3 juillet 2022
Paris - France
AFRIQUE INTERNATIONAL

Les crimes des mercenaires russes en République centrafricaine dénoncés par l’ONU

RÉCIT – Au milieu de la guerre civile, des mercenaires russes multiplient les bavures.

Officiellement, ils n’étaient que des «instructeurs». Un demi-millier d’hommes dépêchés en Centrafrique par Moscou, au titre d’un accord de défense signé en 2017, pour encadrer les maigres Faca (Forces armées centrafricaines), 2.600 hommes sous-équipés et sous-entraînés, à peine capables de défendre la capitale face aux bandes armées qui écument le pays. D’ex-militaires russes, officiellement au nombre de 535 mais plus sûrement entre 800 et 2000, qui ne «prendraient pas part aux combats» sauf s’ils étaient «pris pour cible», martèle l’ambassadeur russe dans le pays, Vladimir Titorenko.

Le 15 février dernier, le ton a changé. Les mercenaires russes de Bangui pénètrent dans Bambari, chef-lieu de la préfecture de la Ouaka (centre). Ils sont en première ligne, et au contact. De furieux combats éclatent. Une poignée de rebelles Séléka trouvent refuge dans la mosquée principale al-Taqwa, où s’abritent de nombreux habitants terrifiés.

Impunité

La suite est contée dans un rapport du groupe de travail des experts.

Le Figaro

X