18 avril 2024
Paris - France
POLITIQUE

En Côte d’Ivoire, les premiers pas compliqués de Tidjane Thiam à la tête du PDCI

Élu à la présidence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire à la fin de décembre 2023 pour succéder à Henri Konan Bédié, l’ancien banquier francoivoirien compte bien se présenter à la présidentielle de 2025

Tidjane Thiam, le 9 décembre 2023, à Yamoussoukro, lors de l’un de ses derniers meetings de campagne pour la présidence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire .

Des bords imperturbables du lac de Zurich aux berges agitées de la lagune Ébrié, à Abidjan, il y a un monde. Encore plus lorsque l’on passe de la direction d’une banque internationale à celle d’un parti politique fondé en 1946. Cela fait bientôt trois mois que Tidjane Thiam, 61 ans, préside aux destinées du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), la principale formation d’opposition ivoirienne. Trois mois qu’il apprend à connaître cette vieille machine, ses querelles intestines, les susceptibilités de ses militants, ses cadres ambitieux. « Gérer un parti au quotidien, c’est avant tout régler des problèmes », résume un vétéran du PDCI

L’ancien banquier a soigné son entrée en matière. Le 22 décembre 2023, au cœur de la nuit, il a été élu président du parti avec 96,48 % des suffrages exprimés, ne faisant qu’une bouchée de son seul adversaire, JeanMarc Yacé, maire de Cocody. Ce succès, Thiam et ses proches le peaufinaient depuis des mois

Thiam impose son rythme au PDCI 

Tout s’est accéléré à la mort d’Henri Konan Bédiéintervenue subitement le 1er août 2023. Son avenir à la 

tête du PDCI s’est tout d’un coup éclairci. Tidjane Thiam décide de saisir l’opportunité et parvient à convaincre la majorité des prétendants à la succession du Sphinx de Daoukro de renoncer à leurs ambitions. Qu’importe s’il ne respecte pas toutes les conditions requises notamment celle d’avoir été membre du bureau politique sans discontinuer pendant dix ans , il impose son rythme et l’emporte aisément

Plus de deux mois auront passé entre son élection et l’annonce de la composition de sa nouvelle équipe, début mars. << Quand vous faites face à une vieille structure comme le PDCI, il faut prendre le temps d’en connaître les membres et les rouages », explique l’un de ses conseillers pour justifier ce délai. Cette annonce a été marquée par quelques couacs (parmi les personnalités nommées, certaines avaient rejoint la majorité présidentielle) et plusieurs faits marquants

 Tidjane Thiam, récit d’une OPA sur le PDCI 

BIRIMIAN VENTURES 

Au cœur du financement de l’excellence africaine 

Ainsi, exit Maurice Kakou Guikahué, un symbole de l’ère Bédié, dont le nouveau patron du parti semble vouloir se démarquer. Pour le remplacer au poste de secrétaire exécutif, Tidjane Thiam a opté pour Sylvestre Emmou, le députémaire de la commune abidjanaise de PortBouët, qui fut son directeur de campagne. Le reste de la vingtaine de secrétaires exécutifs étaient, pour la plupart, déjà présents dans l’ancienne équipe. Beaucoup sont des élus d’autres communes d’Abidjan, l’une des places fortes du PDCI

Autre nouveauté : la création de hautes représentations du président du PDCI dans les districts de Côte d’Ivoire et au sein de la diaspora. << Ils auront une autonomie de gestion pour tenir compte des spécificités locales afin que le parti soit encore plus décentralisé », assure l’entourage de Thiam. Leur mission principale est d’élargir la base électorale du PDCI. Plusieurs campagnes d’adhésion ont été lancées depuis le début de l’année. Elles reprendront après les obsèques d’Henri Konan Bédié, prévues du 20 mai au 2 juin

