27 mai 2024
Paris - France
AFRIQUE

LES ÉTATS-UNIS VONT RETIRER LEURS TROUPES DU NIGER

Sécurité : le Niger demande aux États-Unis de fournir un plan de retrait des soldats américains.

Vendredi 19 avril, plusieurs responsables américains ont annoncé, sous le couvert de l’anonymat, que Washington avait accepté la demande du Niger, sous régime militaire depuis juillet 2023, de retirer du pays ses 1 100 soldats, essentiellement déployés sur la base d’Agadez.

Le régime militaire au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat en juillet 2023, a dénoncé l’accord de coopération militaire signé en 2012 avec les Etats-Unis. Il estime que celui-ci a été « imposé unilatéralement » par Washington.

Le Niger se tourne désormais vers la Russie. Les Etats-Unis ont accepté vendredi 19 avril de retirer leurs soldats du pays sahélien, à la demande du régime de Niamey. Le calendrier du retrait n’a pas été précisé. Le 13 avril, des milliers de personnes ont manifesté dans la capitale nigérienne pour exiger le départ sans délai des troupes américaines, à l’initiative notamment d’associations soutenant le régime.

Après le coup d’Etat qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum le 26 juillet 2023, le nouveau régime militaire a dénoncé l’accord de coopération militaire signé en 2012 avec les Etats-Unis, estimant que celui-ci avait été « imposé unilatéralement » par Washington et que la présence américaine était désormais « illégale ». Plus de 1 000 soldats américains sont présents dans le pays, engagés dans la lutte antijihadiste au Sahel. Ils disposent d’une importante base de drones à Agadez, dans le nord du pays, construite pour environ 100 millions de dollars.

Des instructeurs russes à Niamey

Fin mars, le chef du régime militaire au Niger, le général Abdourahamane Tiani, s’était entretenu au téléphone avec le Vladimir Poutine pour discuter du « renforcement » de leur coopération sécuritaire, « pour faire face aux menaces actuelles », selon un communiqué officiel nigérien. Des instructeurs russes sont arrivés le 10 avril à Niamey, tandis que les autorités du pays ont réceptionné leur première livraison de matériel militaire russe. La fédération de Russie va « doter » le Niger et « installer un système de défense antiaérien » capable « d’assurer le contrôle total de l’espace aérien », a affirmé la télévision nigérienne. Deux jours plus tard, vendredi, Africa Corps – perçu comme le successeur de la société paramilitaire Wagner en Afrique – a confirmé son arrivée dans le pays.

Le Niger, comme le Burkina Faso et le Mali voisins, est confronté à des violences jihadistes récurrentes et meurtrières depuis des années, perpétrées par des groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI). Dans ces trois pays, les gouvernements civils ont été renversés par des coups d’Etat militaires depuis 2020.

Jean Moliere  /AFP
X