3 février 2023
Paris - France
SPORT

Après la mort de Pelé, des milliers de fans affluent à Santos pour sa veillée : « Je viens lui dire au revoir et merci »

Lundi 2 janvier, le cercueil de l’ancien footballeur a été placé dans le stade du FC Santos, son ancien club, pour vingt-quatre heures. L’événement attire des milliers de personnes venues parfois de loin pour un dernier hommage à leur idole.

Jucilene et Francielson ont mis moins d’une minute pour se décider. « On était sur la route, direction Brasilia, explique la jeune femme au visage rond barré d’un sourire lumineux. On allait assister à l’investiture de Lula. Pour nous, c’était un rêve que de pouvoir accompagner le retour au pouvoir de cet homme qui a changé la vie de millions de gens. »

Laissant derrière eux Arcoverde, bourgade agricole de 70 000 habitants perdue au cœur de l’Etat d’Alagoas, dans le Nordeste brésilien, le couple a appris, jeudi 29 décembre 2022, la nouvelle de la mort, à 82 ans, de Pelé alors qu’ils étaient à mi-chemin.

Francielson poursuit. « On savait que Pelé était très malade et que ces jours étaient comptés. Mais sur le coup, on a eu du mal à y croire. Ma femme m’a dit : “On va Santos [Pelé a longtemps porté les couleurs du club de football de cette ville de l’Etat de Sao Paulo ] ?”. Je lui ai dit, d’accord. Lula est encore vivant. Pelé, lui, mérite qu’on aille lui dire adieu. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Mort de Pelé : « L’ascension fulgurante du footballeur a rapidement fait de lui un symbole dont la portée dépasse très largement le champ sportif »

Deux mille six cents kilomètres plus tard, Jucilene et Francielson se retrouvent, lundi 2 janvier au matin, dans la file d’attente de la veillée funéraire. Le long des barrières métalliques, des centaines de personnes attendent depuis la veille que les portes du stade s’ouvrent pour pouvoir, pendant, quelques secondes, voir le « roi » dans son cercueil.

Un fan de football portant un tatouage à l’effigie de la légende du football brésilien Pelé est assis devant le stade Vila Belmiro à Santos, au Brésil, tôt le mardi 3 janvier 2023.
Une personne en deuil après avoir passé le cercueil de la légende du football brésilien Pelé, qui repose sur la pelouse du stade Vila Belmiro de son ancien club, Santos.

« C’était un magicien »

Après d’âpres discussions sur le déroulé des obsèques, les autorités locales, les responsables du FC Santos et la famille de Pelé ont trouvé un accord. Une veillée funèbre de vingt-quatre heures avec le cercueil placé au centre de la pelouse où l’attaquant de génie a marqué des centaines de buts. Mardi, un cortège traversera la ville et marquera un arrêt devant la maison de Dona Celeste, la mère centenaire de Pelé. Puis aura lieu l’inhumation, dans l’intimité de la famille.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Pour les habitants de Santos, « Pelé était une légende qui n’a jamais oublié ses racines »

Santo Duarte Soares trouve l’organisation parfaite. Sans doute parce qu’il sera le cinquième à pénétrer sur la pelouse. Maillot du FC Santos sur le dos, ce retraité est d’autant plus heureux que son périple depuis le fin fond de l’Etat du Parana, plus au Sud, a été interminable. « J’ai pris trois bus et ça m’a pris dix-huit heures pour arriver ici », lance-t-il, entre fierté et agacement. Il a surtout dépensé une bonne partie de sa maigre retraite de mécanicien.

« Je n’ai plus d’argent, souffle-t-il. Mais ce n’est pas grave. Pour manger, je vais devant une maison et je tape dans mes mains en demandant un plat de haricots et de riz au nom de Pelé ! » Santo n’a pas l’impression d’avoir fait une folie. « Pelé n’était pas un footballeur, c’était un magicien qui avait un seul tour : il marquait des buts. Alors moi, je viens juste lui dire au revoir et merci pour tout ce qu’il a fait pour moi et pour tous ceux que vous voyez ici. »

Le Monde

 

X