16 juillet 2024
Paris - France
ECONOMIE

Nestlé ajoute du sucre au lait infantile vendu dans certains pays pauvres , dénonce un rapport

Près de 3 grammes de sucre en plus en moyenne dans les produits Nestlé dans les pays pauvres

Le géant de l’agroalimentaire Nestlé ajoute du sucre et du miel au lait infantile vendu dans de nombreux pays pauvres, rapporte « The Guardian », citant un document de l’organisation suisse Public Eye.

Le géant de l’agroalimentaire Nestlé ajoute du sucre et du miel au lait infantile et aux produits céréaliers qui sont commercialisés dans les pays les plus pauvres, rapporte The Guardian , citant un rapport de Public Eye .

Ces préparations sont contraires aux directives de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui souhaite prévenir l’obésité et les maladies chroniques.

«Une préférence nocive pour les produits sucrés qui durera tout au long de la vie»

De fait, eu égard au danger que représente le sucre pour la santé, l’OMS appelle à limiter drastiquement l’apport de sucre dans l’alimentation des jeunes enfants, et même à bannir les sucres ajoutés dans la nourriture des nourrissons. «L’OMS avertit qu’une exposition précoce au sucre peut créer une préférence nocive pour les produits sucrés qui durera tout au long de la vie, et augmente le risque de développer des problèmes de santé, tels que l’obésité et d’autres maladies chroniques associées», souligne Public Eye, association spécialisée dans l’aide au développement.

Plus d’un milliard de personnes dans le monde sont atteintes d’obésité, selon une étude publiée début mars par la revue britannique de référence The Lancet, qui s’alarmait d’une accélération du phénomène dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires. Sur le continent africain, le nombre d’enfants de moins de cinq ans en situation de surpoids a augmenté de près d’un quart depuis le début du siècle.

Du lait en poudre Nestlé à mélanger avec de l’eau minérale Nestlé pour les nourrissons africains

Dans le monde,un million et demi de nouveau-nés meurent chaque année à cause du lait en poudre. C’est le chiffre alarmant que fournit l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et l’UNICEF, deux organes de l’ONU, qui dénoncent l’utilisation des substituts au lait maternel. Le chiffre d’affaires du secteur pèse 1,3 milliards pour la firme, rien de négligeable. Une étude britannique a démontré qu’au Burkina Faso et au Togo, on estime que15% des centres de santé reçoivent du matériel promotionnel et du lait en poudre gratuitement, un vrai cadeau empoisonné. En Afrique, des publicités incitent les mères à suivre les modes de vie occidentale, et tout ce qui vient d’occident a un grand prestige auprès des populations d’Afrique subsaharienne.

Jusque là pas de souci, tout le monde est d’accord sur le fait qu’une mère peut allaiter ou donner le biberon à son enfant : des études scientifiques ont démontré qu’il n’y a aucune différence intellectuelle entre un enfant allaité et un enfant qui a été nourri au biberon. Sauf qu’en Afrique, les conditions matérielles et économiques de la population ne sont pas les mêmes qu’en Europe. Alors les populations les plus démunies, diluent trop la poudre pour faire des économies, ce qui provoque une malnutrition qui laisse le nourrisson à la merci de maladies infectieuses. Pire encore, dans un monde où 900 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, les familles diluent le lait en poudre avec l’eau des rivières contaminées, provocant des énormes diarrhées qui conduisent l’enfant à la dénutrition, puis à la mort.

M. Peter Brabeck-Letmathe se vente de protéger les populations car le bio est plus dangereux que les OGM, un loup déguisé en mouton ! Alors que ses amis des industries minières et de l’agro ne font que déverser leurs déchets dans les rivières africaines tuant ainsi petit à petit la population. Il ne comprend pas pourquoi les familles africaines boivent de l’eau des rivières au lieu d’acheter de l’eau Nestlé !

Peter Brabeck, avec sa rhétorique lobbyiste, ne fait qu’avancer des pions dans le but de privatiser toutes les ressources naturelles et pouvoir ainsi les commercialiser. Dans l’état de Maine aux Etats-Unis, aux pieds du mont Washington, où la loi autorise à puiser l’eau sans limite, Nestlé a construit la plus grande usine d’embouteillage du monde et commercialise à prix d’or la même eau qui coule dans le robinet. Cet exemple démontre bien que la recherche du profit menée par les grands groupes industriels n’amène qu’à détruire l’environnement et à bafouer les droits des populations locales, en monopolisant les ressources pour les forcer à acheter des produits qui devraient leur revenir de plein droit, et gratuitement.

Jean Moliere  . source : News day

X