26 mai 2024
Paris - France
POLITIQUE

Alassane Ouattara, Félix Tshisekedi, Amadou Ba

Petites confidences et grandes intrigues. Chaque jeudi, Africa Intelligence plonge dans les coulisses des palais du continent et au-delà. 

Côte d’Ivoire – Alassane Ouattara parrain d’un prix du journalisme 

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, doit prendre part, le 16 mai, à la première édition de la remise du prix du journalisme « Béchir Ben Yahmed ». Cérémonie en hommage au fondateur du Groupe Jeune Afrique décédé le 3 mai 2021, l’événement se tiendra à Abidjan en présence de plusieurs membres de la famille Ben Yahmed. Il doit permettre de récompenser le travail de journalistes sur le continent africain. Il pourrait coïncider avec le lancement d’une Fondation Bechir-Ben-Yahmed. Au lendemain du décès du journaliste franco-tunisien, Alassane Ouattara avait rendu hommage à « un ami depuis une quarantaine d’années, un grand intellectuel, un excellent journaliste et un infatigable entrepreneur ». Très proche de ce dernier, il avait également participé à la présentation de ses mémoires posthume, à Paris, en novembre 2021. 

RDC – La dédicace de Félix Tshisekedi à Marine Le Pen et Jordan Bardella 

Lors de la séance de dédicace de son livre Pour un Congo retrouvé, le 29 avril au Collège des Bernardins, à Paris, le président Félix Tshisekedi a multiplié.

les signatures. La candidate du Rassemblement national (RN) à l’élection présidentielle de 2022, Marine Le Pen, ainsi que le président de la formation d’extrême droite, Jordan Bardella, n’ont pas assisté à l’événement. Mais ils ont tout de même eu droit à leur exemplaire dédicacé. Au lendemain de la réélection de Félix Tshisekedi, Marine Le Pen avait été l’une des premières personnalités françaises à féliciter publiquement le président congolais. 

Depuis plusieurs années, le RN tente de resserrer ses liens avec plusieurs capitales du continent : en janvier 2023, Marine Le Pen s’était rendue à Dakar, où elle avait été reçue par Macky Sall. Un activisme africain piloté en coulisses par l’homme d’affaires français Philippe Bohn, ancien directeur général de la compagnie aérienne Air Sénégal

Lors de la soirée du 29 avril, le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a, lui, fait le déplacement au Collège des Bernardins, où il a brièvement rencontré le président congolais. Il est également reparti avec son exemplaire dédicacé. 

Sénégal – Le discret séjour parisien d’Amadou Ba 

Candidat malheureux de l’Alliance pour la République (APR) à l’élection présidentielle sénégalaise de mars, Amadou Ba séjourne à Paris depuis plusieurs jours. Dans la capitale française, l’ancien premier ministre dispose d’un important réseau. Il est notamment un ami depuis plusieurs années du patron de l’Agence française de développement (AFD), Rémi Rioux. L’un de ses plus fidèles lieutenants, l’ancien ministre Papa Amadou Sarr, a même été recruté à l’AFD après son départ du gouvernement, en tant « directeur de la mobilisation, des partenariats et de la communication ». Une fonction qu’il a cumulée tout au long de la dernière campagne présidentielle avec un rôle de conseiller d’Amadou Ba. 

L’ex-Premier ministre a été précédé dans l’Hexagone par l’ancien chef de l’État sénégalais, Macky Sall. Ce dernier a très discrètement dîné avec Emmanuel Macron, le 21 avril à l’Élysée (AI, 23/04/24). Les relations entre Macky Sall et son ancien chef du gouvernement sont cependant glaciales, après s’être dégradées tout au long de la campagne (AI, 04/02/24). Malgré ces vives tensions, Macky Sall a tenté de parrainer jusqu’à la veille de l’élection une alliance entre Amadou Ba et le Parti démocratique socialiste (PDS) de Karim Wade. Alors qu’un accord était en bonne voie, le projet a finalement avorté. Dans le cadre de ces négociations, Macky Sall a été en contact direct à plusieurs reprises avec le fils de son prédécesseur, aujourd’hui installé à Doha. 

Plusieurs autres anciens du gouvernement Macky Sall séjournent également à Paris, comme l’ex-ministre des finances Mamadou Moustapha Bâ

Tchad – Un nouveau livre pour Mahamat Idriss Déby 

Afin de lancer en grande pompe sa campagne pour l’élection présidentielle du 6 mai, Mahamat Idriss Déby, dit Kaka, s’était appuyé au début de mois d’avril sur la sortie de son autobiographie, intitulée De bédouin à président. Il avait opportunément dédicacé le livre à l’ensemble du gouvernement lors d’une cérémonie retransmise à la télévision, le 6 avril. Mais les appétits littéraires du président de transition n’ont pas été rassasiés, puisqu’une autre autobiographie doit paraître le 6 juin. Intitulé Un destin pour le Tchad, le livre reprend exactement les thèmes abordés trois mois plus tôt. 

Ces ouvrages ont la particularité d’être tous deux édités par des maisons d’édition parisiennes confidentielles. Pour le premier, il s’agissait de VA Éditions, propriété de la holding LF Groupe, dont le président est Ludovic François. La maison a aussi édité le récent livre du président congolais, Félix Tshisekedi, Pour un Congo retrouvé, et une biographie du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi (AI du 21/02/23). Le nouveau livre de Kaka paraîtra quant à lui chez Erick Bonnier Éditions

Les éditeurs ont travaillé sur leur livre chacun dans son couloir, sans être au courant du projet de l’autre. Le tout était coordonné depuis N’Djamena par une seule personne, le conseiller en communication Hassan Bouyebri, dont l’influence auprès du président n’a cessé de croître ces derniers mois. 

Jean Moliere  source AI

X