4 décembre 2023
Paris - France
ECONOMIE

Mustapha Gajibo premier producteur de véhicules électriques au Nigeria

Des voitures 100% électriques fabriquées au Nigeria.

Et si l’électrique était la solution aux pénuries de carburant que connaît régulièrement le Nigeria Mustapha Abubakar, l’a certainement compris, lui qui s’est donné pour mission de doter la ville de . dans l’Etat de Borno de ses véhicules électriques.

Ce mini-bus roulant à l’électrique est l’œuvre de Mustapha Abubakar Gajibo. Ce jeune nigérian a abandonné ses études universitaires pour fabriquer des véhicules 100 % électriques afin de lutter contre la pollution de l’air dans son pays. Ses véhicules ont fait sa renommée au Nigeria malgré les défis auxquels son entreprise doit faire face.

« Ce qui m’a motivé à fabriquer un véhicule électrique, c’est avant tout pour les prix des carburants et des transports qui augmentent tous les jours de plus les autres véhicules à énergie fossile causent des dommages à notre environnement… Je me suis donc lancé dans la construction d’un véhicule électrique pour résoudre tous ces problèmes  » explique Mustapha Abubakar Gajibo.

Son entreprise Phoenix Renewable Energy produit également des panneaux solaires et transforment des véhicules à essence en électriques dans son nouvel atelier à Abuja. Le jeune entrepreneur dit pouvoir confectionner des dizaines de véhicules performants à même de répondre aux besoins en transport de la population.

Ces véhicules offrent plus de confort aux passagers et réduisent les coûts de transport. Ils sont également réputés pour leur respect de l’environnement.

« Ce modèle de véhicule électrique est conçu pour les transports en commun à courte distance et à faible intensité. Ce bus de sept places, entièrement construit ici peut parcourir une distance de 210 kilomètres avec une seule charge, il a une option d’échange de batterie qui permet également d’économiser le temps de charge » souligne Mustapha Abubakar Gajibo.

Cet entrepreneur est prêt à vendre ses véhicules dans plusieurs pays du continent. Il dit avoir des commandes au Ghana, en Ouganda, ou encore au Kenya, mais a besoin des financements pour agrandir son industrie.

Mustapha Gajibo devient la première personne à fabriquer des véhicules électriques au Nigeria et en Afrique – et ceci, malgré qu’il ait abandonné ses études à l’Université de Maiduguri. Ce jeune génie de 30 ans a rejoint une longue liste de personnalités notables de l’histoire qui ont su créer un impact dans la société.

Mustapha Abubakar Gajibo, né dans l’État de Borno, au nord-est, Nigeria est entré dans l’histoire en devenant le premier Nigérian et le premier en Afrique subsaharienne à produire localement des véhicules électriques dans le but de promouvoir un développement énergétique propre et efficace en conformité avec la réglementation environnementale.

Avec ses compétences innovantes dans les énergies renouvelables, le jeune Gajibo construit des voitures électriques, des tricycles et des générateurs et il le fait avec la main-d’œuvre locale.

Gajibo possède le Phoenix Renewable Energy Group.

Mustapha Gajibo obtient du soutien du gouverneur

Le jeune entrepreneur qui a commencé à construire des véhicules électriques en 2017 a attiré l’attention de beaucoup, y compris le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Umara Zulum.

Ayant reçu l’appel de son ambition dans la vie, Gajibo a quitté l’Université de Maiduguri pour étudier l’agriculture générale au lieu du génie électrique qu’il voulait passionnément étudier dans le but de réaliser son destin.

Ayant entendu parler du merveilleux exploit de Gajibo, Zulum avait présenté cinq mini-bus et 20 millions de nairas à ce grand inventeur, spécialisé dans la conversion de bus à moteur à essence en véhicules électriques à énergie solaire.

 

Gajibo déclare :

« Je me suis aventuré dans l’installation de systèmes solaires et plus tard dans la construction de véhicules électriques pour la résolution de défis sociétaux. »

Il dit que depuis son enfance, il avait toujours développé une passion pour résoudre les problèmes chaque fois qu’il les voyait dans sa communauté.

Le jeune entrepreneur a déclaré qu’avec un financement, un accès aux matières premières et des devises, l’entreprise peut produire 5 000 véhicules électriques par an. Il a ajouté que, une fois terminé, ses véhicules réduiraient le coût des véhicules importés et réduiraient les coûts de transport causés par le coût élevé des produits pétroliers, car sa conception ne dépendra pas de l’essence pour fonctionner.

Northpad NIgeria
Les bus électriques de Mustapha Gajibo / Northpad NIgeria

« J’ai toujours aimé avoir des idées sur la façon de résoudre ces problèmes dont souffre notre monde. J’ai commencé avec une entreprise d’énergie renouvelable qui produisait des systèmes solaires pour les secteurs résidentiels et industriels. Je me suis ensuite aventuré dans les véhicules électriques à cause des problèmes auxquels le monde entier était confronté, tels que le coût élevé des produits pétroliers, le coût élevé du transport en raison du coût du carburant. Et un autre problème alarmant était la question du réchauffement climatique largement contribué par les émissions des moteurs à essence dangereux pour l’environnement. »

Il poursuit en disant :

« En prenant en compte de tous ces problèmes, j’ai décidé de proposer des idées de véhicules électriques et aussi de contribuer ma part à la réduction des émissions dans notre société. Nous avons commencé par convertir des tricycles normaux à essence en des tricycles entièrement électriques, puis nous sommes passés de cela à la conversion de minibus à essence en bus électriques. »

« Phoenix est maintenant passé de la conversion de véhicules à la conception et à la construction complètes de véhicules. Nous avons construit des bus entièrement électriques qui ont une capacité assise de 12 passagers et peuvent parcourir une distance de 200 km par charge. Et il est entièrement climatisé avec les dernières technologies dont un système de commande vocale. »

« Je suis fier de dire que ces véhicules ont été entièrement conçus et construits ici au Nigeria, ajoutant que 60 à 70 % des matériaux utilisés pour la production provenaient de sources locales. » Dit-il pour terminer.

Jean Moliere

Source : The African Dreams

X