27 mai 2024
Paris - France
ECONOMIE

Paris/Première ministre Saara Kuugongelwa-Amadhila à OECD Global Anti-Corruption & Integrity Forum

Forum mondial anti-corruption et intégrité du DPE Concevoir notre avenir avec intégrité 26-27 mars 2024 OCDE, Paris Les démocraties sont soumises à des pressions internes et externes sans précédent, et les efforts visant à préserver l’intégrité sont plus importants que jamais. Les menaces d’ingérence étrangère, l’essor de l’intelligence artificielle ainsi que la rapidité et l’ampleur du changement climatique donnent lieu à de nouveaux risques de corruption et à une pression croissante sur les cadres d’intégrité. Le renforcement de ces cadres est essentiel pour aider le gouvernement, le secteur privé et la société civile à lutter efficacement contre la corruption et à produire les meilleurs résultats pour le public. Le Forum mondial de l’OCDE sur la lutte contre la corruption et l’intégrité 2024 rassemblera des dirigeants du monde entier pour partager de nouvelles réflexions, idées et preuves, et explorer comment les politiques anti-corruption et les cadres d’intégrité peuvent améliorer notre capacité à répondre aux défis futurs auxquels nos démocraties seront confrontées. . Cela marquera également le 25e anniversaire de la Convention anti-corruption, pierre angulaire de la lutte mondiale contre la corruption et catalyseur du changement politique.
Action to Impact : Travailler ensemble pour renforcer l’intégrité et lutter contre la corruption La coopération internationale entre pays partageant les mêmes idées est cruciale pour faire face à bon nombre des crises actuelles : la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine, la hausse de l’inflation, l’aggravation de l’insécurité alimentaire et énergétique et l’accélération du changement climatique. La corruption et le manque d’intégrité sont au cœur de bon nombre de ces défis et exacerbent leurs effets sur les citoyens, les entreprises et le gouvernement. Pour lutter contre des problèmes tels que la mauvaise gestion des fonds publics, la corruption internationale, la fraude fiscale et les pratiques opaques de lobbying, il faudra que les secteurs public et privé fassent preuve de fermeté et travaillent ensemble. Nous avons besoin d’actions qui se traduisent en impact ; des solutions qui servent les gens, et pas seulement quelques privilégiés.
La Première ministre met en garde contre les menaces technologiques qui pèsent sur les efforts anti-corruption.

La Première ministre Saara Kuugongelwa-Amadhila avec le secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques Mathias Cormann à Paris. Par Donald Matthys 26 mars 2024 La Première ministre Saara Kuugongelwa-Amadhila a déclaré qu’à mesure que le monde continue de progresser technologiquement, la lutte contre la corruption est confrontée à des défis urgents. « Des défis nouveaux et évolutifs émergent. L’un des défis les plus urgents auxquels nous sommes confrontés est l’utilisation croissante de la technologie dans les stratagèmes de corruption »,  lors du Forum anti-corruption et intégrité tenu à Paris, en France. Le forum, convoqué par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a débuté mardi et devrait se poursuivre jusqu’à mercredi. « La cybercriminalité et les autres menaces numériques deviennent de plus en plus sophistiquées et complexes à détecter », a déclaré Kuugongelwa-Amadhila. Le forum réunit des dirigeants du monde entier pour partager de nouvelles réflexions et idées et explorer comment les politiques anti-corruption et les cadres d’intégrité peuvent améliorer les réponses aux défis mondiaux de la corruption. Le Premier ministre (PM) a appelé les dirigeants du monde à travailler ensemble pour harmoniser les lois, partager des informations et coordonner les efforts d’application. Elle a déclaré qu’une transparence accrue, des cadres réglementaires robustes et des mécanismes de surveillance améliorés sont essentiels pour prévenir et détecter les activités financières illicites par lesquelles de grandes quantités de ressources sont siphonnées hors des pays dotés principalement de ressources naturelles. « Beaucoup de ces pays, pour la plupart des pays en développement, dont une grande partie de la population est pauvre, se retrouvent contraints à un endettement élevé et insoutenable », a déclaré Kuugongelwa-Amadhila. Elle a souligné les étapes importantes de la lutte contre la corruption en Namibie, notamment l’adoption de la loi anti-corruption en 2003 et la création de la Commission anti-corruption (ACC) en 2006. Elle a déclaré que l’ACC avait soumis 768 dossiers au bureau du procureur général, dont 343 conclus d’ici 2022/2023. La Namibie a également promulgué des lois sur les dénonciateurs et la protection des témoins et créé un centre de renseignement financier. Les efforts visant à améliorer l’efficacité du système judiciaire comprennent la médiation judiciaire depuis 2014 et les directives de pratique dans les cours supérieures pour une gestion rapide des affaires supervisée par les juges. « La Namibie reste ferme dans son engagement à lutter contre la corruption et à promouvoir l’intégrité dans toutes les sphères de sa société », a déclaré Kuugongelwa-Amadhila. Le forum marque le 25e anniversaire de la Convention anti-corruption, pierre angulaire de la lutte mondiale contre la corruption et catalyseur du changement politique.

Jean Moliere /OECD

X