23 juin 2024
Paris - France
AFRIQUE

Le verdict du procès Ousmane Sonko-Mame Mbaye Niang à la Une des quotidiens sénégalais

 ‘’Verdict d’apaisement’’, ‘’jugement à la Solomon’’, ‘’le juge coupe la poire en deux’’ : la presse quotidienne commente diversement la condamnation de Ousmane Sonko à deux mois de prison avec sursis pour diffamation et au paiement de 200 millions de francs CFA de dommages et intérêts dans le procès qui l’opposait au ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang, un verdict qui ne prive pas l’opposant de ses droits civiques et politiques.

Selon L’As, ‘’le juge Yakham Keïta sauve le leader de Pastef d’une disqualification’’. Le journal signale que ‘’de petits heurts ont été notés à la cité Keur Gorgui’’, zone de résidence de Ousmane Sonko, à Dakar.

‘’Le juge Keïta s’inspire du roi Salomon’’, dit Le Quotidien, qui écrit : ‘’C’est une décision qu’il faut qualifier d’intelligente. Mame Mbaye Niang a obtenu gain de cause en gagnant son procès en diffamation contre Sonko, lequel garde ses droits civiques et par conséquent conserve ses chances pour la présidentielle de 2024’’.

‘’Le juge coupe la poire en deux’’, dit le quotidien EnQuête, non sans relever que ce procès a été ‘’expéditif’’. ‘’Démarré à 9h 48 avec la lecture par le président du tribunal de l’assignation, le procès a pris fin à 11h 36’’, rapporte le journal.

Sud Quotidien parle de ‘’verdict d’apaisement’’. ‘’Le dossier sur l’affaire des 29 milliards du Prodac a été vidé hier. Un verdict qui arrange tout le monde. Ou presque. Ousmane Sonko a été reconnu coupable de diffamation, mais reste encore éligible. Blanchi, Mame Mbaye Niang sauve son honneur (…)’’, écrit Sud.

Selon L’Info, ‘’en attendant l’issue de l’affaire Sweet beauty l’opposant à la masseuse Adji Sarr, le leader de Pastef Ousmane Sonko, échappe au syndrome Khalifa Sall et Karim Wade, écartés de toutes les compétitions électorales à la suite de leur condamnation’’.

‘’En dépit de sa peine de deux mois de prison assortie du sursois en sus de 200 millions de francs Cfa de dommages et intérêts, Ousmane Sonko garde intacts ses droits civiques et politiques et est toujours dans la course pour la présidentielle de 2024’’, ajoute le journal.
‘’Ouf, Sonko sauve son éligibilité !’’, s’exclame Le Témoin qui parle de ‘’verdict pour la stabilité du pays’’. ‘’Sonko condamné, mais reste toujours éligible’’, selon Vox Populi. Le journal fait savoir que le parquet ‘’non satisfait’’ a décidé d’interjeter appel.

‘’En attendant de savoir si l’appel du parquet va modifier la sentence en première instance, Ousmane Sonko peut savourer une petite victoire. La peine qui lui a été infligée pour diffamation sur Mame Mbaye Niang ne devrait pas l’écarter des joutes présidentielles de 2024. Mais un autre procès pour +viols et menaces de mort+ plane sur la tête du leader de Pastef’’, rappelle le quotidien Bës Bi.

WalfQuotidien revient sur les ‘’dégâts collatéraux’’ d’un procès qui a tenu en haleine tout un pays.

‘’Commerces, banques, boutiques de transfert d’argent, ambassades et autres institutions fermés, transport réduit au strict minimum. La capitale sénégalaise était méconnaissable, hier. Connue pour ses longs bouchons surtout la matinée, Dakar donnait l’air d’une ville fantôme. Les gens ne se bousculaient pas devant les arrêts cars et arrêts bus. Contrairement aux autres jours sur les grandes artères, les rares véhicules de transports notamment les cars rapides et autres +clandos+ cherchaient désespérément des clients qui se font désirer’’, rapporte Walf.

JM

X