27 mai 2024
Paris - France
AFRIQUE

Namibie : Saara Kuugongelwa-Amadhila ,Première femme promue au poste de Premier ministre

Elle prête serment comme Première ministre le 21 mars 2015 aux côtés du président Hage Geingob. Elle est la première femme à occuper ce poste. En mai 2016, Saara Kuugongelwa-Amadhila prend part à une discussion du projet « Femmes dans la fonction publique du Wilson Center ».
Qui est Saara Kuugongelwa-Amadhila ?

Saara Kuugongelwa-Amadhila, née le 12 octobre 1967 à Otamanzi (Omusati), est une femme d’État namibienne qui a marqué l’histoire de son pays en devenant la première femme à occuper le poste de Première ministre. Son parcours personnel et politique est remarquable, caractérisé par son engagement en faveur du développement et de l’égalité des sexes.

Jeune, Saara Kuugongelwa-Amadhila s’exile avec la SWAPO en 1980 à l’âge de 13 ans, puis part pour la Sierra Leone en 1982 à l’âge de 15 ans. Malgré ces départs précoces, elle poursuit ses études avec détermination, fréquentant les écoles secondaires de filles Koidu et de Saint Joseph’s. Son parcours académique la mène ensuite à la Lincoln University en Pennsylvanie, aux États-Unis, où elle obtient un diplôme en économie entre 1991 et 1994.

Après avoir terminé ses études universitaires, Saara Kuugongelwa-Amadhila retourne en Namibie pour s’engager dans la politique et le service public. Son ascension politique est rapide et impressionnante : à l’âge de 27 ans, en 1995, elle est nommée directrice générale de la Commission nationale de la planification, un poste ministériel important. Par la suite, elle est nommée ministre des Finances en 2003, démontrant ainsi ses compétences en matière de gestion économique et financière

En reconnaissance de ses réalisations et de son engagement, Saara Kuugongelwa-Amadhila reçoit l’ordre du Soleil le plus brillant, deuxième classe, lors du Jour des héros de 2014. Ce titre illustre son dévouement et sa contribution exceptionnelle au développement de la Namibie.

Le 21 mars 2015, Saara Kuugongelwa-Amadhila entre dans l’histoire en prêtant serment en tant que Première ministre aux côtés du président Hage Geingob. Sa nomination à ce poste de premier plan représente un moment décisif pour la Namibie, marquant une avancée significative vers l’égalité des sexes et la reconnaissance du leadership des femmes dans la sphère politique.

Saara Kuugongelwa-Amadhila ne se contente pas de ses fonctions politiques : elle est également une militante de l’égalité des sexes et participe activement aux discussions sur ce sujet. Sa présence à des événements tels que le projet « Femmes dans la fonction publique du Wilson Center » en mai 2016 témoigne de son engagement en faveur de l’autonomisation des femmes et de la lutte contre les inégalités de genre.

Saara Kuugongelwa-Amadhila incarne le dynamisme et la détermination des femmes namibiennes dans la vie politique et sociale de leur pays. En tant que Première ministre, elle joue un rôle essentiel dans la promotion du développement et de l’égalité, laissant ainsi une marque indélébile dans l’histoire de la Namibie et inspirant les générations futures à poursuivre le combat pour un avenir meilleur.

Présentation du pays

Superficie : 824.148 km2
Capitale : Windhoek
Villes principales : Windhoek, Rundu, Walvis Bay, Swakopmund, Grootfontein, Katima Mulilo
Langue officielle : Anglais
Langues courantes : Anglais, Oshivambo (langue maternelle de 49 % de la population), Afrikaans (11 %), Nama – Damara , Herero, Rukavango, Allemand (2%), Tswana

Données démographiques (INED, Banque Mondiale et PNUD -chiffres 2021)
Population : 2 587 344 (2021) dont Ovambo 49,8 %, Kavango 9,3 %, Damara 7,5 %, Herero 7,5 %, Blancs 6,4 %, Nama 4,8 %, Métis 4,1 % (estimations)
Densité : 3 hab./km² (2017)
Croissance démographique : + 2,3 % par an
Espérance de vie : 64.4 ans à la naissance (2020)
Taux d’alphabétisation : 76,5 %
Religions : chrétiens (85 %, dont environ 50 % de luthériens), animistes (15 %)
Indice de développement humain : 0,647 – 130e pays sur 190 (2019)

Politique intérieure

La SWAPO (« South West Africa People Organisation »), parti au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1990, reste largement majoritaire du fait de sa légitimé historique et rassemble environ 75 % des suffrages à tous les scrutins depuis 1999.

