27 mai 2024
Paris - France
POLITIQUE

Sénégal/ La Casamance entre promesses, enjeux et essor économique au crépuscule du règne de Macky SALL Alerte!

Mes parents, amis et sympathisants de la Casamance, c’est triste et inquiétant.
Nos autorités politiques et le gouvernement du Sénégal sont de mèche pour rayer sur le plan économique par manque d’ambition réelle pour ce terroir qui les a vu pour certains naître, grandir et servir pour d’autres.
Aujourd’hui, nous nous adressons particulièrement aux politiques qui soi-disant doivent gérer la cité avec le pouvoir en place. Très prompts à monter sur leur grands chevaux pour protéger et défendre leur mentor afin de ne pas perdre leurs privilèges et leurs postes de responsabilité au détriment des préoccupations des populations qu’ils sont supposés accompagner.
Se détourner de la vérité est plus facile pour eux et se complaire aux actions du gouvernement comme si c’était un luxe. Ils deviennent borgnes et s’accommodent des promesses mirobolantes pour gagner un électorat, oh combien difficile actuellement, parce que la population est éveillée. Nous savons que, ce ne sont pas ceux et celles qui s’activent sur le terrain pour chercher des parrainages et faire réélire le choix de leur mentor, qui vont plaider le sort des populations ni s’occuper de leurs problèmes quotidiens.
Trop obnubilés par leur positionnement et leur maintien dans l’appareil d’État, ils ne se rendent même pas compte que la population les a vomis. Certes, elle est bien présente lors de la distribution de l’argent (car c’est l’argent du contribuable et non le propre argent de ces soit-disants leaders), et au moment du vote, la population va voter sereinement pour le candidat de leur choix sans manipulation.
La participation aux différentes manifestations de saupoudrage, du « m’as-tu vu, » du « diay tarr », sous les projecteurs ne change en aucun cas la décision de mettre hors orbite tous ceux qui pensent nous arnaquer. Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Le Sud du pays, jadis considéré comme le grenier du Sénégal, n’a jamais eu une industrie digne de ce nom malgré la multitude de richesses que regorge cette partie du Sénégal. Ce qui devait être développé, transformé et/ ou extrait, pour la création de richesse et qui pourrait à coup sûr développer une économie régionale forte, par les anacardiers, les différents fruits & légumes, les produits alieuthiques, les ressources minières… etc, est laissé en rade depuis l’indépendance du Sénégal.
Le comble est que des natifs de la région ont occupé des postes de responsabilité au plus haut sommet de l’Etat mais n’ont jamais bien servi leur terroir et certains y sont jusqu’à aujourd’hui dans une moindre mesure. Rien n’a changé, des déclarations péremptoires à effet de buzz et rien de concret en réalisations en Casamance.
Ne nous parlez pas des infrastructures! C’est une obligation de l’Etat et personne ne mange ni goudron ni latérite. Nous ne parlons pas de biens matériels mais plutôt de biens immatériels et surtout  du développement du capital humain.
Qu’un fils de la Casamance puisse montrer du doigt une de ses réalisations comme le font les leaders des autres régions ? Plus complexés qu’eux n’existe pas ! Ils vont se déployer ailleurs pour faire plaisir au chef suprême ou à d’autres collègues du gouvernement rien que pour être admis dans le cercle restreint. Hallucinant sort de la Casamance.
Il est de notoriété publique qu’il n’existe pas de politique nationale de l’emploi mais des leaders créent des emplois locaux pour la jeunesse de leur terroir sauf en Casamance. Mis à part quelques postes CDD avec des miettes en salaire pour mieux ferrer des militants, rien d’autres n’est fait pour secourir cette jeunesse et ils oublient le gros pourcentage de jeunes non politiques et de bons citoyens qui votent sans tambour ni trompette.
Le chômage endémique à  Ziguinchor, par manque de générosité, se vit avec acuité par une jeunesse responsable, engagé et ambitieux. Le réveil sera très brutal pour le pouvoir d’autant plus que ce sentiment d’exclusion au niveau des jeunes à Ziguinchor, est vécu partout où la communauté de la Casamance vit : en Casamance, sur le plan national et international. C’est une même et indivisible communauté! Advienne que pourra.
On y ajoute aujourd’hui l’enclavement de la région par l’arrêt des bateaux de liaison sans informations officielles. D’ailleurs une pétition est en train de circulation pour dénoncer cet état de vouloir asphyxier toute une région pour des raisons politiques.
