17 juin 2024
Paris - France
SPORT

PSG-Barça : Lamine Yamal victime d’insultes racistes à la TV espagnole

PSG-Barça : le consultant auteur de propos douteux sur Lamine Yamal prend la porte

En Espagne, le racisme dans le football n’est pas que dans les stades.

À l’occasion du quart de finale de Ligue des champions entre le PSG et le Barça, Mono Burgos, un commentateur de la chaîne Movistar, détentrice des droits de la compétition, s’est permis un trait d’humour abject, tout simplement raciste, au sujet de Lamine Yamal. « Si ça ne se passe pas bien, ça finit à un feu tricolore », a déclaré le commentateur avant la rencontre.

Mis au courant de cette insulte raciste proférée en direct – sans commentaire sur les rires gras qui l’ont suivie… –, le FC Barcelone a fait savoir qu’il boycottait la chaîne espagnole à l’issue de la rencontre. Aucun membre de la délégation catalane n’est allé s’exprimer au micro de Movistar.

Hier soir, le Barça s’est imposé 3 à 2 au Parc des Princes face au PSG en 1/4 de finale aller de la Ligue des champions. Une soirée presque parfaite, à un détail près. En effet, les Culés ont boycotté Movistar, le diffuseur de la C1 en Espagne, puisque German Burgos, consultant de la chaîne et ancien joueur et adjoint de Simeone à l’Atlético, a tenu des propos déplacés concernant Lamine Yamal. « Si ça se passe mal pour lui, il pourra terminer à côté d’un feu de circulation », a-t-il déclaré. Choqués, les Parisiens ont également décidé de ne pas s’exprimer au micro de la chaîne espagnole.

Ce jeudi, Movistar a publié un communiqué dans lequel il est annoncé que la chaîne prendra des mesures appropriées. Finalement, Burgos quitte ses fonctions d’un commun accord précisent Relevo et Sport«Je n’avais pas l’intention de nuire à Lamine Yamal, aux gens du FC Barcelone, aux joueurs, à l’UEFA ou à la plateforme Movistar Plus+ sur laquelle je travaille. En faisant mon commentaire, j’ai choisi de faire une blague sur la qualité et de vanter les vertus, en aucun cas il ne s’agissait d’une quelconque ethnie ou classe sociale.» L’affaire est close.

X