3 février 2023
Paris - France
AFRIQUE

Un « racisme encore quotidien » en Afrique du Sud, déplore son président Cyril Ramaphosa

La diffusion d’une vidéo, qui a indigné le pays, montre un étudiant blanc d’une prestigieuse université uriner sur les livres d’un camarade noir.

L’Afrique du Sud souffre d’un « racisme encore quotidien », a regretté lundi 23 mai le président Cyril Ramaphosa, une semaine après la diffusion d’une vidéo qui a indigné le pays, montrant un étudiant blanc d’une prestigieuse université uriner sur les livres d’un camarade noir.

« Le racisme est toujours présent au quotidien en Afrique du Sud », a déclaré le chef d’Etat dans sa lettre hebdomadaire, qualifiant cet incident dans un dortoir de l’université de Stellenbosch, près de la ville du Cap (sud) de « dégradant et humiliant ».

Lire aussi  En Afrique du Sud, une publicité raciste suscite un tollé contre une chaîne de pharmacies

Cette vidéo d’un étudiant de première année s’exprimant dans un anglais teinté de fort accent afrikaans a largement été partagée sur les réseaux sociaux. Aux premières heures du dimanche 15 mai, un étudiant hors champ lui demande : « Pourquoi tu pisses dans ma chambre ? » Il répond laconiquement, sans s’interrompre : « J’attends quelqu’un. »

Selon le Congrès des étudiants sud-africains, un syndicat étudiant, le jeune homme aux cheveux ras et vêtu d’un blouson beige à capuche aurait ajouté : « C’est ce qu’on fait aux garçons noirs. » « C’est comme s’il avait uriné sur la Constitution elle-même », a fustigé lundi le ministre de la justice, Ronald Lamola, à l’ouverture d’une conférence contre le racisme et la xénophobie en Afrique du Sud.

« Acte méprisable »

Appelant les « parents blancs » à éduquer leurs enfants dans le respect de la diversité, le ministre a ajouté que « ce type d’incident barbare doit être condamné et ne peut pas être pris à la légère ». La victime a déposé plainte.

« Nous devons comprendre pourquoi les attitudes racistes prospèrent dans nos écoles et nos établissements d’enseignement supérieur », ainsi que sur les lieux de travail et dans tous types d’organisations, a insisté M. Ramaphosa, appelant à se saisir de cet « acte méprisable » pour aborder la question des inégalités raciales.

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés En Afrique du Sud, l’impatience « radicale » des Noirs toujours écartés du monde des affaires

Le président cite encore Kwenzokuhle Khumalo, étudiante en quatrième année au campus de Stellenbosch qui, dans un discours enflammé, micro à la main devant une foule de manifestants, a lancé le week-end dernier : « Cette fois, vous êtes face à la mauvaise génération », loin de celle dominée par le pouvoir blanc sous l’apartheid.

Sur ce campus à majorité blanche dans un pays à majorité noire, plusieurs manifestations la semaine dernière ont réclamé le renvoi de l’auteur des faits. « Nous voulons que cet étudiant soit renvoyé et que l’université crée une commission d’enquête sur le racisme », avait déclaré à l’AFP un représentant syndical étudiant, Sifiso Zulu. L’université a condamné « fermement cet incident destructeur, blessant et raciste », mais doit encore se prononcer sur une éventuelle expulsion.

Le Monde avec AFP

X