27 mai 2024
Paris - France
AFRIQUE

Qui est le président de la République du Tchad ?Le Chef de l’Etat, Mahamat Idriss Deby Itno publie son autobiographie

Le Tchad est un pays d’Afrique centrale, sans accès à la mer, frontalier de la Libye au nord, du Soudan à l’est, de la République centrafricaine (ou Centrafrique) au sud, du Cameroun au sud-sud-ouest, du Nigeria …

Le Chef de l’Etat, Mahamat Idriss Deby Itno publie son autobiographie et lance son Site Web personnel

Le président de transition Mahamat Idriss Deby a annoncé un double événement ce jeudi 4 avril 2024 sur sa page Facebook : la cérémonie de dédicace de son livre biographique intitulé « De Bédouin à Président » qui vient de paraître, et le lancement officiel de son site Internet personnel: mahamatidrissdeby.td

Le 24 mars 2024, le Conseil constitutionnel valide sa candidature à l’élection présidentielle. Le 2 avril 2024, Mahamat Idriss Déby Itno annonce la parution de son livre aubiographique intitulé De Bédouin à Président.

Le Président de Transition, Président de la République, Chef de l’État, Général MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO, a inscrit officiellement hier jeudi 04 avril 2024 son nom sur le registre très restreint des écrivains tchadiens. Cet événement a eu lieu à l’occasion de la publication de son livre autobiographique intitulé « De Bédouin à Président« , édité par les éditions VA.

La cérémonie de dédicace de ce livre, couplée au lancement de son site web personnel, www.mahamatidrissdeby.td, s’est déroulée au Palais Toumaï en présence de plusieurs invités. Cette double commémoration a pris une signification particulière, intervenant le jour où le Chef de l’État célébrait également son 40ème anniversaire.

Tout d’abord, c’est l’écrivain, Dr Ali Abderamane Haggar qui a pris la parole pour présenter l’œuvre à travers une analyse du récit autobiographique du Général MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO. Son intervention a permis d’éclairer les invités sur les aspects narratifs et les nuances de l’histoire personnelle du Président de la République. »Le texte est bien écrit, on sent qu’il est travaillé et il dégage l’humilité, la sincérité et la piété de son auteur« , dira l’écrivain, qui confie avoir lu l’œuvre en compagnie des critiques littéraires, à l’exemple de M. Ahmat Taboye.

Ensuite, l’auteur lui-même a pris la parole pour expliquer le mobile qui l’a conduit à écrire son autobiographie. Il a partagé avec l’assistance les moments clés de son parcours, des jours de son enfance dans le désert du sahel jusqu’à son ascension au plus haut poste de l’État, avant de conclure que c’est sa modeste contribution dans le domaine littéraire tchadien.

Juste après l’intervention de l’auteur, s’en est suivi une séance de questions réponses. Les raisons d’écriture du livre, le choix du titre et des  personnages, sont entre autres questions soulevées par l’assistance. « Ce livre est une reconnaissance envers Dieu pour la vie et la protection durant 40 ans, et à travers lui, j’ai voulu raconter mon histoire au monde, pour que la génération future sache qu’un MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO a vécu et a été porté par le destin au sommet de l’Etat« , c’est en ces termes que l’auteur a répondu à ces interrogations, avant de dédicacer, de sa plus belle plume, quelques exemplaires à quelques personnalités ayant fait le déplacement du Palais Toumaï.

Très présent sur les réseaux sociaux, le Chef de l’Etat a aussi voulu bien échanger et sans filtre avec ses compatriotes de l’intérieur tout comme ceux de la diaspora. Cette interaction se fera désormais via son site web personnel : www.mahamatidrissdeby.td, lancé quelques minutes plutôt. Une conception purement tchadienne qui servira de canal pour permettre de connaître davantage MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO en tant que tchadien et personnalité publique.

Dorénavant, tout tchadien qui désire communiquer avec le Chef de l’Etat, peut lui écrire via ce canal à travers une fenêtre dédiée. Les messages envoyés en Inbox et les réponses, seront couverts de confidentialité, assure son propriétaire, Général MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO.

« De Bédouin à Président« , livre de 169 pages, structuré en 6 chapitres, offre un regard captivant sur la vie et les expériences qui ont façonné le leader actuel du Tchad. Ce livre promet d’être une source d’inspiration pour les générations futures et une contribution modeste à la littérature tchadienne contemporaine.

La publication de son autobiographie et le lancement de son site web personnel marquent une nouvelle étape dans la carrière du Président de la République, MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO, illustrant son engagement envers la transparence, la communication et le partage de son histoire avec le peuple tchadien.

 « De Bédouin à Président », le livre autobiographique de Mahamat Idriss Deby.

