23 juin 2024
Paris - France
EUROPE

Le grimpeur de l’extrême, Rémi Enigma, est mort à Hong Kong après une chute de 220 mètres

Mort à 30 ans après une chute d’un building de 220 m à Hong Kong : le grimpeur français de l’extrême Rémi Enigma n’a pas pu « que » glisser, un ami donne sa version.

Mais jeudi dernier, Remi Lucidi est décédé après être tombé du 68e étage d’un immeuble à Hong Kong. Selon l’enquête, le Français, connu sous le nom de « Remi Enigma » sur Instagram, a eu accès à la tour Tregunter de Hong Kong, affirmant qu’il rendait visite à un ami au 40e étage.5 août 2023.

« Lorsque vous atteignez un certain niveau de compétence, vous ne vous contentez pas de glisser et de tomber. Ce n’est pas possible ».

Il était connu pour se prendre en photo depuis des endroits vertigineux, qu’il escaladait sans aucune sécurité, puis de publier les clichés sur les réseaux sociaux. Mais jeudi dernier, Remi Lucidi est décédé après être tombé du 68e étage d’un immeuble à Hong Kong.

Selon l’enquête, le Français, connu sous le nom de « Remi Enigma » sur Instagram, a eu accès à la tour Tregunter de Hong Kong, affirmant qu’il rendait visite à un ami au 40e étage. Un mensonge pour en réalité monter au dernier étage de l’immeuble, à 220 mètres d’altitude. Le jeune aventurier aurait été vu par une femme de ménage frapper aux fenêtres du penthouse pour rentrer à l’intérieur du bâtiment mais il est mort avant que toute aide puisse arriver, comme l’explique le South China Morning Post.

Bien que la raison de la chute fasse l’objet d’une enquête, tout porte à croire que Remi Lucidi y grimpait pour prendre des photos comme celles qu’il avait l’habitude de publier sur ses réseaux sociaux. La police a également retrouvé son appareil photo près de son corps. Selon le propriétaire de l’auberge de jeunesse dans laquelle séjournait le créateur de contenu, il avait l’air « en bonne santé, en forme et heureux ».

« Peu importe votre forme physique »

Ce samedi, son compagnon d’escalade urbain Dakamaru a livré son témoignage dans les colonnes du Mirror. Et pour lui, son ami n’a pas pu « que » glisser : « Lorsque vous atteignez un certain niveau de compétence, vous ne vous contentez pas de glisser et de tomber. Ce n’est pas possible. Selon un témoin, Remi était coincé de l’autre côté d’une fenêtre. Cela devait être un endroit où il ne pouvait pas manœuvrer. Il a dû y passer assez de temps pour se fatiguer et ne plus pouvoir s’y tenir plus longtemps ».

 Mort de Remi Enigma à Hong Kong : « Il m’a dit qu’il allait faire de la randonnée en montagne… », la dernière conversation du cascadeur français révélée

« Le témoin a affirmé qu’il était à la fenêtre en train de frapper, probablement sur un bord mince à l’extérieur avec pas beaucoup d’espace pour bouger, probablement pas moyen de s’asseoir, de se tourner, de s’accroupir ou de changer de position de quelque manière que ce soit. Et peu importe votre forme physique dans de telles conditions, vous finirez forcément par vous fatiguer. »

 

Un appel à l’aide avant sa chute

Le jeune homme est monté en haut de la tour en début de soirée, jeudi, en prétextant une visite à un ami habitant le 40e étage.

Mais une fois l’agent de sécurité berné, il monte au 49e étage où il a été filmé par une caméra de surveillance. Puis il aurait forcé la trappe d’accès au toit.

Selon plusieurs médias, il se serait alors retrouvé piégé à l’extérieur de la tour. Il aurait ensuite tenté de demander de l’aide par une vitre à une femme de ménage qui était à l’intérieur du gratte-ciel. Celle-ci aurait donné l’alerte et appelé la police mais il était déjà trop tard.

Rémi est mort sur le coup après une chute vertigineuse de 220 mètres.

La caméra GoPro avec laquelle il filmait ses exploits a été retrouvée, elle sera étudiée par la police dans le cadre de l’enquête ouverte après ce drame.

Une dernière vidéo le 19 juillet

L’adepte d' »urban climbing », discipline illégale et dangereuse, avait posté une vidéo de lui sur son compte Instagram au sommet d’une tour quelques jours avant l’accident.

Mi-juillet en Serbie, toujours muni de sa perche à selfie, il se photographiait sur un immense pylône, avec la campagne en fond. Accroché par une seule main dans le vide.

Le Montpelliérain aimait aussi les sites industriels, comme sur cette vidéo réalisée en octobre dernier dans les Bouches-du-Rhône. Assis au bord du vide sur la cheminée géante de la centrale thermique de Gardanne (300 mètres, la plus haute de France), puis marchant sur la margelle avec assurance.

Depuis l’annonce de son décès par les autorités de Hong Kong, les messages d’adieu se multiplient sur les réseaux sociaux. La communauté de l’urbex lui rend hommage.

JM /source: indépendant

 

X