28 novembre 2022
Paris - France
ECONOMIE

Côte d’Ivoire : les Kacou Diagou, une assurance toute africaine

« La finance en héritage » (3/5). En Côte dIvoire, qui sintéresse de près ou de loin à la finance na pas pu passer à côté de la saga Kacou Diagou. De lempire financier NSIA, on retiendra avant tout une histoire africaine

Ne leur dites pas que la success story NSIA est une histoire familiale. « Le positionnement du Groupe NSIA est de sortir justement des « dynasties » pour faire correspondre limage de NSIA au projet dentreprise adopté

celui dune Groupe financier africain », explique-ton au sein de lentreprise

La narration de la célèbre famille ivoirienne de la finance ne peut être duite à une simple transmission de père en filles. Cest déjà l’histoire dun homme, l‘une des premières fortunes de Côte d’Ivoire, qui a réussi à bâtir un empire financier ex nihilo, à lâge de 50 ans

Entrepreneur sur le tard à son grand regret , Jean Kacou Diagou (JKD) met sur les rails la Nouvelle société dassurance interafricaine en 1995. En quelques années, il bâtit un ambitieux groupe de bancassurance dont le holding est aujourdhui niché au coeur du Plateau à Abidjan, lempreinte régionale est forte (12 pays) et les reins solides (15 milliards de F CFA de bénéfices en 2019 ; soit près de 23 millions deuros). Le groupe, renommé NSIA en 2002, ne vise pas moins que le top 5 dans chacun de ses pays dimplantation

Par le fruit du nonhasard, JKD a tenu à ce que ses enfants goûtent t à la matière qui occupe ses journées. « 

Pour chacun de ses enfants, mon père avait défini un métier », racontait sa fille Bénédicte Janine Kakou Diagou dans une interview à un média ivoirien au but de janvier 2021. Celle qui se rêvait pédiatre quand elle étudiait au Cours SainteMarie de Hann à Dakar a embrassé des études dexpertise comptable, puis est sortie diplômée en finance de la Middlesex University à Londres

À LIRE Jean Kacou Diagou : « Les pays africains ne pourront se développer quavec des capitaux africains » 

Une même vision Bénédicte Janine entame sa carrière en tant quauditrice à Citibank et dans un groupe pétrogazier, avant dentrer à NSIA en 1999, à 26 ans. Elle reconnaît, non sans plaisir, avoir la confiance et la bénédiction de son père dans lexercice de son activité

comme tout au long de son parcours dans lentreprise. Une reconnaissance que ce dernier illustre, en parlant de sa propre succession à la tête du groupe : « Nous partageons la même vision ; et je ne suis pas inquiet, sur le plan de la technicité, elle est peutêtre plus qualifiée que moi », disaitil en 2017 lors dune interview au magazine télévisé Réussite

LEUR PÈRE, AVANT DE CONNAÎTRE CE DESTIN ENTREPRENEURIAL, AVAIT BIEN FAILLI FINIR PRÊTRE 

Pour lheure, les traits amincis à la suite dune longue maladie qui la frappée en 2020 et dont elle se dit aujourdhui guérie, Janine aborde les affaires avec philosophie. Place aux jeunes, auxquels dailleurs laînée des Diagou fait la part belle sur les réseaux sociaux, et quelle encourage via sa fondation BJKD qui promeut lentrepreneuriat dans la sousrégion

À LIRE Ces patronnes africaines (1/3): Bouamatou, Fotso, Diagou... la nouvelle génération est prête 

De son côté, sa soeur Mansan Dominique Diagou Ehi, de trois ans sa cadette, se voyait elle interprète ou journaliste. Leur père, qui a bien failli finir prêtre après son séminaire, la poussée vers le marketing. Elle tombera elle aussi dans la finance, étrennant les diplômes à lInstitut francoaméricain de management, puis à la Bryant University aux États Unis et à lEssec en France

Dominique Diagou a commencé sa vie professionnelle à la SIR comme cadre financier. Elle poursuit à la trésorerie de Côte dIvoire Telecom avant dintégrer le groupe NSIA en 2004. Elle aussi prend de plus en plus de responsabilités, notamment au sein de la branche assurance Vie du groupe, quelle dirige de 2012 à 2017