Avec Laurent Gbagbo, une relation ancienne 

En parallèle de cette restructuration interne, le nouveau patron du PDCI s’est attelé à entretenir les alliances de la formation, principalement avec le Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPACI) de Laurent Gbagbo

auquel il a rendu visite à la fin de février. «Avec Laurent Gbagbo, ils s’entendent très bien, rappelle un proche de Tidjane Thiam. La relation est ancienne. Gbagbo était au lycée avec le grand frère de Tidjane [Augustin, gouverneur de Yamoussoukro], il connaissait sa famille bien avant de faire de la politique. Et Abdel Aziz, l’autre frère de Tidjane, a été ministre des Transports de Laurent Gbagbo entre 2006 et 2007.»> 

Laurent Gbagbo, candidat hypothétique, toujours à la recherche de la bonne formule 

Dans l’entourage du président du PDCI, on se dit persuadé que Laurent Gbagbo, désigné candidat du PPA- CI pour la présidentielle de 2025, appellera à voter pour Thiam si ce dernier se retrouve face au Rassemblement 

des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, le parti présidentiel) au second tour. << Laurent va se présenter pour la forme et nous soutiendra ensuite», pensent les proches de Tidjane Thiam

Depuis qu’il envisage de se lancer en politique, l’ex- directeur général de Credit Suisse confie vouloir faire figure de rassembleur et incarner un candidat qui dépasse les clivages. Après « Laurent », c’est avec l’ancienne épouse de ce dernier, Simone Gbagbo, que Thiam s’est entretenu

Discours apaisé d’Alassane Ouattara 

Lui qui aime dire qu’il veut << faire de la politique autrement » a ensuite été reçu, le 11 mars, par le chef de l’État, Alassane Ouattara (ADO). Les deux hommes ne s’apprécient pas forcément, mais ils ont joué le jeu pour l’occasion. «C’est un parti avec lequel nous avons des relations étroites, la même philosophie, la même vision, pour une Côte d’Ivoire en paix, stable et prospère. Le président Thiam va beaucoup apporter à ce parti »>, affirmé Alassane Ouattara

<< Nous nous connaissons depuis des années et je suis venu solliciter ses conseils et ses avis dans la tâche qui m’est confiée. J’ai tenu à l’assurer de ma disponibilité pour [] continuer à assurer les progrès de la Côte d’Ivoire », a ajouté Tidjane Thiam lors d’un point presse à l’issue duquel les deux hommes ont échangé une chaleureuse poignée de mains

Le nouveau président du PDCI, Tidjane Thiam (g.), à l’issue de sa rencontre avec le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara (d.), le 11 mars 2024, au palais présidentiel d’Abidjan

  En Côte d’Ivoire, Tidjane Thiam face à la refonte du PDCI 

Dans les rangs du PDCI, nombre de militants n’ont toujours pas digéré la présidentielle de 2020, ces propos 

n’ont pas forcément été appréciés. « Il a répondu au discours apaisé d’Alassane Ouattara qu’il ne rencontrait pas en tant que chef du RHDP mais en tant que président de la République », justifie Gustave N’Guessan, conseiller  en communication du parti. Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et en communication Xtramed, ce 

dernier est l’une des nouvelles figures du PDCI «version Tidjane Thiam >>

Petit affront de JeanLouis Billon 

L’ancien banquier s’est entouré de personnalités qui ne jouaient pas un rôle important dans le système Bédié, comme Denis Ossey Gnassou, homme d’affaires et homme de confiance de son grandoncle Félix HouphouëtBoigny, Djedri N’Goran, exadministrateur du parti, et Calice Yapo, ancien ministre du Commerce

Son frère Abdel Aziz et sa sœur Yamousso, chez laquelle Tidjane Thiam réside pour le moment, jouent également un rôle important dans son organisation

Initialement inclus dans le nouveau secrétariat exécutif

Un  JeanLouis Billon a préféré décliner la proposition. petit affront que l’homme d’affaires et député a expliqué à Tidjane Thiam, le 12 mars, lors d’un têteàtête d’une 

trentaine de minutes. Selon nos sources, Billon notamment rappelé à Thiam qu’il avait fait part à Henri Konan Bédié, avant sa mort, de sa volonté de sortir du secrétariat exécutif, une structure dont il boycottait déjà les réunions depuis au moins six mois