Les élections générales de novembre 2019 ont confirmé à nouveau l’assise politique de la SWAPO. Le parti du Président Geingob a remporté une majorité de 65,5 %, devant le People Democratic Movment (16.,6 %) et le Landless People movment (4,7 %). Le taux de participation pour ces deux élections s’établit à 60 % environ. M. Geingob est devenu, après son investiture le 21 mars 2015, le premier chef de l’État namibien non issu de l’ethnie majoritaire Ovambo (il appartient à la communauté Damara).

Politique étrangère

La Namibie entretient des relations étroites avec ses voisins d’Afrique australe au sein de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Elle préside, en 2022-2023, l’organe politique, de défense et de sécurité de la SADC.

Les relations avec l’Afrique du Sud, second partenaire commercial derrière la Chine, avec un total des échanges cumulant à 64,1 milliards de dollars namibiens (soit 4,37 milliards d’euros), sont importantes.

Se considérant fille de la communauté internationale et de l’ONU, qui l’ont aidée dans sa lutte pour l’indépendance, la Namibie se veut un acteur engagé du multilatéralisme et des droits de l’Homme. Membre d’une quarantaine d’organisations internationales, elle contribue aux OMP (force de maintien de la paix namibienne au Darfour dans le cadre de l’UNAMID).

En juillet 2018, lors du Sommet de l’Union africaine de Nouakchott, la Namibie a ratifié l’accord sur la « Zone de libre échange continentale africaine » (AfCFTA).

La Namibie s’est abstenue sur toutes les résolutions condamnant l’agression russe en Ukraine.

Situation économique

Avec un PIB de 12 Mds USD en 2021 et une population de 2,5 M d’habitants, la Namibie se classe dans le top 10 des pays d’Afrique sub-saharienne les plus riches (PIB par tête de 4 800 USD).

Les relations avec l’Afrique du Sud, second partenaire commercial derrière la Chine, avec un total des échanges cumulant à 64,1 milliards de dollars namibiens (soit 4,37 milliards d’euros), sont importantes.

Se considérant fille de la communauté internationale et de l’ONU, qui l’ont aidée dans sa lutte pour l’indépendance, la Namibie se veut un acteur engagé du multilatéralisme et des droits de l’Homme. Membre d’une quarantaine d’organisations internationales, elle contribue aux OMP (force de maintien de la paix namibienne au Darfour dans le cadre de l’UNAMID).

En juillet 2018, lors du Sommet de l’Union africaine de Nouakchott, la Namibie a ratifié l’accord sur la « Zone de libre échange continentale africaine » (AfCFTA).

La Namibie s’est abstenue sur toutes les résolutions condamnant l’agression russe en Ukraine.

Situation économique

Avec un PIB de 12 Mds USD en 2021 et une population de 2,5 M d’habitants, la Namibie se classe dans le top 10 des pays d’Afrique sub-saharienne les plus riches (PIB par tête de 4 800 USD).

Sur le plan social, le pays est dans une situation relativement plus favorable que ses voisins. Le taux de pauvreté y est plus faible (21% en 2021 contre 24% en 2010 – au seuil de 1,9 USD par jour), mais en augmentation de 4,5 points par rapport à 2019 suite à la crise de la Covid. Avec 22% à fin 2021, le taux de chômage est aussi parmi les moins élevés de la sous-région, même s’il a augmenté de deux points depuis 2019.

Malgré la petite taille de son marché, l’économie namibienne dispose d’atouts non-négligeables : un système politique stable, des institutions solides, un secteur financier sophistiqué (majoritairement contrôlé par des capitaux sud-africains) et un fort potentiel dans les services – logistique et numérique, notamment. Cependant, elle est peu diversifiée, reposant en grande partie sur les industries extractives (uranium et diamant principalement – environ 10% du PIB et plus de 60% des recettes d’exportation sur la période 2017-2019) et sur le tourisme (environ 10% du PIB). Le secteur public représente aussi un poids relativement élevé (15% du PIB), largement financé par la rente.

Enfin, l’économie namibienne est très dépendante de la situation en Afrique du Sud (distribution, immobilier, recettes douanières et commerce extérieur – deuxième débouché derrière la Chine, avec 17% des exportations en moyenne sur les cinq dernières années).

La Présidente de Tanzanie, La Première Ministre de Namibie et La CEO de la Fondation Merck nommées parmi les 100 Femmes Africaines Les Plus Influentes en 2023

Dr. Rasha Kelej a été reconnue pour son engagement en faveur de l’autonomisation des femmes, de l’éducation des filles et de la transformation des soins aux patients en Afrique et dans d’autres pays en voie de développement.