La voie ferroviaire que, dans sa tournée politique économique à Ziguinchor en 2017, le Président Macky Sall avait révélé en déclarant  je cite « sur le volet ferroviaire, nous disposons à présent de l’étude de faisabilité du projet de chemin de fer Ziguinchor-Tambacounda-Dakar, estimé à 506 millions de dollars. C’est un important projet qui permettra l’interconnexion des régions Sud, Est, Ouest et du Centre, en facilitant en même temps l’intégration avec les pays de la sous-région et l’exploitation de notre potentiel minier et agro pastoral».
Toujours lors de ce même discours, le Président Macky Sall disait ainsi je cite <<je partage avec vous l’idée d’une Casamance des possibles, de cette Casamance de toutes les possibilités.» Le Président ne s’est pas arrêté car il poursuit par une autre annonce de faire de la Casamance, un pôle touristique de référence: « je proclame ici et maintenant, la Casamance « Zone Touristique Spéciale d’Intérêt National» et pour le renouvellement du parc de transport au Sénégal. En tout, ce sont 100 bus qui sont prévus pour la région de Ziguinchor.
C’est l’engament pris par le Président de la République, Macky Sall, dans son discours prononcé du Jeudi 19 février 2017 au Port de Ziguinchor, à l’occasion de l’inauguration des deux(2) bateaux Aguène et Diambogne à un coût de 24 Milliards destinés à désenclaver la région du sud Sénégal. Cependant où est ce en sommes-nous surtout avec l’émergence tant chantée?
Entre temps des ILA Matam et St-Louis ont été construits alors que la priorité devait être ILA Casamance ne serait-ce que pour la continuité du territoire.
Quant à l’ancien Ministre des Finances Amadou Ba, actuel Premier Ministre et Candidat de la coalition du pouvoir Benno Bokk Yakar pour demander à diriger le Sénégal, qu’a t’il fait des promesses de son employeur et patron, le Président de la République? Rien du tout.
La vie économique régionale est quasiment inexistante. La région est à l’agonie et nos soit-disants leaders, puisque choisis par Macky Sall, se pavanent pour lui, verront que la population n’est pas amnésique.
Le Président Macky Sall nomme qui il veut et nous, la population, avons la liberté de choisir qui nous voulons. Ce n’est pas des promesses jamais tenues, des guichets automatiques et de l’aumône (puisqu’ils nous ont réduit à la mendicité) ne nous détournera de notre objectif, prendre notre destin en main.
Les visites du Président
Macky Sall à Ziguinchor ont cessé brusquement alors qu’il venait régulièrement. S’est il aperçu des promesses non tenues par son gouvernement?
Cela va être pire avec l’actuel Premier Ministre, Mr Amadou Ba, qui malgré tous ses postes de responsabilité (DG impôts & Domaines, Ministre des Finances, des Affaires étrangères, PM pour acte 1 et encore PM acte 2) ne s’est jamais déplacé dans cette partie du Sénégal, qui ne l’intéresse pas du tout. Nous savons que nous le verrons bientôt inshallah pour les besoins de sa campagne. Chère Population de la région de Ziguinchor, soyez prête, prenez l’argent et tout ce qui va avec comme gadgets  (t-shirt, casquette, Lacoste, vouvouzela….), faites la fête avec eux mais le jour de vérité sera le 25 Février 2024 par les urnes. Lui et ses représentants, par intérêt et cupidité, sauront que nous ne sommes les guignols de personne.
La Casamance souffre par l’injustice politique, économique  et sociale entretenue par la complicité de nos autorités politiques sans ambition, ni vision et avec zéro engagement. Aucune équité territoriale par rapport aux autres régions. Nous avons été trop passif, agissons avec intelligence, avec respect de nos us et coutumes, avec engagement indéfectible et détermination pour bouter ce pouvoir pour toujours.
Nous ne méritons pas ce manque de respect notoire et visible à tous les niveaux. La vie est devenue très difficile pour nos mamans commerçantes qui n’arrivent plus à écouler leur produits après de dures labeurs de maraîchage et de transformation de produits locaux.
Cette année, avec le coeur meurtri devant le silence coupable de tous ceux qui se réclament leaders politiques, de cadres émérites et de leaders d’opinion, nous assistons au pourrissement de nos récoltes fruitières et horticoles.
Nous sommes à la croisée des chemins pour le développement local de notre terroir. Si eux en complicité avec le pouvoir n’ont pas la clairvoyance de jauger l’injustice en développement territorial, nous la population sommes debout comme un seul homme pour avoir un lendemain meilleur par nous-mêmes. Prendre notre destin en main est devenu notre viatique.
A méditer !

El Hadji Elhadji Kamara , Président du Groupe de réflexion, Mouvement Citoyen/Pôle Alternative 3ème voie, 2024 c’est maintenant…

X