2 décembre 2022
Paris - France
INTERNATIONAL

Guerre en Ukraine, Taïwan… Joe Biden et Xi Jinping aplanissent leurs différences au G20

Depuis l’élection en novembre 2020 de Joe Biden à la Maison Blanche, c’est sa première rencontre officielle avec Xi Jinping, le chef d’État chinois. À la veille du sommet du G20 qui se tiendra mardi à Bali en Indonésie, les deux présidents ont échangé pendant près de trois heures et évoqué différents sujets opposant leurs deux puissances tels que la situation de Taïwan, celle de la Corée du Nord, sans oublier la guerre en Ukraine . Ils ont ainsi tenté d’aplanir leurs différences.

Taïwan, une « ligne rouge » à ne pas franchir

La situation de Taïwan est un sujet problématique entre les deux puissances depuis des décennies, mais la tension est montée d’un cran depuis l’élection de Joe Biden . Il avait récemment affirmé qu’en cas d’attaque chinoise, les États-Unis seraient prêts à défendre l’île.

La Chine estime que Taïwan, peuplée de 23 millions d’habitants, est toujours l’une de ses provinces qu’elle considère comme rebelle. Les tensions entre les deux territoires ont par ailleurs atteint leur niveau le plus élevé depuis des années au mois d’août, après que Pékin ait organisé de grandes manœuvres militaires près de l’île.

 – Taïwan : comment les États-Unis adaptent leur stratégie dans l’océan Indien et le Pacifique

« Je ne pense pas qu’il y a une tentative imminente de la part de la Chine d’envahir Taïwan », a ainsi déclaré Joe Biden à la presse à l’issue de l’entretien. « Xi Jinping a dit clairement vouloir une résolution pacifique. Je suis convaincu qu’il comprenait…

La Chine estime que Taïwan, peuplée de 23 millions d’habitants, est toujours l’une de ses provinces qu’elle considère comme rebelle. Les tensions entre les deux territoires ont par ailleurs atteint leur niveau le plus élevé depuis des années au mois d’août, après que Pékin ait organisé de grandes manœuvres militaires près de l’île.

« Je ne pense pas qu’il y a une tentative imminente de la part de la Chine d’envahir Taïwan », a ainsi déclaré Joe Biden à la presse à l’issue de l’entretien. « Xi Jinping a dit clairement vouloir une résolution pacifique. Je suis convaincu qu’il comprenait très bien ce que je disais, et je comprenais ce qu’il disait ». Le dirigeant chinois a néanmoins mis en garde les États-Unis, leur indiquant de ne pas « franchir la ligne rouge » à ce sujet. Il a aussi ajouté que « la résolution de la question de Taïwan est l’affaire des Chinois ».

Joe Biden insiste sur la Corée du Nord

Malgré plusieurs récents essais militaires de la part de Pyongyang , le président américain a assuré être confiant que la Chine « ne cherche pas une escalade » des tensions dans le dossier nord-coréen. Il a aussi déclaré que Washington fera « ce qu’il faudra » pour se défendre et pour venir en aide à ses alliés japonais et sud-coréen.

Alors que Pékin s’oppose farouchement à une présence militaire américaine dans la région, Joe Biden a assuré que la poursuite du programme nucléaire nord-coréen entrainerait automatiquement un renforcement militaire. Il a cependant assuré que ces actions ne seraient « pas dirigées contre la Chine, mais enverraient un signal clair à la Corée du Nord ».

Une coopération face à la crise climatique

Face à l’urgence climatique, les deux pays ont annoncé reprendre leur coopération. À l’issue de leur entretien, Joe Biden et Xi Jinping se sont mis d’accord pour travailler sur des « défis transnationaux » comme celui du réchauffement climatique . Étant les deux plus grands émetteurs mondiaux de CO2, il est crucial qu’un travail de concertation ait lieu et que des efforts constructifs soient réalisés des deux côtés.

En Égypte, un climat morose règne sur la COP 27

Récemment, le gouvernement chinois a pris deux engagements forts, selon lesquels la Chine atteindra son pic d’émissions carbonées d’ici 2030 et sera neutre en carbone en 2060.

La Chine du « côté de la paix »

Autre sujet évoqué entre les deux présidents, la question de la guerre en Ukraine . Pékin n’a jamais publiquement condamné l’invasion russe et demeure un allié de longue date de Moscou. Xi Jinping a néanmoins assuré que son pays se trouvait « du côté de la paix » et a assuré souhaiter que des négociations aient lieu entre les différents belligérants.

Washington a assuré que Joe Biden et lui s’étaient mis d’accord sur un point : le refus de tout recours à l’arme nucléaire dans ce conflit.

JDD

X