La Présidente de Tanzanie, S.E. SAMIA SULUHU HASSAN; Merck Foundation CEO, Sénatrice, Dr. Rasha Kelej; La Première Ministre de Namibie, Rt. Hon Saara Kuugongelwa-Amadhila parmi les 100 Femmes Africaines Les Plus Influentes 2023 ; La liste des 100 Femmes Africaines Les Plus Influentes 2023 est composée de femmes africaines éminentes qui brisent les préjugés à travers le monde et comprend 2 présidentes, 3 vice-présidentes, 1 première ministre, des ministres et de hauts PDG d’entreprises à but lucratif et non lucratif ; Dr. Rasha Kelej, CEO et Sénatrice de la Fondation Merck, reconnue pour la cinquième année comme l’une des 100 Femmes Africaines Les Plus Influentes en 2023 ; Sous sa direction, la Fondation Merck a également été reconnue comme l’ONG de l’année 2022, l’ONG la plus influente et la meilleure philanthropie du secteur de la santé de l’année 2023, dont les efforts collectifs façonnent l’avenir de l’Afrique et transforment son paysage des soins de santé.

Sénatrice Dr Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck et Présidente de la Campagne « Plus Qu’une Mère », a été reconnue comme l’une des 100 Femmes Africaines Les Plus Influentes 2023 pour la cinquième année consécutive, par un La principale société de notation, Avance Media, lance sa publication annuelle pour mettre en lumière et célébrer les efforts remarquables des femmes africaines, qui inspirent les futurs dirigeants de l’Afrique.

« Je suis fière qu’en partenariat avec 22 Premières Dames Africaines en tant qu’ambassadrices de la campagne « Plus Qu’une Mère », nous ayons accordé plus de 1 700 bourses à de jeunes médecins de 50 pays. Des bourses d’études d’un, deux et trois ans pour diplômes et master dans plus de 42 spécialités critiques et mal desservies sont accordées à ces médecins qui sont devenus les premiers spécialistes de leur pays. De plus, je suis très fière que plus de 780 bourses sur le total des bourses accordées à des femmes diplômées en médecine, c’est une étape importante pour nous », explique le Dr. Kelej

Grâce au programme « Éduquer Linda » en partenariat avec les Premières Dames Africaines qui sont également les Ambassadrices de la campagne « Plus Qu’une Mère » de la Fondation Merck, elle a contribué à l’avenir de milliers d’écolières en fournissant des bourses et des articles scolaires essentiels à de nombreux pays africains. Ce programme a bénéficié à de nombreuses filles en leur offrant des bourses d’études dans de nombreux pays africains comme le Burundi, la République Centrafricaine, la RDC, le Malawi, la Namibie, le Nigeria, la Zambie, le Zimbabwe et plus encore. En outre, 3 000 ensembles d’articles scolaires essentiels ont été distribués aux écoles de filles de nombreux pays comme l’Angola, Burundi, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Gambie, Ghana, Libéria, Malawi, Namibie, Niger, Nigeria et Zambie.

La Fondation Merck a également annoncé les MARS Awards pour apprécier et récompenser les « Meilleures Chercheuses Africaines » et le « Meilleur Jeune Chercheur Africain ». L’objectif est d’autonomiser les femmes et les jeunes chercheurs africains, de renforcer leurs capacités de recherche et de promouvoir leur contribution aux STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques), en mettant cette année l’accent sur « Le rôle de la recherche scientifique dans la santé des femmes et les soins de reproduction ».

Dans le but de sensibiliser aux problèmes sociaux et sanitaires critiques du continent, elle a formé plus de 3 000 professionnels des médias dans plus de 35 pays et lance également chaque année 8 prix différents pour la meilleure couverture médiatique, créations de mode, films et chansons.

La liste 2023 des 100 femmes africaines les plus influentes comprend une représentation des femmes africaines les plus influentes de 36 pays africains, choisies parmi divers parcours professionnels, notamment la diplomatie, la philanthropie, la politique, l’activisme, l’entrepreneuriat, la direction des affaires, le sport, les médias et le divertissement. Il comprend de nombreux noms célèbres comme; S.E. SAMIA SULUHU HASSAN, Présidente de la Tanzanie; S.E. SAHLE-WORK ZEWDE, Présidente de l’Éthiopie et Rt. Hon Saara Kuugongelwa-Amadhila, Première Ministre de la Namibie, entre autres.

Jean Moliere source: L’Echo du sud

X