Entre Alassane Ouattara et Tidjane Thiam, coulisses d’un premier rendezvous 

Voici pour l’explication officielle. L’ancien ministre du Commerce (2012-2017) a peu goûté «l’OPA» opérée par Thiam sur le PDCI, d’autant plus qu’en marge de l’élection de l’ancien banquier, une résolution stipulant que «<le président élu est le candidat du PDCIRDA à la convention d’investiture pour l’élection présidentielle de 2025» a été votée. Or, en privé, Billon assure à ses proches que Bédié avait déjà adoubé sa candidature pour ce scrutin une affirmation aujourd’hui impossible à vérifier. Et, lors de sa rencontre avec Thiam, Billon a bien fait comprendre que ses ambitions étaient toujours intactes

<<< Ce monsieur n’ira nulle part >> 

Autre potentiel présidentiable en 2025, Thierry Tanoh lui aussi pris du recul pour, officiellement, se consacrer à ses activités professionnelles. Très marqué par le décès de Bédié, dont il était proche et fut l’un des derniers confidents, l’exministre du Pétrole et de l’Énergie souhaite également attendre la fin des obsèques de l’ancien président pour s’impliquer à nouveau dans la 

gestion du parti

Trois mois après l’arrivée de Tidjane Thiam, le PDCI veut donner l’image d’une formation en rangs serrés derrière son nouveau chef. Mais en coulisses, les premières critiques commencent à émerger. Les mêmes qui l’accusaient de méconnaître à la fois le parti et le pays en raison de son absence de Côte d’Ivoire pendant plus de vingt ans décrivent désormais, essentiellement sous 

couvert de l’anonymat, un personnage <<hautain >>. << Ce n’ira nulle part», confie un cadre du parti qui reproche à Tidjane Thiam de ne pas être suffisamment disponible et déplore même une gestion «<< familiale >> du monsieur parti. << Il est dans sa tour d’ivoire, il ne reçoit personne. >> 

 Côte d’Ivoire : les Thiam, au nom d’Houphouët 

«On peut tout dire, sauf que Tidjane Thiam a une gestion familiale du PDCI. Son frère était bien avant lui, quant à sa sœur, Yamousso, elle n’a aucune fonction dans le parti, rétorque Gustave N’Guessan. Dans toute formation, il y a des ambitions et, parfois, on ne s’entend pas. Les tensions, c’est normal. Mais elles ne sont pas si cela au PDCI.>> 

vives  que  <<< Ceux qui se plaignent ou donnent des leçons sont ceux qui sont responsables de la perte d’influence du parti. Thiam est humble et accessible, mais il fait à sa manièresouligne l’un de ses proches. Sous Bédié, un système avait été mis en place. Il parlait sans filtre. Chaque militant pouvait obtenir son numéro de portable et l’appeler. Ça ne pouvait pas continuer ainsi. Il fallait structurer les choses. >> 

Particulièrement soucieux de contrôler son image, Thiam estime que ceux qui doutent de sa popularité en Côte d’Ivoire se trompent. «Tidjane Thiam était aux affaires de 1994 à 1999. Il s’est déplacé dans tout le pays. Les gens ne l’ont pas 

oublié », assure Gustave N’Guessan.

Pour mieux le rassurer, ses équipes compilent l’impact sur les réseaux sociaux de chacune de ses sorties politiques. À l’issue des obsèques de Bédié, le nouveau président du PDCI prendra la route pour effectuer une grande tournée nationale. Il sera alors sans doute un peu mieux fixé sur la réalité de sa popularité dans le pays. Et sur le chemin qu’il lui reste à parcourir pour devenir le prochain président de la République de Côte d’Ivoire

JA

X