18 avril 2024
Paris - France
POLITIQUE

Sénégal/Macky Sall a convoqué un « dialogue national » pour choisir une nouvelle date de scrutin comme l’a recommandé le consortium panafricain(CPCS)

Pressé par la rue et la communauté internationale de clarifier la situation politique au Sénégal après le report de l’élection présidentielle, Macky Sall a annoncé jeudi à la télévision qu’il quitterait le pouvoir le 2 avril. Il a convoqué un « dialogue national » pour choisir une nouvelle date de scrutin.

Déclaration à mi parcours de suivi des séquentielles d’aspects pré électoraux de la
présidentielle de 2024 en République duSénégal ainsi que du climat politique y prévalant en République du Sénégal –

Exhortation au Consensus politique national sur tous sujets relatifs à la présidentielle de 2024, par la concertation et
le Dialogue – Recommandations entreautres, de notre dynamique de Mission internationale d’Observation Electorale.

Cette fois, le terme a changé. Le « dialogue national », exercice rituel au Sénégal dont le dernier épisode remonte seulement à juin 2023, a cette fois été rebaptisé « concertations ». Si leur calendrier et la liste des personnalités qui accepteront d’y prendre part ne sont pas encore connus, certaines sources assurent que des audiences discrètes au Palais de la République ont d’ores et déjà.

Suppléance du président en cas de vacance du pouvoir: Un intérimaire et non un dauphin
Macky Sall est formel. En cas de vacance du pouvoir, c’est le président de l’Assemblée nationale qui assure la suppléance du chef de l’Etat. Ramant ainsi à contre courant de certains de ses alliés de Bokk Yaakaar qui préconisent, dans des sorties médiatiques, une démarche consensuelle pour régler la question de la suppléance en cas de vacance du pouvoir, le président de la République s’inscrit dans l’esprit et la lettre de la Constitution pour montrer du doigt, en cas d’empêchement, son intérimaire et non son … « dauphin constitutionnel ». Un terme d’ailleurs galvaudé par la presse, selon le constitutionnaliste Ismaïla Madior Fall, puisque le suppléant en question ne termine pas le mandat en cours du président de la République, en cas d’indisponibilité de ce dernier. Tout au plus, il n’assure qu’un intérim de 90 jours avant… d’organiser des élections générales auxquelles il ne participe pas.

« Le peuple sénégalais, de la maturité politique de toutes ses composantes qui aiment avant tout leur pays,
Le peuple sénégalais, de ses Institutions et de ses acteurs politiques qui savent se
transcender en toutes circonstances par le don de soi au bénéfice et au service de leur Sénégal, le Sénégal de toutes et de tous sans exclusive,
Le peuple sénégalais, au nom duquel le Conseil Constitutionnel a posé un acte fort concernant le report de la date initiale de
tenue de la présidentielle de 2024 en. République du Sénégal, montrant de fort belle manière par la lecture du droit, le cap
légal à suivre et de surcroit réconciliant les sénégalaises et les sénégalais par cette donne
républicaine de posture qui marque bel et bien l’autonomie, l’indépendance, la neutralité et la séparation des pouvoirs des Institutions sénégalaises,
Une nouvelle ère de donne référentielle est encore en train de s’ecrire par la seule volonté de ses filles et de ses fils sans
exclusive.

Notre dynamique internationale de Mission, en suivi avancé d’une équipe, qui suit tous ces aspects, se réjouit actuellement de la
baisse des tensions ayant prévalu en République du Sénégal, et dont la seule volonté intrinsèque, de savoir se surpasser
des sénégalaises et des sénégalais, fiers de leur démocratie référentielle à ne point écorcher ni édulcorer, ni de porter du crédit
à quelle que d’injonction à recevoir de qui que ce soit, a pris le pas sur toute autre considération d’égo ou de manœuvre
politicienne.

Jean Molière

X