27 mai 2024
Paris - France
AFRIQUE

Guinée : négociations secrètes entre Mamadi Doumbouya et l’opposant Sidya Touré 

Le président de la transition guinéenne a entamé des discussions avec le président de l’Union des forces républicaines (UFR), actuellement en Côte d’Ivoire. 

Selon les informations de Jeune Afrique, le Premier ministre de la transition guinéenne, Bernard Goumou, a fait escale à Abidjan le 9 octobre, en provenance de Cotonou. Objectif : s’entretenir avec Sidya Touré, qui dispose d’une résidence dans la capitale économique ivoirienne depuis plusieurs décennies. 

Lors de leurs échanges, l’envoyé de Mamadi Doumbouya a tenté de convaincre l’opposant de rentrer à Conakry afin de participer aux travau du dialogue national, une initiative lancée lors de la célébration du 64ème anniversaire de l’indépendance. 

Réserves 

Le colonel Doumbouya envisage en effet de réconcilier les Guinéens autour de son projet. L’ancien Premier ministre de Lansana Conté a apprécié la démarche de la junte, mais il a également émis des réserves quant à la sincérité de cette invitation. Le président de la transition peut en effet être imprévisible. 

À Conakry, l’environnement est tendu pour les opposants. Les résidences de certains d’entre eux, dont Sidya Touré, ont été confisquées. Saikou Yaya Barry, le secrétaire exécutif de l’Union des forces républicaines (UFR), ainsi que des leaders du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) sont également emprisonnés depuis plusieurs mois. Des membres du Rassemblement du peuple guinéen (RPG), l’ancien parti au pouvoir d’Alpha Condé, sont interdits de sortir du pays, ou emprisonnés sans procès depuis de longs mois. 

Guinée : la Cedeao peut-elle forcer Mamadi Doumbouya à dévoiler la composition du CNRD ? 

Alassane Ouattara (ADO) qui accueille Sidya Touré dont il est très proche, ne voit pas d’un bon œil un éventuel retour de son ami en Guinée Le président ivoirien a encore en mémoire la confiscation du passeport de ce dernier en octobre 2020 et son interdiction de voyager décidée par le pouvoir d’Alpha Condé. À l’époque, ADO avait sollicité son homologue ghanéen Nana Akufo-Addo pour qu’il plaide auprès du président d’alors. 

JA

X