7 juillet 2022
Paris - France
JUSTICE

Trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire : Interpol s’invite dans l’enquête

Lorganisation internationale mène des investigations au côté des autorités 

ivoiriennes sur le vaste réseau de cocaïne. Une affaire sensible également suivie de près par les influents relais des suspects à Abidjan

Alors quelles tentent de localiser trois suspects potentiels ayant quitté précipitamment le pays après la saisie record de deux tonnes de cocaïne en avril, les autorités ivoiriennes en appellent aujourdhui à la coopération internationale

Selon nos informations, Jürgen Stock, le secrétaire général dInterpol, a téléphoné début juin au général Youssouf Kouyaté, le directeur général de la police ivoirienne, pour l’assurer de la pleine coopération de son organisation. Il sest engagé à mettre à disposition des enquêteurs des moyens aussi bien humains que technologiques, y compris au niveau transfrontalier

Pressions sur le ministre 

La Côte dIvoire entretient en effet de très bonnes relations avec Interpol, dont le siège régional en Afrique de lOuest est basé à Abidjan. Youssouf Kouyaté a dailleurs activement participé, en novembre 2021, en Turquie, à lélection de lÉmirati Ahmed Naser AlRaisi à la présidence de lorganisation internationale. Les services de police italiens et français ainsi que les Américains de la Drug Enforcement Administration (DEA) ont aussi répondu à lappel des autorités ivoiriennes.

Trafic de cocaïne en Côte dIvoire : quels hommes daffaires sont visés par lenquête

À Abidjan, plusieurs hommes daffaires en vue à ont été placés en détention provisoire, comme llvoirolibanais Richard Ghorayeb, propriétaire dune entreprise de transport de produits pétroliers ou encore Hussein Taan, le fondateur de la chaîne de pâtisserie Des gâteaux et du pain. Mais leurs influents relais dans les milieux économiques et politiques tentent dobtenir leur libération conditionnelle. Le général Vagondo Diomandé, ministre de lIntérieur et de la Sécurité, et Youssouf Kouyaté subissent ainsi des pressions en ce sens. Certains frères francs maçons de la Grande loge de Côte dIvoire 

(GLCI) proches du ministre et du patron de la police ont également plaidé en faveur des suspects. Aucune de ces ingérences na toutefois abouti et les deux hommes demeurent inflexibles

JA

X