances fauniques et de la biodiversité.
Préoccupé à promouvoir la connaissance et le savoir sur les aires protégées, j’ai cofondé KARA NATURE, une association de droit centrafricain pour la réappropriation du patrimoine de la biodiversité.
La prochaine étape, c’est un défi à relever :  créer les conditions de la réappropriation culturelle des aires protégées par la jeune génération et constituer par le groupe de travail thématique des forces de propositions pour la mise en œuvre de l’Agence Nationale de Gestion des Aires Protégées.
KARA NATURE est membre de réseau des Experts de développement des Territoires et du Tourisme en Afrique Centrale (RETAC). Une association à vocation sous régionale qui travaille dans le cadre de la valorisation des secteurs de l’économie verte en Afrique centrale
KARA NATURE a accompagné l’association Éco-cités pour l’organisation d’un séminaire sur l’économie circulaire /Africa 21 du 24 au 27 octobre 2022 à Orléans (France) ; cela a donné l’opportunité de partage d’expériences entre les collectivités de la région Centre-Val de Loire et les institutions des secteurs public et privé d’Afrique sur le traitement, la gestion et la valorisation des déchets. Partage d’expériences entre les collectivités de la Région Centre.
 La situation des Parcs nationaux en Centrafrique vous préoccupe, Comment imaginez-vous les actions de l’Agence Nationale de Gestion des Faunes et Flores ? 
J’ai découvert la richesse de la faune et de la flore du parc national du Manovo-Gounda St Floris dans les années 90. Il y a de cela 2 ans, j’ai lu un rapport du Bureau régional pour l’Afrique de l’UNESCO sur les patrimoines en péril dont le parc national de Manovo du fait des braconnages. Après avoir procédé à des échanges avec une association de juristes sur le corpus juridique relatif au droit international public des faunes, des parcs nationaux et des aires protégées ainsi que pour l’intégrité territoriale de la faune et de la communauté locale, j’ai élaboré une note de cadrage sur la réappropriation des savoirs et des connaissances de la biodiversité et l’éco-tourisme en Centrafrique.
Cette note de cadrage fut envoyée aux instances dirigeantes de la COMIFAC et l’équipe du Bureau régional pour l’Afrique de l’UNESCO. Ces institutions ont été accessibles à nos suggestions.
Depuis le réseau de réflexion s’agrandit avec d’autres associations et agences nationales des aires protégées.
KARA NATURE est invitée par l’Agence Nationale des Aires Protégées d’Albanie du 30 octobre au 2 novembre prochain à Tirana pour des visites de sites et échanges sur d’éventuels partenariats.
Le défi majeur de cette agence nationale serait de mener une politique de réappropriation culturelle par la population africaine de la biodiversité, de leur proximité avec la nature et la sauvegarde des droits inaliénables de la population autochtone ainsi que de la place de l’Homme dans cette politique.
Elle devrait s’inscrire dans l’utilisation des outils et des méthodes à hautes technologies de surveillance et de suivi écologique pour les parcs nationaux.
L’Agence Nationale de Gestion des Faunes et Flores serait également un outil de diplomatie environnementale et financière pour la République centrafricaine.
Une réflexion prospective permettrait de tracer des pistes de formulation des propositions sur le système de gestion et de ressources financières permettant à l’Agence nationale de se doter d’un mécanisme durable d’autonomie administrative et financière.
 La personne que vous êtes aujourd’hui a-t-elle réalisé ses rêves d’enfant ?
Les rêves d’enfant nous accompagnent tout au long de notre vie. Je pense qu’il me faudra plus d’une vie pour réaliser mes rêves.
J’ai la faiblesse de croire que nous devons accompagner cette jeunesse africaine qui rêve de se réapproprier son histoire et son environnement naturel. Les politiques publiques devraient accroître les conditions d’accompagnement et de mesures incitatives pour la réalisation de ces rêves.
J’ai sans doute eu l’opportunité de rencontrer de bonnes étoiles qui ont aidé ce parcours de vie.
Propos recueillis par Nora Ansell-Salles  Legrand auprès  de l’Ambassadeur Armand Guy Zounguere-Sokambi 
 
Ndlr : le morceau  musical Sky🎶  est signé de White Corbeau qui n’est autre que le fils de l’ambassadeur.
X