27 mai 2024
Paris - France
CULTURE

Littérature:Zadie Smith est une écrivaine anglaise de mère jamaïcaine commet « L’imposture » son premier roman

Le premier roman historique écrit par Zadie Smith, inspiré de faits réels, se déroule à la fin du XIXe siècle. Le personnage principal, Mrs Touchet, est une veuve avant l’heure qui a construit son existence auprès de son cousin William Ainsworth, écrivain raté qui se rêve aussi célèbre que ses amis : Dickens, Forster, Kenealy. Abolitioniste, féministe, engagée pour toute cause qu’elle considère juste, Mrs Touchet, comme toute l’Angleterre des années 1870, se prend de passion pour l’affaire Tichborne : Arthur Orton, un boucher originaire de Wapping, récemment revenu d’un long voyage en Jamaïque, prétend être Sir Roger Tichborne, l’héritier de feu le baron de Tichborne, disparu en mer des années plus tôt. Son témoin le plus fidèle est Andrew Bogie, ancien esclave originaire de Jamaïque, qui fascine Mrs Touchet. Avec la plume percutante de Zadie Smith, on découvre une société anglaise qui se ment à elle-même et qui est encore loin d’avoir résolu son passé colonial.

L’Imposture

Eliza Touchet est loin d’être une femme ordinaire dans l’Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle. Non seulement, après avoir perdu son mari, elle vit en concubinage à peine masqué avec son cousin par alliance – dont elle se retrouve contrainte de corriger les innombrables romans-fleuves écrits dans la veine de Charles Dickens, le talent en moins -, mais elle est aussi farouchement indépendante et politisée.
Abolitionniste de la première heure, Eliza s’enthousiasme pour un intrigant procès qui déchaîne les passions à Londres : Sir Roger, grand héritier de l’empire Tichborne, disparu en mer des années auparavant, a brusquement refait surface et réclame son dû. À ses côtés, un ancien esclave de la colonie jamaïcaine ayant appartenu à la famille Tichborne témoigne en sa faveur. Mais ce revenant, si grossier et inculte, peut-il vraiment être Sir Roger, comme il le clame ? Et pourquoi cet homme noir prend-il ainsi sa défense ?
Avec L’imposture, Zadie Smith nous entraîne vers un monde victorien fascinant où réalité et fiction se mêlent dans un style très vivant. Au coeur de ce roman historique aux résonances très actuelles naît une grande héroïne qui ose se confronter au passé colonial brutal de l’Angleterre.

Deux petites filles métisses d’un quartier populaire de Londres se rencontrent lors d’un cours de danse. Entre deux entrechats, une relation fusionnelle se noue entre elles. Devant les pas virtuoses de Fred Astaire et de Jeni LeGon sur leur magnétoscope, elles se rêvent danseuses. Tracey est la plus douée, la plus audacieuse mais aussi la plus excessive. Alors qu’elle intègre une école de danse, la narratrice, elle, poursuit une scolarité classique au lycée puis à l’université, et toutes deux se perdent de vue. La plus sage devient l’assistante personnelle d’Aimee, une chanteuse mondialement célèbre. Elle parcourt le monde, passe une partie de l’année à New York et participe au projet philanthropique d’Aimee : la construction d’une école pour filles dans un village d’Afrique. Pendant ce temps, la carrière de Tracey démarre, puis stagne, tandis que progresse son instabilité psychologique. Après une série d’événements marquants, les deux amies se retrouveront pour un dernier pas de danse. Roman d’apprentissage et de désillusion, le cinquième roman de Zadie Smith opère également une réflexion sur le racisme, l’identité, le genre et la célébrité, avec beaucoup de rythme, d’humour et d’émotion.

Zadie Smith naît le 25 octobre 1975 dans le nord-ouest de Londres. Son père, Harvey Smith, est anglais et issu de la classe ouvrière d’East Croydon. Il quitte l’école à 13 ans. Il rejoint l’armée en mai 1943, à l’âge de 17 ans, et combat pour la première fois en Normandie où il est blessé. Il est un temps photographe avant de travailler dans le publipostage. Il meurt en 2006 à l’âge de 81 ans

Sa mère, Yvonne Bailey, est jamaïcaine et émigre en Angleterre à l’âge de 15 ans en 1969. Elle est mannequin pendant une courte période puis secrétaire, avant de reprendre des études. Elle obtient un diplôme en travail social, puis un diplôme en thérapie infantile. Elle devient psychothérapeute et consultante auprès des parents pour l’association caritative Young Minds.

