27 mai 2024
Paris - France
CULTURE

musique : phyllisia Ross , l’Américano-haïtienne à la voix veloutée du Zouk

Phyllisia Ross d’origine Haïtienne-Americaine a eu son diplôme en Biologie à Miami mais cependant n’arrive toujours pas à se passer de la musique.

Charismatique, naturelle, solaire… Phyllisia Ross rayonne. Rencontre avec la chanteuse américano-haïtienne, de passage à Maurice le temps d’un concert à l’Altitude Club. Cette « self-made-woman » revient sur son parcours à succès.

Phyllisia Ross née d’une mère Haïtienne et d’un père Yankee en Floride n’a pas mis son ancrage identitaire en marge. La fameuse chanteuse n’arrête jamais aucune activité caritative intra-communautaire et son rêve est de profiter de sa relative popularité à l’échelle mondiale pour promouvoir la culture Haïtienne.

Phyllisia Ross d’origine Haïtienne-Americaine a eu son diplôme en Biologie à Miami mais cependant n’arrive toujours pas à s’en passer de la musique. En 2020 elle a fait sa première apparition sur la page Rolando Hit Promo pour avoir partagé le duo avec Medjy dans la chanson du groupe Enposib intitulée « OVERDOSE » et n’était-ce pas la chanson  » M’Pa Kyè » cette musique (Overdose) serait élue « Hit de l’année 2020 » sur la page RolandoHitPromo

Bien qu’elle soit élevée par un père Yankee et une mère Haïtienne cela n’a pas du tout handicapé sa carrière musicale au contraire cela lui a permis de bien explorer les deux cultures sans aucun problème, sa prosodie communicationnelle est hyper intéressante et déjà les mélomanes en Haïti sont fascinés par sa voix et ses performances sur scène.

Phyllisia Ross, l’escale new-yorkaise de la chanteuse haïtienne

Dans son dernier morceau, One, elle chante la joie d’être auprès de la personne qu’elle aime. Phyllisia Ross est une artiste d’origine haïtienne et américaine et la positivité, c’est un peu sa philosophie de vie. Il suffit de jeter un coup d’œil à son compte Instagram pour se rendre à quel point la jeune femme a un but dans la vie : partager sa joie de vivre avec son public.

Son style électro aux influences R’n’B et aux rythmes créoles fait danser les gens à travers le monde. On a d’ailleurs repéré la musicienne sur Instagram parce qu’elle faisait une tournée de l’île Maurice à la Martinique, en passant par la Guyane et Paris. De quoi nourrir ses quelque 84.000 abonnés d’images paradisiaques en une poignée de semaines seulement.

Pour notre dernières escapades, Girls a demandé à Phyllisia Ross de poser ses valises en dehors des frontières françaises et européennes. RDV exceptionnel à New York pour découvrir cette ville américiane du point de vue d’une artiste à la voix de velours.

 « J’aime être féminine, me sentir sexy et sensuelle »

Elle est tombée sous le charme de l’île Maurice, qui lui rappelle ses origines. Phyllisia Ross revient sur son parcours musical et sa relation intime avec le pays de son cœur, Haïti.
Phyllisia n’a rien à envier à Alicia Keys ou à Rihanna. Au fil de sa carrière, la chanteuse s’est forgé un nom au niveau international et a su toucher le cœur des Haïtiens. Elle est d’ailleurs une icône à Haïti. C’est détendue et souriante qu’elle profitait de ses quelques jours sous les tropiques dans le cadre d’un concert à l’Altitude Club. « Le voyage a été long, mais il valait la peine. À Maurice, je vois des influences de différentes cultures et cela me fait beaucoup penser à Haïti », dit-elle.

Outre son charme ravageur, Phyllisia Ross est une musicienne hors pair. Elle raconte avoir commencé ses premiers cours de piano à trois ans. « Mes parents ont tout de suite décelé en moi du talent », confie-t-elle. Phyllisia chante aussi depuis l’âge de cinq ans et raconte n’avoir depuis jamais arrêté de chanter.

En effet, cela fait quinze ans qu’elle fait de la musique et en compose. « Je me suis essayée à différents styles musicaux : classique, jazz, RnB. Puis, au fil des années, je me suis ancrée davantage dans ma culture en m’orientant vers la World Music, le zouk, la soul, le reggae, le kompa, l’afro beat. » Phyllisia se fait rapidement remarquer par de grosses pointures du RnB américain et enchaîne les collaborations avec des artistes tels que Ne-Yo, Flo Rida ou Jah Cure.

Parmi toutes ses expériences musicales, elle nous parle du moment passé avec le chanteur Marvin, avec qui elle est en duo dans la chanson U & Me, qu’elle considère comme étant l’une de ses plus belles collaborations culturellement, musicalement et au niveau personnel.

« Parfois, on peut passer notre vie à chercher un tube et ne pas pouvoir en faire. C’était une collaboration inattendue, surtout de pouvoir chanter en français, la langue qui a bercé mon enfance »

Elle souhaite contrebalancer son image de femme sexy véhiculée dans l’ensemble de ses clips par celle de la pianiste qu’elle est dans l’âme. Son image de sex-symbol, elle ne l’a, d’ailleurs, pas toujours assumée.

« À mes débuts, alors que j’étais encore adolescente, mon image était trop sexualisée. Maintenant que je gère moi-même mon business, j’ai trouvé un équilibre et je fais en sorte qu’on me voit comme celle que je suis. J’aime être féminine, me sentir sexy et sensuelle », relate-t-elle.

« Ma maman me disait toujours qu’il fallait que j’assume ce que Dieu m’a donné. D’ailleurs, je ne vends pas une image sexuelle de moi, je vends l’image d’une femme sûre d’elle et bien dans sa peau », ajoute-t-elle. Aujourd’hui, elle cultive son image pour ses fans. « Je veux qu’ils voient que je suis naturelle et simple en toutes circonstances. C’est ce qu’il y a de plus important pour moi », affirme-t-elle.

L’artiste se décrit comme une femme indépendante, gastronome, religieuse, nomade, mais toujours très proche de sa famille. « J’essaie de faire du mieux que je peux pour passer du temps avec ma famille, entre mes tournées. D’ailleurs, elle m’accompagne souvent. » Elle dit s’inspirer de ses proches et de son vécu : « My inspiration is giving the real. »

Elle a grandi au milieu de plusieurs cultures aux côtés de sa mère, qui est de Port-au-Prince, et de son père, qui est un juif russo-américain de New York. Au-delà de sa passion pour la musique, elle s’engage pour aider le pays natal de sa mère.

Son objectif majeur, c’est maintenant de promouvoir Haïti à travers sa musique, d’où sa vidéo Se Konsa, tournée en Haïti. Son nouveau clip, One, a été lancé .

Jean Moliere . Source: Rolando Hitpromo

X