12 juillet 2024
Paris - France
INTERNATIONAL

L’opposant russe Alexeï Navalny est mort en prison à l’âge de 47 ans, annonce le service pénitentiaire fédéral de Russie

L’opposant principal à Vladimir Poutine, qui purgeait une peine de 19 ans de prison pour « extrémisme » , était incarcéré dans une colonie pénitentiaire reculée de l’Arctique.

C’est un coup de tonnerre en Russie et dans le monde entier. Alexeï Navalny, âgé de 47 ans, est mort en prison, a annoncé, vendredi 16 février, le service pénitentiaire fédéral de Russie. L’opposant principal à Vladimir Poutine, qui purgeait une peine de 19 ans de prison pour « extrémisme », était incarcéré dans une colonie pénitentiaire reculée de l’Arctique. « Le 16 février 2024, dans le centre pénitentiaire N°3, le prisonnier Navalny A.A. s’est senti mal après une promenade (…) les causes de la mort sont en train d’être établies », a précisé le service pénitentiaire de la région arctique de Iamal dans un communiqué.

Mort d’Alexeï Navalny : suivez les dernières informations et les réactions internationales après le décès de l’opposant russe

Ses soutiens voyaient dans cet emprisonnement lointain une manœuvre politique du pouvoir russe pour tenter de faire taire l’ennemi n°1 du Kremlin à trois mois des prochaines élections présidentielles dans le pays, et en pleine période de fêtes. « Alexeï Navalny est envoyé au-delà du cercle polaire et ce n’est pas anodin que ce soit exactement à cette période-là, estimait Olga Prokopieva, de l’association Russie-Libertés. C’est pour l’isoler, le briser moralement. Ce sont des conditions de détention très difficiles où il ne peut pas recevoir de lettres, pas de visites de famille. C’est très compliqué pour ses avocats de le voir. En plus, les conditions climatiques de cette région sont très dures et vont porter un coup supplémentaire sur son moral ».

« Midi contre Poutine »

Lors de diverses audiences à des procès auxquels il participait par vidéo ces derniers mois, Alexeï Navalny était apparu amaigri et vieilli. Il avait multiplié les problèmes de santé liés à une grève de la faim et à l’empoisonnement dont il avait été victime en 2020, auquel il avait survécu.

La prison et ses conditions de détention n’avaient pas entamé sa détermination. Au cours des audiences et dans des messages diffusés sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire de ses avocats, il ne cessait de conspuer Vladimir Poutine, qualifié de « papi caché dans un bunker », allusion au fait que le président russe n’apparaisse que très rarement en public.

L’opposant russe avait aussi appelé à des manifestations partout en Russie lors de l’élection présidentielle prévue du 15 au 17 mars, qui devrait permettre à Vladimir Poutine de se maintenir au pouvoir au moins jusqu’en 2030. « J’aime l’idée que ceux qui votent contre Poutine se rendent aux urnes à la même heure, à midi. Midi contre Poutine », avait-il déclaré sur X.

AFP

X