30 septembre 2022
Paris - France
ACTUALITE PEOPLE

Le mariage de Lilian Thuram au château de Fontainebleau n’est pas passé inaperçu

Lilian Thuram et la journaliste Kareen Guiock se sont dit « Oui » ce mardi 23 août 2022. La fête, célébrée au château, a été marquée par un feu d’artifice très tardif.

Les Bellifontains ont connu un réveil difficile ce mercredi matin. Car dans la nuit, sur les coups d’1h30 du matin, nombreux sont ceux qui ont été réveillés par un magnifique feu d’artifice tiré depuis le château de Fontainebleau (Seine-et-Marne).

Très vite, la rumeur s’est répandue sur les réseaux : il s’agissait bien du mariage de l’ancien footballeur et champion du monde Lilian Thuram et de Kareen Guiock, journaliste chez M6.

Un choix du cœur pour l’enfant du pays, qui a grandi dans le quartier des Fougères à Avon et chaussé ses premiers crampons à Fontainebleau. Très attaché à la région, il est souvent revenu à Fontainebleau, lors de l’inauguration du stade Philippe-Mahut notamment, et venant régulièrement rencontrer les jeunes du club de football.

Le couple a donc choisi la ville de Fontainebleau pour célébrer son union. C’est le maire Julien Gondard qui a officié ce mardi 23 août 2022 à l’hôtel de ville : « C’était une très belle cérémonie avec beaucoup de monde dans le salon d’honneur, commente le maire. Il y avait beaucoup de personnalités et le couple a tenu à être discret ».

Je suis un peu halluciné

Julien Gondard, maire de Fontainebleau

S’il se dit « fier d’avoir marié l’enfant du pays », le maire est plus réservé sur la suite des festivités. Le couple avait privatisé le château de Fontainebleau pour faire la fête. Si du côté de l’établissement, on se refuse à tout commentaire pour cause de « clause de confidentialité » et si peu d’informations ont fuité sur la liste des invités ou le déroulement de la soirée, il était impossible de passer à côté du clou de la célébration : un magnifique feu d’artifice de 20 minutes, tiré… à 1h30 du matin.

Pour l’événement, les jardins du château avaient été fermés au public toute la journée, le mardi étant le jour de fermeture hebdomadaire.

 

« Tu es de Fontainebleau si… tu as mal dormi cette nuit », ironisent les internautes sur Facebook, nombreux étant ceux qui se demandent pourquoi un feu a été tiré à une heure aussi tardive. « Le feu d’artifice a été autorisé, mais jusqu’à 23 h 30, nous dit le maire. Je suis un peu halluciné et comprends tout-à-fait les réactions des Bellifontains. J’ai moi-même été réveillé ».

S’il dit ne pas « blâmer le château », il dit vouloir en faire « un cas d’école. Les autorisations que l’on va donner seront soumises à des risques de sanction si l’on ne respecte pas les horaires ».

« Un sentiment de système à deux vitesses »

Le conseiller municipal d’opposition Cédric Thoma proteste :  « sur une enceinte privée ou publique, les arrêtés municipaux relatifs au bruit s’appliquent, sauf dérogation explicite accordée par la Mairie. Les Bellifontains ont déjà beaucoup de difficultés avec les maisons INSEAD pour éviter qu’on rajoute des feux d’artifice à 1 h 30 du matin et que l’on donne un sentiment d’un système à deux vitesses… Nous ne manquerons pas d’interroger le Maire à ce sujet ».

Beaucoup de  Bellifontains se plaignent sur les réseaux :  « Un mariage c’est magnifique ! Mais un feu d’artifice au milieu de la semaine pas terrible ! », « Aucun respect pour les habitants ! Passe droit évident ! », peut-on lire. Mais d’autres n’en veulent pas au héros de 98 et ont profité du spectacle : « un feu d’artifice, même à 2 heures du matin, c’est toujours beau. Vous regardez le spectacle et vous retournez vous coucher », « Tous mes vœux de bonheur à Lillian ».

Un autre feu d’artifice attend les Bellifontains : celui de la Saint-Louis, qui sera tiré ce lundi, c’est promis… A 22 h 30.

La République

X