27 mai 2024
Paris - France
POLITIQUE

Fraude à la nationalité en Côte d’Ivoire : l’homme d’affaires, le vrai cerveau et les faux passeports

FRAUDE SUR LA NATIONALITÉ IVOIRIENNE : DES EMPLOYÉS D’UN CACIQUE DU POUVOIR ARRÊTÉ
Alors que les autorités ivoiriennes continuent de creuser dans cette affaire portant sur l’acquisition frauduleuse de la nationalité ivoirienne et le trafic de passeports, des révélations mettent en cause des employés d’un membre influent du parti au pouvoir.

La fraude à la nationalité pourrait concerner près de 120 000 passeports. Au moins 25 000 sont retrouvés. Ils concernent 10 000 Nigérians, 8 000 Syriens, des Libanais et des personnes d’autres nationalités, dont des Marocains.

L’interpellation, courant mars, de plusieurs hommes d’affaires d’origine libanaise en possession de fausses plaques diplomatiques a permis aux enquêteurs de remonter jusqu’aux deux cerveaux présumés de la combine: Aboubacar Diakité et Hussein Karim. Mais aussi de découvrir l’existence d’autres trafics bien plus importants.

ARNAQUE À LA NATIONALITÉ EN BANDE ORGANISÉE

L’homme d’affaires d’origine libanaise Abbas Badreddine.

Une dizaine de personnes, des membres de la communauté libanaises et des Ivoiriens, accusées d’avoir organisé une fraude massive à la nationalité en Côte d’Ivoire sont incarcérés depuis le mois de mars

  • L’enquête a débuté par la découverte d’un trafic de fausses plaques diplomatiques, de faux documents administratifs et 

d’armes dirigé par les cerveaux

[Enquête] En Côte d’Ivoire, arnaque à la nationalité en bande organisée 

Une entreprise liée au pouvoir ciblée

D’après les informations relayées par Jeune Afrique, les enquêteurs porteraient désormais leur attention sur le personnel de la Société nationale d’édition de documents administratifs et d’identification (Snedai). Cette société est proche d’Adama Bictogo, président de l’Assemblée nationale et membre influent du parti au pouvoir.

Dans le cadre de l’investigation, des salariés de cette entreprise liée au pouvoir en place auraient été appréhendés, et certains d’entre eux feraient l’objet d’une surveillance téléphonique minutieuse.

Le 14 juillet dernier, la représentation française en Côte d’Ivoire célèbre la fête nationale en organisant, comme de coutume, une grande réception dans l’enceinte de la résidence de son ambassadeur, à Abidjan. Le cadre est idyllique. La résidence est nichée au cœur d’un immense parc luxuriant dans le quartier de CocodyAmbassades. Depuis la terrasse, on peut admirer la lagune Ebrié et le pont HenriKonanBédié. Derrière l’enceinte de hauts murs .

sécurisés, la fête bat son plein jusqu’au petit matin. C’est l’une des soirées à ne pas manquer

La réception donnée par l’ambassade de France à l’occasion de la fête nationale, le 14 juillet dernier, à Abidjan. Au centre, Adama Bictogo, président de l’Assemblée nationale, et Patrick Achi, le Premier ministre ivoirien et Dominique Ouattara 

Les invités sont triés sur le volet. En plus de 3 000 ressortissants français, entre 200 et 300 VIP reçoivent le précieux carton d’invitation. Ils sont conviés à 18 heuressoit deux heures avant le commun des mortels. Leurs voitures s’arrêtent en bas d’un bel escalier en marbre ils sont chaleureusement accueillis par le maître des lieux, l’ambassadeur de France. Cette année, contrairement aux précédentes, Alassane Ouattara n’y a pas répondu favorablement. Le chef de l’État est représenté par son épouse, Dominique, son viceprésident, Tiémoko Meyliet Koné, son Premier ministre, Patrick Achi, le président de l’Assemblée nationale, Adama Bictogo, et certains membres du gouvernement. Ils écoutent avec satisfaction le discours soigné de l’ambassadeur, JeanChristophe Belliard, louant << ce havre de paix » qu’est à ses yeux la Côte d’Ivoire

Un VIP très introduit 

Abbas Badreddine est l’un de ces VIP. Le patron de Plastica, entreprise leader du secteur de la plasturgie en Afrique de l’Ouest et implantée à Abidjan, n’est pas n’importe qui. Homme d’affaires prospère d’origine libanaise, il tutoie Patrick Achi, Jeannot AhoussouKouadio, président du Sénat, JeanLuc Assi, ministre de l’Environnement et du Développement durable, ou encore certains des généraux les plus importants du pays

Abbas Badreddine, patron de Plastica, entreprise leader du secteur de la plasturgie en Afrique de l’Ouest et implantée à Abidjan

Il est 20h30 quand il reçoit un appel inquiétant du vigile

posté devant son domicile de la Riviera Golf. Six pickup aux vitres teintées font le pied de grue. Ses occupants, des membres de l’Unité de lutte contre la grande criminalité 

(ULGC), sont armés, gilet pareballes sanglé sur le torse. Ils demandent à voir Abbas Badreddine pour une affaire en rapport avec sa nationalité. L’intéressé est dubitatif. N’atil pas reçu, le 22 juin, des mains d’un procureur du Pôle économique et financier, un avis de classement sans suite d’une plainte en dénonciation visant les comptes de sa société depuis novembre 2022

Abbas Badreddine se met discrètement à l’écart dans les jardins de la résidence de l’ambassadeur de France et appelle au téléphone ledit procureur. Sans succès. Quinze minutes plus tard, les hommes du colonel Inza Fofana, alias Gruman, campent devant chez lui. Le patron de Plastical interroge alors des personnalités présentes à la réception. II contacte aussi des amis généraux, connaissances de longue date, puis dépêche son avocat à son domicile. L’ULGC repart finalement à 23 heures après avoir laissé une convocation

