29 février 2024
Paris - France
EUROPE

Projet de loi pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration

Le projet de loi crée des « espaces France Asile », pour offrir aux demandeurs d’asile un parcours administratif simplifié entre les différentes administrations compétentes (préfecture, Office français de l’immigration et de l’intégration, Office français de protection des réfugiés et des apatrides).2 févr. 2023
Immigration en France : « il faut qu’on puisse expulser plus vite », selon Annie Genevard, présidente par intérim des Républicains.

La députée du Doubs plaide pour une « tolérance zéro » avec « tous les étrangers », alors qu’Emmanuel Macron vient d’annoncer la présentation prochaine d’un projet de loi sur l’immigration.

« Il faut bien identifier les causes de la situation dans laquelle nous nous trouvons », selon Annie Genevard, présidente par intérim des Républicains et députée du Doubs, invitée vendredi 16 septembre sur franceinfo, alors que le président de la République annonce une nouvelle loi en préparation. « Il faut qu’on expulse plus vite, il faut une tolérance zéro pour tous les étrangers qui se livrent à des actes délictueux en France, être beaucoup plus ferme avec les pays d’origine et conditionner les visas« , ajoute-t-elle aussi.  « Il faut aller plus vite dans les procédures, être plus efficace pour mettre fin à des situations qui sont devenues intenables. »

Annie Genevard, présidente par intérim des Républicains

sur franceinfo

Le président de la République a fait état d’une politique « inefficace et inhumaine« . « C’est son propre bilan qu’il juge« , lui rétorque la présidente par intérim des Républicains. « Nous avons eu la loi asile et immigration lors du dernier quinquennat. Elle devait permettre que l’on arrête de contourner le droit d’asile, mais on est sorti plus exposé avec cette loi« , juge Annie Genevard.

Interrogée également sur la réforme des retraites, Annie Genevard évoque une situation « de déséquillibre« . « On aurait déjà dû faire cette réforme depuis cinq ans. Il y a eu trois ans de consultations pour rien, sur une réforme qu’on disait impossible« , termine la présidente par intérim des Républicains et députée du Doubs.

JM/Franceinfo

X