27 mai 2024
Paris - France
POLITIQUE

Réapparu au Niger, à quoi joue Guillaume Soro?

L’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, recherché par la justice de son pays depuis 2019, s’est affiché aux côtés des autorités nigériennes après avoir annoncé mettre un terme à son exil. Le début d’une tournée qui doit le conduire dans plusieurs pays africains

<< Depuis Niamey, ce matin, ce lait de chamelle me regarde, je le regarde aussi. Quel délice. En tout cas, [l]exil est fini! » Le « fantôme » Guillaume Soro a repris forme humaine, réapparaissant par surprise sur les bords du fleuve Niger. Et a retrouvé ses bonnes habitudes sur les réseaux sociaux dont il a longtemps fait un usage compulsif

Une apparence abondamment commentée 

Visé par un mandat d’arrêt international et recherché par la justice ivoirienne depuis 2019, l’ancien chef rebelle, 51 ans, a été reçu de manière très officielle le 13 novembre 

par le général Abdourahamane Tiani, le président de transition nigérien, accompagné de son ministre de l’Intérieur, le général Mohamed Toumba, et de son ministre de la Défense, le général Salifou Mody

<< L’entretien, qui a duré une heure et demie, a été exceptionnel par la qualité et la profondeur des échanges », a commenté l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, apparu très amaigri et sobrement vêtu, lui que l’on a connu amateur de costumes croisés impeccablement ajustés et de belles montres. Une apparence abondamment commentée, et même jugée inquiétante par certains. << Il va super bien »>, assure pourtant son chargé de communication, Moussa Touré, qui évoque une année de sport et un régime strict, sur les conseils d’un médecin soucieux que le quinquagénaire ne développe un diabète

 [Enquête] En Côte d’Ivoire, un fantôme nommé Guillaume Soro 

La vieille de sa rencontre avec les putschistes nigériens, Guillaume Soro annonçait dans une courte vidéo diffusée sur ses réseaux sociaux mettre « fin à (son) exil » pour 

retrouver sa «terre ancestrale et natale d’Afrique ». « Je ne suis coupable d’aucun forfait », insiste dans son message filmé l’exPremier ministre, condamné à la prison à perpétuité pour atteinte à la sureté nationale, accusé d’avoir tenté de renverser le pouvoir d’Alassane Ouattara en 2019. Toujours dans cette vidéo, il se dit prêt à «< contribuer à la réconciliation des fils et des filles » de Côte d’Ivoire

Bientôt Bamako et Ouagadougou

L’ancien président de l’Assemblée nationale connaît bien le Niger, il a séjourné pour la première fois à la fin des années 1990 lorsqu’il dirigeait la Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire (Fesci). À la tête de la rébellion à partir de 2002, Soro a également noué des liens avec Mamadou Tandja. Certains généraux de la junte désormais au pouvoir à Niamey assuraient alors la sécurité de l’ancien président. L’actuel Premier ministre nigérien, Ali Lamine Zeine, était de son côté ministre des Finances sous Tandja

Malgré cela, Guillaume Soro ne restera pas au Niger, assure son entourage. Après Niamey, l’ancien chef de la rébellion se rendra dans au moins deux autres capitales africaines il doit être reçu par les chefs d’État, assure Moussa Touré, qui refuse de donner plus de précisions. Iratil à Ouagadougou et à Bamako, il jouit de soutiens et de solides connexions? Si ses proches contestent l’information, il s’est bien déplacé quelques jours à Bamako, début novembre, il a notamment rendu visite à l’une des anciennes femmes du colonel- major Issiaka Ouattara, alias Wattao, décédé en janvier 2020.

Certains collaborateurs de l’opposant affirment qu’il pourrait également effectuer un déplacement en Guinée équatoriale. Voyageant avec un passeport diplomatique d’un pays tiers, Guillaume Soro, comme à son habitude, entretient le secret. Le dernier communiqué en date de son parti dissous par la justice, Générations et peuples solidaires (GPS), est un message de félicitations au colonel Assimi Goïta pour la reprise de Kidal par l’armée

<< Les pérégrinations de Soro n’intéressent personne >> 

  «Que veutil faire? Jouer contre son pays en s’alliant avec les putschistes? Les Ivoiriens veulent vivre dans un pays en paix. Les pérégrinations de monsieur n’intéressent plus personne. Il devrait plutôt se préoccuper de sa santé », commente un membre l’entourage d’Alassane Ouattara, selon lequel Soro n’a pas manifesté aux autorités son désir de rentrer en Côte  d’Ivoire. Le 3 novembre, ce dernier avait affirmé avoir échappé à une tentative d’arrestation en Turquie. Une affirmation démentie par le gouvernement ivoirien

<< Soro est un Ivoirien comme les autres. Son retour en Côte d’Ivoire dépend de lui personnellement. Cela n’appelle aucun commentaire particulier de ma part. Il est libre de rentrer, s’il le veut », a affirmé le général Vagondo Diomandé, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité dans une interview accordé à TV5 Monde ce jeudi 16 novembre. «J’ai souri en écoutant cela, ce n’est pas crédible », s’agace Moussa Touré, qui rappelle la tentative de retour raté de Soro à Abidjan en décembre  2019, à bord d’un avion qui avait finalement atterri au Ghana

Guillaume Soro exclut de rentrer dans son pays s’il ne peut pas faire de politique», poursuit le chargé de communication. Une perspective de retour en politique impossible s’il n’obtient pas une amnistie qui gommerait  définitivement les condamnations inscrites à son casier  judiciaire. À l’instar de Laurent Gbagbo, seraitil prêt à négocier une grâce? « Quel sera son avenir politique s’il rentre et qu’il est gracié ? Aucun. Il ne pourra plus faire de politique, plus être candidat », insiste Touré

En Côte d’Ivoire, certaines voix, dont celles de Gbagbo ou d’anciens alliés, s’élèvent pour réclamer un retour de l’ancien chef rebelle afin qu’il participe au processus de réconciliation. Ses soutiens, eux, en sont convaincus : la roue finira par tourner

JM source: JA

X