Coup de filet dans les milieux d’affaires libanais en Côte d’Ivoire 

Abbas Badreddine se rend donc au camp de Sebroko le lendemain. C’est que se trouve le quartier général de I’ULGC. Il est interrogé de 12h00 à 17h00. Documents à l’appui, il explique comment il a, selon lui, obtenu la 

nationalité ivoirienne, raconte que, au Liban en 1981, il a émigré en Côte d’Ivoire très jeune avec son père, qui se 

lançait dans l’industrie du plastique. Une activité qu’il va perpétuer. En 2006, lors d’une rencontre avec Laurent Gbagbo, il exprime le souhait d’obtenir la nationalité ivoirienne. Sa requête est acceptée par le chef de l’État, qui 

signe un décret de naturalisation le 3 novembre 2006. Le document, consulté par Jeune Afrique, est publié au Journal 

officiel en fin d’année

Malgré ces explications, les gendarmes de l’ULGC annoncent à Abbas Badreddine qu’il va être placé en garde 

à vue à l’issue de son audition. L’IvoiroLibanais proteste. On lui permet de passer quelques coups de fil et il est finalement autorisé à rentrer chez lui avec l’obligation de se 

présenter au Pôle économique et financier lundi matin

Censé se rendre au Liban le soir même, Abbas Badreddine reporte son voyage

Il est reçu le 17 juillet par le procureur JeanClaude Aboya

L’audition est expéditive. Après lui avoir posé trois courtes questions, le juge d’instruction décide de placer Abbas Badreddine sous mandat de dépôt pour des faits de «< faux et usage de faux commis dans certains documents administratifs, escroquerie portant sur du numéraire >>

L’homme d’affaires est conduit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, la Maca

La colère de Ouattara 

Son arrestation fait grand bruit à Abidjan. Dans le week- 

end, Ouattara est averti. Voyant qu’Abbas Badreddine tentait d’activer son carnet d’adresses, la présidente du Pôle 

questions, le juge d’instruction décide de placer Abbas Badreddine sous mandat de dépôt pour des faits de «< faux et usage de faux commis dans certains documents administratifs, escroquerie portant sur du numéraire »

L’homme d’affaires est conduit à la Maison d’arrêt et de 

correction d’Abidjan, la Maca

La colère de Ouattara 

Son arrestation fait grand bruit à Abidjan. Dans le week- end, Ouattara est averti. Voyant qu’Abbas Badreddine 

tentait d’activer son carnet d’adresses, la présidente du Pôle Apprenant que Badreddine avait activé son carnet d’adresses, le 

président Alassane Ouattara voit rouge. Il ne tolèrera aucune interférence dans l’enquête. Tout a commencé courant mars, quand l’ULGC procède à 

l’interpellation d’hommes d’affaires influents de la communauté libanaise de Côte d’Ivoire. Il leur est reproché 

de posséder une ou plusieurs fausses plaques diplomatiques. Les intéressés s’en sortent finalement, non sans s’acquitter d’une amende substantielle 7 millions de F CFA (environ 10 000 euros) par plaque

L’enquête de l’ULGC débouche sur l’arrestation, le 20 marsde deux personnes de nationalité ivoirienne. La première se faisait passer pour un ambassadeur. La seconde est un coursier de la Cour de cassation utilisant sa profession pour établir des faux documents administratifs. Trois passeports diplomatiques et deux cartes d’organisations internationales sont d’ailleurs retrouvés sur lui. Il s’apprêtait à les vendre. Plusieurs passeports, ordinaires et diplomatiques, ainsi qu’un pistolet automatique chargé sont saisis au domicile du faux ambassadeur

Les cerveaux présumés du trafic, un IvoiroLibanais, Hussein Karim, et un Ivoirien, Aboubacar Diakité, sont appréhendés deux jours plus tard. En plus de la vente de faux documents administratifs, ils se révèlent être impliqués dans un trafic 

d’armes et de munitions. Leur fournisseur est aussi arrêté

Les enquêteurs ne sont pas au bout de leur surprise. Lors de l’interpellation d’Aboubacar Diakité à Biétry, dans la commune de Marcory, les policiers ont procédé à une fouille corporelle. Dixsept certificats de nationalité appartenant à des Syriens et à des Libanais ont été retrouvés sur lui. Le suspect est également en possession de plusieurs laissez- passer de la Cour de cassation et d’une carte d’accès à la présidence. Son domicile est perquisitionné en début de soirée. On y retrouve des sacs remplis de certificats de nationalité, une soixantaine de tampons de l’administration. et deux armes de poing

Les cinq personnes impliquées passent aux aveux. Fin marselles sont inculpées de divers chefs d’accusation, allant de faux et usage de faux commis dans des documents 

administratifs, escroquerie portant sur le numéraire, à usurpation de titre et de fonction, en passant par détention et cession d’armes de première catégorie ou blanchiment 

de capitaux. Aboubacar Diakité est incarcéré à Sebroko, puis l’enquête semble marquer le pas. Mais, début juin, les services de renseignement de la présidence, dirigés par le préfet Vassiriki Traoré, reçoivent un signalement de leurs homologues au Qatar. Une vingtaine de ressortissants syriens ne parlant pas français se sont présentés aux frontières qataries avec des passeports ivoiriens. Interrogésils ont reconnu avoir obtenu leur document de manière frauduleuse à Abidjan

Jean Moliere M. Source: JA

X