27 mai 2024
Paris - France
AFRIQUE

Une mission de paix africaine en Ukraine et en Russie partira « dès que possible », annonce le président sud-africain

La mission inclura, outre l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Zambie, le Congo, l’Ouganda et l’Egypte.

Une mission de paix menée par six dirigeants africains partira « dès que possible » pour l’Ukraine et la Russie avec l’objectif de tenter de « trouver une solution pacifique au conflit dévastateur », a annoncé mardi 16 mai le président sud-africain, Cyril Ramaphosa. Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky ont « accepté de recevoir la mission et les chefs d’Etat africains, à Moscou et à Kiev », a-t-il assuré.

« Je suis convenu avec le président Poutine et le président Zelensky de commencer à préparer les engagements avec les chefs d’Etat africains », a-t-il poursuivi. La mission inclura, outre l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Zambie, le Congo, l’Ouganda et l’Egypte.

Les pays africains ont été moins unanimes que les grandes puissances occidentales à dénoncer l’invasion russe de l’Ukraine de février 2022. Des pays comme le Sénégal et l’Afrique du Sud se sont ainsi abstenus à l’ONU lors du vote d’une résolution la condamnant. M. Ramaphosa, qui a précisé s’être entretenu au cours du week-end avec ses homologues russe et ukrainien lors d’« appels téléphoniques séparés », a dit espérer « des échanges soutenus avec les deux dirigeants » au cours de la mission. Guerre en Ukraine : l’Afrique non-alignée au cœur des luttes d’influence

Refus de condamner l’invasion en Ukraine

La veille, M. Ramaphosa s’était indigné que Pretoria subisse des « pressions extraordinaires » pour choisir son camp. Proche du Kremlin depuis l’époque de la lutte contre l’apartheid, l’Afrique du Sud a toujours refusé de condamner l’invasion de l’Ukraine, affirmant rester « neutre » et vouloir privilégier le dialogue.

Cette position a irrité sur la scène internationale. D’autant que Pretoria a accueilli des exercices navals avec la Russie et la Chine en février, peu avant le premier anniversaire de l’invasion russe, ravivant les inquiétudes occidentales.

L’annonce d’une mission africaine survient, par ailleurs, dans le contexte de récentes tensions entre Pretoria et Washington autour de la question russe. L’ambassadeur américain en Afrique du Sud a affirmé la semaine dernière qu’un cargo russe avait accosté en décembre près du Cap, pour repartir en direction de la Russie chargé d’armes et de munitions.

Le gouvernement sud-africain a déclaré qu’il n’existait aucune trace de ventes d’armes approuvées par l’Etat à la Russie sur la période en question. Le président Ramaphosa a annoncé l’ouverture d’une enquête sur l’affaire. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a été informé du projet de mission de paix africaine « et l’a accueilli favorablement », a encore précisé Cyril Ramaphosa.

Pendant la guerre en Ukraine, le Groupe Wagner continue de tisser sa toile en Afrique

AFP

X