Zadie Smith a deux frères plus jeunes, Ben et Luke, qui font du rap tous les deux. Ben, animateur d’un groupe de jeunes dans une école locale, travaillant principalement avec des enfants de réfugiés et de demandeurs d’asile, est également connu dans les années 2000 sous le nom de Doc Brown au sein de la scène hip-hop underground londonienne. Par la suite, il devient comédien et acteur.

Leurs parents divorcent alors que Zadie Smith est encore adolescente.

Elle pratique les claquettes pendant onze ans. Enfant, elle suit également des cours d’art dramatique au théâtre.

À l’âge de quatorze ans, elle change son prénom de Sadie à Zadie, à peu près au moment où sa mère lui fait lire Zora Neale Hurston.

Zadie Smith est élève dans une école polyvalente du nord de Londres, Hampstead School, à Cricklewood.

Puis elle étudie la littérature anglaise au King’s College de l’université de Cambridge. Au cours de sa deuxième année, elle publie une histoire dans une collection annuelle d’écriture créative d’Oxbridge intitulée May Anthologies2. Elle obtient son diplôme en 1997.

Pendant ses études, elle travaille comme chanteuse de jazz.

Romans
  • White Teeth (2000) – James Tait Black Memorial Prize
    Publié en français sous le titre Sourires de loup, traduit par Claude Demanuelli, éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2001 ; rééd. coll. « Folio » no 3844, 2003
  • The Autograph Man (2002)
    Publié en français sous le titre L’Homme à l’autographe, traduit par Jamila et Serge Chauvin, éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2005 (ISBN 2-07-076644-6) ; rééd. coll. « Folio » no 4405, 2006 (ISBN 2-07-033823-1)
  • On Beauty (2005)
    Publié en français sous le titre De la beauté, traduit par Philippe Aronson, éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2007 (ISBN 978-2-07-078090-7) ; rééd. coll. « Folio » no 4873, 2009 (ISBN 978-2-07-037956-9)
  • NW (2012)
    Publié en français sous le titre Ceux du Nord-Ouest, traduit par Emmanuelle Aronson et Philippe Aronson, éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2014 (ISBN 978-2-07-014100-5)
  • Swing Time (2016)
Publié en français sous le titre Swing Time, traduit par Emmanuelle et Philippe Aronson, éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2018 (ISBN 9782072701696)
  • The Fraud (2023)
Publié en français sous le titre L’imposture, traduit par Laetitia Devaux, éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 2024 (ISBN 9782073027351)
Nouvelles et recueil
  • Martha and Hanwell (2005)
  • The Book of Other People (en) (2008)
  • The Embassy of Cambodia, parue dans le New Yorker
  • Meet the President!, parue dans le New Yorker
  • Grand Union (short story collection) (en) (2019), publié en français sous le titre Grand Union, traduit par Lætitia Devaux, éditions Gallimard, coll. « Du monde entier », 284 p., 2021 (ISBN 978-2-07-286-386-8)
Essais
  • Changing My Mind: Occasional Essays (2009)
    Publié en français sous le titre Changer d’avis, éditions Gallimard, 2013 (ISBN 978-2-07-012992-8)
  • Intimations, Six Essays (2020)
    • Publié en français sous le titre Indices, six essais, traduit par Sika Fakambi, éditions Gallimard, coll. »Folio » no 6944, 2021 (ISBN 978-2-07-293339-4)
  • Feel Free, essais à vocation libres, Gallimard, 2023
Pièces de théâtre
The wife of Willesden (2021)

Livres pour enfant

Weirdo (2021)

Récompenses

  • pour l’œuvre en général :
    • Prix littéraire Die Welt 2016
    • Prix de l’État autrichien pour la littérature européenne 2018
    • Apparait sur la liste décennale du magazine Granta des 20 jeunes romanciers britanniques de moins de 40 ans les plus prometteurs (2003 et 2013).
  • pour des œuvres en particulier :
    • prix Whitbread du premier roman (Sourires de loup, 2000)
    • Guardian First Book Award (Sourires de loup, 2000)
    • prix James Tait Black (Sourires de loup, 2000)
    • prix du premier livre des écrivains du Commonwealth (Sourires de loup, 2000)
    • prix littéraire Wingate de la revue Jewish Quarterly (L’homme à l’autographe, 2003)
    • prix du Commonwealth Writers Best (De la beauté, 2005)
    • Orange Prize for Fiction 2006 (De la beauté, 2005)
    • considéré comme l’un des dix meilleurs livres de l’année 2005 par The New Yorker Review of Books (De la beauté, 2005)considéré comme l’un des dix meilleurs livres de 2023 de la Book Review du New York Times (The Fraud, 2023)
    •                                   À lire –Zadie Smith, L’imposture, trad. de l’anglais (Royaume-Uni) par Laetitia Devaux, Gallimard, 2024Jean Moliere . source:  Biographie
X