Quelques morceaux choisis…

Papa Maréchal contre fils général

Deby père accuse son fils « Mahamat Kaka », président de transition (PT) de fomenter un coup d’État. Rien de moins.

Le Maréchal : « Tu es en train de préparer un coup d’État contre moi »

Le fils : « Comment peux-tu croire un instant à tout cela? Je suis ton fils. C’est toi qui m’a mis au monde, c’est toi qui m’as éduqué, c’est toi qui m’as nommé général, c’est toi qui m’as mis à la tête de la Direction Générale de service de la sécurité des institutions de l’État (DGSSIE). Comment peux-tu imaginer ça? Sans confiance entre nous, je ne peux plus occuper mes fonctions ».

Le Maréchal : « Tu démissionnes? J’en prends acte. Mais tu ne démissionnes pas. Tu es viré. »

Le pouvoir, dit-on, rend fou. Il rend aussi cruel et met à rude épreuve les relations charnelles entre père et fils. Derrière cette confrontation, l’ombre de la belle-mère Hinda planait.

Des jours, des mois plus tard, arrive le jour fatidique : la mort du père. On le lui annonce alors qu’il était en opération sur-le-champ de combat. Il rentre précipitamment faire ses adieux au papa Maréchal. Une scène incroyable est décrite dans le livre lorsqu’il sort de la chambre où le corps sans vie de son père y était installé. Sa belle-mère l’interpelle.

Elle: « Il ne faut pas dire que le Maréchal est mort en faisant la guerre. Il faut faire comme si c’était un coup d’État.

Lui : « Mais pourquoi? »

Elle : « Ce serait honteux de dire aux gens qu’il est mort pendant la bataille ».

Lui : «  Mais mère, c’est ça la réalité. Le Maréchal a toujours participé à toutes les batailles. Il n’y a pas plus grand honneur pour un soldat que de mourir au combat ».

Elle : « C’est juste une idée qui m’est venu comme cela, n’en parlons plus »   

La belle-mère Hinda

Dans l’ouvrage Hinda Deby Itno y tient le rôle de « l’intrigante méchante » belle-mère. À l’exemple de l’histoire banale du véhicule utilisé dans le cortège présidentielle qui produit des conséquences énormes. L’auteur raconte, « …par des gens qui n’aurait pas dû y avoir accès quelque chose qui en réalité n’a pas grand-chose à faire avec moi. Je me fais donc engueuler pour quelque chose dont je n’ai pas fait et dont je ne suis pas le responsable. Mais j’encaisse dans le silence ».

Un des chauffeurs lui révèle que c’est sa belle-mère Hinda et son frère cadet Khoudhar qui ont mal parlé de lui au « chef », son père. Il était furieux, l’affaire s’est rependue comme une traînée de poudre partout au palais, œuvre de Khoudhar.

Le PT convoque Khoudhar, l’affaire se complique. L’aide de camp et ami du PT Ismaël Souleymane Lony est viré sine die par le Maréchal. La perte d’emploi a failli tourner à la mort de Khoudhar tiré à bout portant par M. Lony.

Le puissant Khoudhar après être blessé pour éviter le coup de grâce crie gisant à terre

« Excuse-moi! Tout ce qui s’est passé jusqu’ici, ce n’est pas ma faute! C’est ma sœur qui me pousse à le faire, pour déstabiliser Mahamat et lui faire quitter son poste à la Direction Générale de la DGSSIE ».

Le secret s’est éventré. Une histoire digne d’un scénario de film hollywoodien. La belle-mère répondra-t-elle dans une entrevue? Choisira-t-elle le silence? S’inspirera-t-elle de la démarche pour écrire un livre sur sa vie de première dame et y répondre?

Les trouble-fêtes : Faki, Chérif, Mananny

Le livre nous révèle aussi l’innocente naïveté du jeune président de transition. Il apprend vite à ses dépens que la politique est un mélange d’ambitions, le palais est rempli de courtisans, des prétentions manipulatrices, de coups bas et souvent de malentendus sont prospères.

Moussa Faki : Le discours du président de la commission de l’Union africaine (UA) Moussa Faki est visiblement resté entre la gorge du PT. Il n’a toujours pas digéré cette sortie. Pourtant Moussa Faki s’est placé dans le sens de l’histoire en interrogeant avec beaucoup d’aplomb les échecs de tous les régimes passés et en incluant tous les acteurs. Le PT n’a vu dans cette sortie qu’une attaque ingrate contre le pouvoir de son défunt père. « Comme d’autres, il prendra la parole pour expliquer tout ce qui s’est passé au Tchad pendant les trente années écoulées. Pour lui, il s’agit de trente ans d’échecs répétés. Fort bien », écrit-il. L’auteur semble être saisi plus par l’émotion sur le cas Faki que par la raison.

