2 décembre 2022
Paris - France
EUROPE

Ocean Viking : le bateau de migrants de SOS Méditerranée est arrivé à Toulon ce vendredi matin

Le navire humanitaire Ocean Viking, avec plus de 200 migrants secourus en mer à son bord, a accosté ce vendredi 11 novembre au matin à Toulon, dans le Var, après avoir été autorisé à accéder au port militaire par les autorités françaises, selon des images en direct diffusées par BFMTV.

La France a annoncé jeudi la décision « exceptionnelle » d’accueillir le bateau affrété par l’ONG SOS Méditerranée face au refus de l’Italie de laisser le navire à la coque rouge accoster dans l’un de ses ports comme le prévoit le droit maritime international. SOS Méditerranée avait secouru fin octobre 234 migrants, dont 57 enfants, au large de la Libye.

Quatre personnes considérées en urgence absolue ont été transférées par hélicoptère jeudi au centre hospitalier de Bastia (Haute-Corse). A leur débarquement dans la base militaire de Toulon, les migrants subiront un examen médical, verront leur demande de séjour ou d’asile sur le territoire français examinée, en lien avec l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) et la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI).

La France s’est engagée à accueillir « une tiers » des migrants, mais le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a précisé que les personnes ne relevant pas d’un droit de séjour ou d’asile feraient l’objet d’une procédure d’éloignement. L’Allemagne et d’autres Etats européens se sont engagés à accueillir les autres passagers.

Dans un nouvel accès de tension diplomatique, les autorités françaises ont dénoncé l’attitude « irresponsable » et « inhumaine » de Rome, où la dirigeante d’extrême droite Giorgia Meloni a durci la politique migratoire de l’Italie tout en plaidant auprès de Bruxelles pour plus de solidarité européenne en la matière.

Tension diplomatique

Un délicat équilibre entre politique intérieure et diplomatique qui s’impose également au président Emmanuel Macron, qui a pris le risque de raviver la controverse sur la politique d’immigration française, entre fermeté et droit humanitaire, dans les rangs des oppositions de droite notamment.

En 2018, la France, dans un autre conflit avec l’Italie, avait refusé d’accueillir un bateau humanitaire, l’Aquarius, avec plus de 600 migrants à son bord, qui avait finalement accosté en Espagne. « On ne doit jamais céder à l’émotion que certains manipulent », avait alors déclaré Emmanuel Macron.

Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Piantedosi, a déploré jeudi une réaction « totalement incompréhensible » de la France, rappelant que l’Italie avait pris en charge « 90 000 » migrants depuis le début de l’année.

Gérald Darmanin a annoncé jeudi que la France renonçait temporairement à la relocalisation de 3.500 migrants au bénéfice de l’Italie dans le cadre du mécanisme européen de solidarité instauré cet été. Il a évoqué plus généralement des « conséquences extrêmement fortes sur la relation bilatérale ».

La présidente du groupe Rassemblement national (RN) à l’Assemblée nationale, Marine Le Pen, a dénoncé jeudi « un signal dramatique de laxisme ». Le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, candidat à la présidence des Républicains, a demandé le renvoi des migrants vers leurs pays d’origine, estimant que l’Ocean Viking était le « cheval de Troie de l’immigration irrégulière en Europe ».

Le président de Reconquête, Eric Zemmour, a annoncé jeudi sa venue à Toulon.

REUTERS

 

X