Des pôles incontournables Aujourdhui les filles Diagou occupent des postes clés au sein de l’entreprise. Dominique est DG adjoint du groupe NSIA, chargée du pôle assurance, tandis que Janine est depuis 2015 DG du groupe ainsi que DG adjointe de son holding NSIA Participations

EN 2019, ANGE KACOU DIAGOU FONDE NEW DIGITAL AFRICA 

Mais la deuxième génération ne serait pas complète sans les cadets de la fratrie. Pour Ange Kacou Diagou, le dessein a été de le former à l’informatique. Incontournable lorsquon lance une entreprise à la croissance rapide. En vingtcinq ans, NSIA est passé dune société ivoirienne de dix employés, avec un capital de 300 millions de F CFA à un groupe qui compte 2 800 employés dans douze pays, selon les derniers chiffres publiés. Propulsé au sixième rang dans la zone Umoa, avec 5,5 % du marché, après lacquisition de la nigériane Diamond Bank en 2017 et lentrée en Bourse de sa filiale NSIA Banque Côte dIvoire. Les structures se doivent d‘être à la hauteur

Ainsi, Ange Kacou Diagou fera les belles heures des systèmes dinformations du groupe pendant dix ans, terminant DG de sa filiale NSIA Technologies, fournisseur de services dingénierie informatique. En 2019, il lance New Digital Africa, sur les bases de NSIA Technologies, et linstalle au sein de la zone franche technologique de GrandBassam (le Vitib pour Village international pour les technologies de linformation et la biotechnologie)

À LIRE Tech La bataille des hubs : Abidjan, cité connectée 

Éloigné du clan de financiers ab initio, Patrick Diagou sest envolé pour Vancouver au Canada pour se former au marketing et au graphisme. Il est revenu en terres abidjanaises il y a un peu plus de cinq ans, bardé de deux diplômes mais avec un regard acéré sur son environnement. C‘est son père qui a présidé linauguration de son studio de photographie, en présence dun parterre de personnalités publiques et privées triées sur le volet

Un pari très calculé 

Alors, la finance dans les nes ? Probablement. Un groupe familial ? La définition déplaît en haut lieu. En l’occurrence, sil est vrai que Jean Kacou Diagou a su insuffler le goût des affaires à trois de ses enfants, et celui de la finance à ses filles en particulier, il ne s’est pas pour autant reposé exclusivement sur le socle familial pour construire son empire

À LIRE Banque : pourquoi NSIA ne panique pas malgré des résultats décevants 

Déjà, son parcours et son expérience lont conduit à prendre un « pari très calculé » quand il lance NSIA. Jeune diplômé de lÉcole nationale dassurances à Paris, Jean Kacou Diagou entre au service Sinistres de SIA, une agence de lUnion des assurances de Paris (UAP), puis devient secrétaire de section de lUAP en Côte dIvoire, avant dêtre nommé DG de lUnion africaine, filiale de UAP au début des années 1980. Grimpant les échelons dans ce groupe, il y finit viceprésident jusquà son départ en 1994. À ce moment, lidée de NSIA a germé, ses anciens partenaires et employeurs tordent du nez mais Kacou Diagou pourra compter sur ses réseaux et son entregent pour fonder sa propre compagnie dassurance, sur capitaux africains

NOTRE PROJET DENTREPRISE EST DE RESTER AFRICAIN 

Le succès du tycoon ivoirien le conduira à la tête de la Confédération générale des entreprises de Côte d‘Ivoire (CGECI), le patronat national, onze années durant, jusquen 2016. Et cest sans doute le profil de l‘homme discret mais prolifique qui séduira bon nombre de partenaires en dehors, donc, du cercle familial

De fait, NSIA a été lun des premiers acteurs ivoiriens à ouvrir son capital à des investisseurs institutionnels étrangers (Emerging Capital Partners ECP , puis Amethis, Banque nationale du Canada et enfin Swiss Re). Les parts sont minoritaires, les arrangements âprement négociés (avec sa fille Janine dailleurs, très présente dans les négociation pour la sortie dECP et l‘entrée de BNC au capital). Comme le disait le fondateur du groupe à Jeune Afrique en décembre 2019 : « Notre projet dentreprise est de rester africain et que le capital soit détenu en majorité par des investisseurs africains. » Une plus grande famille, donc

JA

X