24 septembre 2023
Paris - France
EUROPE

Guerre en Ukraine: l’Allemagne refuse de livrer ses chars de combat tant que Washington n’en fait pas autant

Pressé de tous les côtés pour qu’il accepte la livraison de chars de combat Leopard à Kiev, Olaf Scholz attendrait que les Etats-Unis fassent de même avec les chars Abrams.

’Allemagne est prête à fournir des chars Leopard 2 à l’Ukraine si les Etats-Unis fournissent également des chars de combat de type Abrams. C’est ce qu’a fait savoir le chancelier allemand Olaf Scholz lors d’une conversation téléphonique avec le président américain Joe Biden, rapporte le journal Süddeutsche Zeitung mercredi.

Le journal Bild écrit, sur la base de sources anonymes, que Scholz veut autoriser non seulement ses propres livraisons de Léopards, mais aussi les livraisons de chars allemands par les partenaires de l’OTAN. La Pologne, entre autres, est prête à fournir des Léopards. Bild cite également comme condition que les Etats-Unis doivent venir avec des chars américains. Ce faisant, le gouvernement allemand souhaite que l’OTAN fasse preuve d’unité.

La pression exercée sur M. Scholz pour qu’il prenne des décisions sur les chars destinés à l’Ukraine s’est considérablement accrue ces derniers jours. Vendredi prochain, les alliés occidentaux de Kiev se réuniront sur la base américaine de Ramstein, en Allemagne, pour discuter de nouvelles livraisons.

À lire aussi Le risque de détournement des armes envoyées en Ukraine est sous-estimé

Vingt pays dans le monde disposent de chars modernes Leopard 2 modernes. Ceux-ci sont produits en Allemagne et les contrats de vente stipulent que le gouvernement allemand doit approuver les transferts de ces véhicules de combat.

Réponse des Etats-Unis

Un peu plus tard dans la soirée, un haut responsable du Pentagone a justement déclaré que les Etats-Unis ne sont pas prêts à fournir à l’Ukraine leurs chars lourds les plus avancés, les Abrams. Il a justifié ce refus par des questions de maintenance et de formation.

« Je ne pense pas que nous en soyons là », a effectivement déclaré le numéro trois du Pentagone, Colin Kahl, questionné au cours d’un point de presse sur l’éventualité d’un envoi de chars Abrams à Kiev après l’annonce le week-end dernier du Royaume-Uni, qui a été le premier pays à promettre des chars lourds, des Challenger 2.

À lire aussi Guerre en Ukraine: le chancelier Olaf Scholz acculé à livrer les chars de combat

« Le char Abrams est un équipement très compliqué. Il est cher, il requiert une formation difficile, il a un moteur d’avion à réaction. Je crois qu’il consomme onze litres de kérosène au kilomètre », a souligné M. Kahl, sous-secrétaire à la Défense pour la stratégie. « Ce n’est pas le système le plus facile à entretenir », a-t-il ajouté, sans toutefois exclure un changement de la position américaine à l’avenir.

Il a aussi noté que le ministre américain de la Défense Lloyd Austin a jusqu’ici soigneusement évité de fournir aux Ukrainiens des armements qu’ils « ne peuvent pas réparer, qu’ils ne peuvent pas entretenir et qu’ils ne peuvent pas se permettre à long terme parce que cela n’a aucun intérêt ».

Guerre en Ukraine: l’Occident se garde de tomber dans le piège de la cobelligérance

Selon plusieurs médias américains et allemands, l’Allemagne refuse de livrer ses chars de combat Leopard à Kiev tant que Washington n’en aura pas fait autant avec ses Abrams.

Le Soir

X