18 avril 2024
Paris - France
INTERNATIONAL

Terrorisme, soutien de la france, Etat palestinien… Ce qu’il faut retenir de la déclaration de Macron avec Netanyahu

Emmanuel Macron est en Israël ce mardi 24 octobre pour exprimer le « soutien » de la France à « Israël et aux Français d’Israël ».
Au côté de Netanyahu, Macron appelle à une relance « décisive » du processus de paix.
En visite en Israël, Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et lui a redit le soutien de la France. Le président français a par ailleurs appelé « à une relance décisive du processus politique avec les Palestiniens », sujet dont il doit discuter dans l’après-midi à Ramallah avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et mercredi avec plusieurs dirigeants de la région. 
ISRAËL – Emmanuel Macron est arrivé à Tel Aviv ce mardi 24 octobre, et s’est entretenu avec le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu. À la mi-journée, les deux hommes vont prendre la parole pour une déclaration commune.

Emmanuel Macron en Israël : les images de sa rencontre avec les familles des victimes et Français disparus

Emmanuel Macron a assuré l’appui de la France à Israël face « à un ennemi commun : le terrorisme ». « La priorité de la France et de toutes les démocraties est de vaincre le terrorisme », a-t-il ajouté. Le chef de l’Etat a appelé à la construction d’une coalition régionale et internationale pour lutter contre les groupes terroristes.

« Nous ferons tout notre possible pour libérer les otages et démanteler le Hamas », a de son côté assuré Benjamin Netanyahu. « Nous sommes en guerre », a-t-il une nouvelle fois martelé, présentant Israël, comme « la civilisation », « contre la barbarie » du Hamas.

La visite du président de la République intervient un peu plus de deux semaines après la résurgence du conflit entre le Hamas et Israël, qui a fait 5 000 morts dans la bande de Gaza et 1 500 dans l’État hébreu. Israël, qui pilonne sans relâche le territoire palestinien en riposte à l’attaque sans précédent du Hamas lancée le 7 octobre sur son sol, a intensifié ses bombardements en prélude à une probable offensive terrestre. Dans ce cadre, le président français souhaite plaider pour une « trêve humanitaire » et proposer de relancer un « véritable processus de paix ».

Ce mardi matin, Emmanuel Macron s’est entretenu avec les familles des victimes françaises tuées, des disparus, et des otages, dans cette guerre. Au moins 30 ressortissants français ont été tués et neuf sont portés disparus, plusieurs étaient probablement détenus par le Hamas à Gaza.

Le chef de l’État a aussi rencontré le président d’Israël Isaac Herzog. A cette occasion, il a appelé à ne pas « élargir le conflit » entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, et estimé que la libération des otages retenus à Gaza était « le premier objectif ». Plus tard, il doit s’entretenir avec les chefs de l’opposition. L’Autorité palestinienne évoque aussi une rencontre dans l’après-midi avec son dirigeant Mahmoud Abbas. D’autres rencontres et escales sont envisagées avec le roi de Jordanie Abdallah II, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et les dirigeants d’États du Golfe persique.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre Israël/Hamas : 93 artistes français appellent à un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza

Le Kremlin admet ne pas progresser pour libérer les otages russes du Hamas
Le Kremlin a indiqué mardi qu’aucun progrès n’avait été réalisé à ce jour pour une libération des otages russes enlevés par le Hamas lors de son attaque meurtrière contre Israël le 7 octobre.
La Russie, qui entretient depuis des années des relations avec le Hamas et ne considère pas ce groupe comme « terroriste » contrairement aux États-Unis, ne sait en outre pas exactement combien de ressortissants russes sont prisonniers de l’organisation palestinienne.
« Pour l’heure, nous n’avons pas réussi (à faire libérer d’otages), mais nous allons poursuivre ces efforts », a déclaré à la presse Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe.
« Nous sommes inquiets pour nos compatriotes. Nous n’avons pas pour l’instant d’information précise sur quand et comment ils peuvent être libérés », a-t-il ajouté, précisant aussi ne pas savoir quel est « le nombre précis » d’otages russes et refusant d’évoquer « un ordre de grandeur ». La diplomatie russe avait précédemment fait état d’au moins 20 binationaux russo-israéliens tués et deux pris en otage lors des attaques du Hamas.

Le ministère de la Santé du Hamas annonce 5 791 morts depuis le début de la guerre
Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mardi que 5 791 personnes avaient été tuées depuis le 7 octobre et le début des frappes israéliennes sur la bande de Gaza. Sur ce total, 2 360 sont des enfants, selon le ministère de la Santé, qui a ajouté que 16 297 personnes avaient été blessées.
JM/ AFP
X