29 février 2024
Paris - France
AFRIQUE

Les quotidiens commentent la nomination du nouveau CEMGA et le procès d’Ousmane Sonko

Dakar- La nomination du nouveau chef d’état-major général des armées (CEMGA) et le procès en diffamation entre Mame Mbaye Niang et Ousmane Sonko sont les sujets les plus en vue dans les quotidiens de ce vendredi.

La présidence de la République a annoncé jeudi l’élévation du général de division Mbaye Cissé au rang de général de corps d’armée et sa nomination à la tête de l’état-major général des armées.

Le Témoin Quotidien décrit le nouveau CEMGA, âgé de 59 ans, comme ‘’un meneur d’hommes aux capacités managériales exceptionnelles’’.

Il le qualifie aussi de ‘’merveilleux scientifique’’ et de ‘’brillant littéraire-philosophe’’.

‘’Cette nomination […] survient à un moment assez trouble, où divers courants tentent d’entraîner les forces de défense et de sécurité à jouer un rôle dans le champ politique’’, commente Le Quotidien.

L’Observateur présente le chef d’état-major général des armées, en citant l’un de ses camarades de promotion du prytanée de Saint-Louis (nord), comme ‘’un homme d’une grande intelligence et un brillant intellectuel’’.

‘’Un background intellectuel solide et la perspective d’une belle carrière universitaire n’ont pas eu raison de l’étudiant en philosophie Mbaye Cissé, qui est retourné fièrement à ses anciennes amours militaires’’, écrit Le Soleil.

L’As est émerveillé par le ‘’parcours exceptionnel’’ du chef d’état-major général des armées, que le journal EnQuête décrit comme un ‘’crack’’ réputé pour ‘’une forte présence sur les terrains chauds’’ et ‘’un artilleur respecté, qui a fait ses humanités’’.

‘’Le syndrome Khalifa Sall […] guette Ousmane Sonko’’, titre Tribune en relayant une crainte exprimée par les avocats d’Ousmane Sonko.

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi, ces derniers ont dénoncé ‘’une justice expéditive’’ visant à rendre leur client inéligible à l’élection présidentielle du 25 février 2024, dans le cadre du procès en diffamation l’opposant au ministre Mame Mbaye Niang.

Le ‘’fromage de la dispute’’

‘’Selon eux, les appels introduits par le procureur de la République et le ministre visent à rendre inéligible leur client pour la prochaine élection présidentielle’’, écrit Sud Quotidien en parlant des conseils d’Ousmane Sonko.

‘’Il ne faudrait pas qu’on utilise la justice pour rendre inéligible un adversaire politique’’, note Libération en citant Me Bamba Cissé, l’un des avocats du maire de Ziguinchor (sud).

Le Témoin Quotidien tient à signaler que ‘’d’habitude, la justice est décriée pour sa lenteur dans les procédures de jugement et d’appel concernant les justiciables’’. ‘’Mais, curieusement, dans l’affaire Mame Mbaye Niang-Ousmane Sonko, les procédures sont accélérées pour un jugement rapide en appel de ce procès’’, ajoute-t-il.

Le Quotidien affirme que ‘’l’affaire est partie pour être traitée en mode ‘fast track’‘’, ‘’une célérité qui suscite beaucoup d’interrogations au sein du collectif des avocats d’Ousmane Sonko’’, pense L’info.

‘’Dans le jeu du chat et de la souris auquel jouent Macky Sall et Idy (surnom d’Idrissa Seck), Yankhoba Diatara a refusé d’être le fromage de la dispute […] Les calculs continuent entre les deux poids lourds mais Yankhoba Diatara cesse d’être l’inconnue de l’équation’’, commente Le Quotidien.

Idrissa Seck, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a limogé le ministre des Sports de ses fonctions de vice-président de Rewmi, le parti politique qu’il dirige.

‘’Yankhoba Diatara a proposé à son leader, Idrissa Seck, lors de leur tête-à-tête d’hier matin, au Point E, de proposer au président Macky Sall quelqu’un d’autre au ministère des Sports’’, lit-on dans Le Témoin Quotidien.

Récemment, le président du CESE, allié de Macky Sall, a implicitement déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024 dans un post Facebook qu’il a par la suite retiré.

‘’On est dans un jeu d’échecs’’

Le limogeage de Yankhoba Diatara de la vice-présidence de Rewmi et la déclaration de candidature de l’ancien Premier ministre font croire à WalfQuotidien qu’‘’on est dans un jeu d’échecs’’, entre Idrissa Seck et Macky Sall. ‘’Bien malin celui qui peut prédire [lequel des deux] aura le dernier mot’’, écrit-il.

‘’J’ai dit à Idrissa Seck que je vais démissionner du gouvernement mais il n’est pas d’accord’’, note Le Soleil en citant le ministre des Sports.

‘’Yankhoba Diatara et Idrissa Seck arrondissent les angles […] Pour le troisième mandat, M. Diatara dit s’aligner derrière la position d’Idrissa Seck’’, lit-on dans EnQuête.

Pourtant, soutenir, à l’opposé de son mentor, que Macky Sall peut légalement briguer un nouveau mandat présidentiel est le reproche que lui aurait fait Idrissa Seck pour le relever de ses fonctions de vice-président de Rewmi, selon plusieurs journaux.

‘’Beaucoup s’attendaient à ce que Yankhoba Diatara suivent les pas de Pape Diouf, Oumar Sarr et Oumar Guèye en s’agrippant à son poste de ministre, au cas où son mentor décide de quitter la majorité présidentielle’’, commente L’As.

Mais ‘’le ministre des Sports a surpris son monde en se rendant au domicile du président de Rewmi pour renouveler son allégeance’’, ajoute-t-il.

JM

X