Chérif Mahamat Zène : L’homme de Doha et Premier ministre des Affaires Étrangères de la junte, est cité par le président, mais cela ressemble plutôt à un malentendus entre les deux hommes. Le jeune président semble toutefois être heureux de s’être débarrassé de son ministre qu’il qualifie de « communautariste ». Et de l’avoir remplacé par Mahamat Saleh Annadif, un routier de la politique, fin connaisseur de la diplomatie et des Tchadiens.

Abakar Mananny : l’homme d’affaires et ex-ministre d’État sans portefeuille en prend plein ses « vestes taillées sur mesure ». Le PT l’accuse d’avoir monté de toutes pièces la vraie fausse affaire des costumes aux prix faramineux. Lui, président n’avait rien demandé. La conception, la livraison et le prix sont les idées originales du virevoltant ministre Mananny qui fut aussi son parrain lorsqu’il débarqua jeune élève officier en France. Il y aborde aussi le « dossier starlynk » ou connexion Internet par voie satellitaire. Il affirme avoir demandé à Mananny de l’aider à implanter la compagnie au pays, il accepte entreprend les démarches avant de saboter le projet lorsque leurs relations se sont détériorées.

Idriss Youssouf Boy (IYB) alias Makambo, l’ami de tous les temps : IYB est l’ami, le confident, le frère, l’épaule sur lequel, le PT alors fils de, général, frère parmi la  ribambelle de fratries, trouvait réconfort dans ses moments difficiles. Et sur lequel il pouvait compter. Même lui n’a pas été épargné dans l’ouvrage au sujet du détournement de 13 milliards de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT).

« Idriss, as-tu détourné l’argent de l’État à la SHT? »

Il écrit qu’après un long silence, il reconnaît son forfait, ne défile pas. Et permets de gagner du temps. « Il confirme que le montant en jeu est de 13 milliards, le nom de son complice et son rôle…..Cette affaire n’est pas une trahison personnelle ou de l’ambition, juste une tentation cupide. Idriss ne cherche pas à me nuire… ». L’auteur dédouane son ami, argumente que l’argent est récupéré. Et que si la justice républicaine passait par là, il y a risque de corruption de juge pour innocenter le crime. Bref. Makambo est réhabilité et est remis en scelle comme, il est le tout puissant ministre d’État et directeur de Cabinet du président. Le jour de la dédicace, Makambo arrive en retard. Il semblerait qu’il était en mission quelque part en Afrique. Il récupère son livre dédicacé, se met au coin de la salle et découvre probablement la partie qui le concerne. Il doit avoir vécu un drôle de sentiment.

Succès Masra, Premier ministre vaille que vaille  : Le candidat Mahamat Idriss Deby accuse son ex-opposant d’être obsédé par le poste de Premier ministre. Il faisait des pieds et des mains pour l’obtenir. Il préférera Saleh Kebzabo à sa place parce qu’il a boycotté le Dialogue Nationale Inclusif et souverain (DNIS). Pour mettre la pression sur le nouveau gouvernement de transition, Masra n’a pas hésité à organiser illégalement une manifestation insurrectionnelle. Résultat : des centaines des morts, l’opposant Masra s’est exilé avant de revenir grâce aux accords de Kinshasa. Et se faire désigner Premier ministre. Depuis lors, il fait le grand écart entre sa ligne politique et celle du président de transition. Il invente le concept du copilotage, le « pilote Mahamat » et le « copilote Masra ». Objectif : faire atterrir l’avion Tchad à l’aéroport de la démocratie.

L’avion a décollé pour un long voyage, les turbulences sont multiples, le copilote Masra a attaché sa ceinture. Pour l’instant, le commandant de bord Mahamat est confiant. Il fait beau, les vents sont favorables l’atterrissage est prévu en douceur le 6 mai prochain si tout va bien.

NB : « Pour gouverner les Hommes, il faut les impressionner », disait Napoléon Bonaparte. C’est ce que fait, sans complexe, le candidat Mahamat Idriss Deby Itno. Il pouvait faire mieux et faire plus dans le récit des événements. Bref, lisez ce livre il vous permettra de vous faire votre propre idée sur le candidat. Et au-delà sur sa personnalité et sa manière bien bédouine de mener les hommes. Contrairement à ce qui se dit sur lui, il est bien le seul maître aux manettes de l’avion Tchad. Il semble avoir beaucoup appris et beaucoup pris confiance en lui.    

Jean Moliere . Source:  www.mahamatidrissdeby.td

X