27 mai 2024
Paris - France
ECONOMIE

Découverte géante de pétrole au large de la Namibie

Le titre du groupe pétrolier et gazier portugais Galp Energia s’est envolé de 20% à la Bourse de Lisbonne au lendemain de l’annonce de la découverte d’un gisement au large de la Namibie pouvant contenir 10 milliards de barils de pétrole.

Dans un marché en hausse de 3,3% à la clôture des marchés, le titre de Galp a bondi de 20,64% à 19,35 euros, soit presque son plus haut niveau historique atteint en 2007, à 19,50 euros.

La veille, le groupe avait annoncé que des forages réalisés en janvier et en mars dans le gisement de Mopane, détenu à 80% par Galp, permettaient d’évaluer son potentiel à « au moins dix milliards de barils équivalent pétrole ».

« La Namibie pourrait devenir une nouvelle source de revenus pour Galp, qui détient actuellement d’importants investissements au large des côtes du Brésil et participe également à un projet de gaz naturel dans le bassin de Rovuma au Mozambique », a indiqué la société dans un communiqué.

Galp avait annoncé en février avoir dégagé un bénéfice record en 2023, à un milliard d’euros, en hausse de 14% par rapport à l’année précédente.

Galp Energia a annoncé dimanche que des forages ont permis d’évaluer le potentiel d’un gisement à plus de 10 milliards de barils. Le lendemain matin, le titre du groupe portugais bondissait à la Bourse de Lisbonne.

Le titre du groupe portugais Galp Energia s’envolait ce lundi matin à la Bourse de Lisbonne, au lendemain de l’annonce de la découverte d’un gisement au large de la Namibie pouvant contenir 10 milliards de barils de pétrole. Vers 8 heures GMT, le titre de Galp bondissait de 18,77 % à 19,05 euros.

Galp Energia a annoncé, dimanche 21 avril, que des forages au large de la Namibie ont permis d’évaluer le potentiel d’un gisement à plus de 10 milliards de barils.  Ces opérations ont été effectuées entre janvier et mars dans le gisement de Mopane détenu à 80 % par le groupe portugais. La compagnie pétrolière nationale……

Galp a déclaré avoir mené des opérations de test sur le puits Mopane-1X en janvier et sur le puits Mopane-2X en mars. Dans les deux puits, qui sont distants de 8 kilomètres, elle a déclaré que « d’importantes colonnes de pétrole léger ont été découvertes dans des sables de réservoir de haute qualité ».

Le champ de Mopane est situé dans le bassin d’Orange, le long de la côte du pays d’Afrique australe, où Shell et la société française TotalEnergies ont fait plusieurs découvertes de pétrole et de gaz.

Galp a déclaré que les débits obtenus lors des tests ont atteint la limite maximale autorisée de 14 000 barils par jour, ce qui pourrait faire de Mopane une importante découverte commerciale.

« Dans le seul complexe de Mopane, et avant de forer des puits d’exploration et d’évaluation supplémentaires, les estimations d’hydrocarbures en place sont de 10 milliards de barils d’équivalent pétrole, voire plus », a déclaré M. Galp.

Galp détient une participation de 80 % dans la licence d’exploration pétrolière 83 (PEL 83), qui couvre une superficie de près de 10 000 kilomètres carrés dans le bassin d’Orange.

La Namibie pourrait devenir une nouvelle source de revenus pour Galp, qui détient actuellement d’importants investissements au large des côtes brésiliennes et est également présent dans un projet de gaz naturel dans le bassin de Rovuma, au Mozambique.

Galp a déjà indiqué qu’elle pourrait lancer un processus pour attirer d’autres investisseurs vers ses projets en Namibie, étant donné qu’ils pourraient atteindre une grande échelle.

Le groupe des producteurs de pétrole de l’OPEP+, qui a perdu l’Angola et d’autres acteurs au cours des dernières années, envisage la Namibie comme un membre potentiel alors qu’il met en place ce qui pourrait être la quatrième plus grande production africaine d’ici la prochaine décennie, a déclaré un responsable de l’industrie africaine à l’agence Reuters. (Reportage de Sergio Goncalves ; édition de Christina Fincher)

Le titre du groupe pétrolier et gazier portugais Galp Energia s’est envolé de 20% à la Bourse de Lisbonne au lendemain de l’annonce de la découverte d’un gisement au large de la Namibie pouvant contenir 10 milliards de barils de pétrole.

Dans un marché en hausse de 3,3% à la clôture des marchés, le titre de Galp a bondi de 20,64% à 19,35 euros, soit presque son plus haut niveau historique atteint en 2007, à 19,50 euros.

La veille, le groupe avait annoncé que des forages réalisés en janvier et en mars dans le gisement de Mopane, détenu à 80% par Galp, permettaient d’évaluer son potentiel à « au moins dix milliards de barils équivalent pétrole ».

« La Namibie pourrait devenir une nouvelle source de revenus pour Galp, qui détient actuellement d’importants investissements au large des côtes du Brésil et participe également à un projet de gaz naturel dans le bassin de Rovuma au Mozambique », a indiqué la société dans un communiqué.

Galp avait annoncé en février avoir dégagé un bénéfice record en 2023, à un milliard d’euros, en hausse de 14% par rapport à l’année précédente.

Galp a déclaré avoir mené des opérations de test sur le puits Mopane-1X en janvier et sur le puits Mopane-2X en mars. Dans les deux puits, qui sont distants de 8 kilomètres, elle a déclaré que « d’importantes colonnes de pétrole léger ont été découvertes dans des sables de réservoir de haute qualité ».

Le champ de Mopane est situé dans le bassin d’Orange, le long de la côte du pays d’Afrique australe, où Shell et la société française TotalEnergies ont fait plusieurs découvertes de pétrole et de gaz.

Galp a déclaré que les débits obtenus lors des tests ont atteint la limite maximale autorisée de 14 000 barils par jour, ce qui pourrait faire de Mopane une importante découverte commerciale.

« Dans le seul complexe de Mopane, et avant de forer des puits d’exploration et d’évaluation supplémentaires, les estimations d’hydrocarbures en place sont de 10 milliards de barils d’équivalent pétrole, voire plus », a déclaré M. Galp.

Galp détient une participation de 80 % dans la licence d’exploration pétrolière 83 (PEL 83), qui couvre une superficie de près de 10 000 kilomètres carrés dans le bassin d’Orange.

La Namibie pourrait devenir une nouvelle source de revenus pour Galp, qui détient actuellement d’importants investissements au large des côtes brésiliennes et est également présent dans un projet de gaz naturel dans le bassin de Rovuma, au Mozambique.

Galp a déjà indiqué qu’elle pourrait lancer un processus pour attirer d’autres investisseurs vers ses projets en Namibie, étant donné qu’ils pourraient atteindre une grande échelle.

Le groupe des producteurs de pétrole de l’OPEP+, qui a perdu l’Angola et d’autres acteurs au cours des dernières années, envisage la Namibie comme un membre potentiel alors qu’il met en place ce qui pourrait être la quatrième plus grande production africaine d’ici la prochaine décennie, a déclaré un responsable de l’industrie africaine à l’agence Reuters.

Jean Moliere source (Reuters)

X