30 septembre 2022
Paris - France
ECONOMIE

Dette africaine : la Chine efface des ardoises

L’annonce a été faite par le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, dans le contexte des réunions de suivi du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac 8), tenu à Dakar, en novembre dernier. « La Chine renonce aux 23 prêts sans intérêt pour 17 pays africains qui étaient arrivés à échéance à la fin de 2021. » Pékin confirme également qu’il redirigera près de 10 milliards de dollars de ses droits de tirage spéciaux (DTS) au profit des pays africains. Les détails autour du montant des prêts n’ont en revanche pas été révélés, on ne connaît pas non plus le nom des États concernés.

Cependant, cette annonce intervient dans un contexte de fortes tensions entre Pékin et les puissances occidentales. La question de la dette africaine n’échappe pas à la bataille d’influence qui se joue actuellement. Ces derniers mois, Washington mène l’offensive. Lors de son premier déplacement en Afrique, à la mi-novembre, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a visé la Chine sans la nommer, affirmant que les États-Unis investissaient sur le continent sans « l’alourdir d’une dette qu’il ne pourrait pas gérer ». En clair : Pékin entraînerait l’Afrique dans « le piège de la dette », en ouvrant les vannes des financements ces dernières années afin de la maintenir dans une relation de dépendance.

Dette africaine : la part chinoise à 40 %, mythe ou réalité ?

Pékin veut convaincre qu’il n’y a pas de « piège de la dette »

Le Point

X