18 avril 2024
Paris - France
CULTURE

“Elle m’a traitée de sale noire” : Claudia Tagbo balance sur ses débuts difficiles

Claudia Tagbo n’a pas eu la carrière qu’on lui connaît en un claquement de doigts. Et si elle a souvent mis de côté le racisme qu’elle a subi, face à Manu Katché, l’humoriste a décidé de se livrer…

Si aujourd’hui, le nom de Claudia Tagbo n’est plus à faire, ça n’a pas toujours été le cas. Née en Côte d’Ivoire, c’est à l’âge de 13 ans qu’elle arrive en France. Cinq ans plus tard, elle s’installe à Paris pour poursuivre ses rêves de scène et en 2006, elle intègre la troupe du Jamel Comedy Club.

Mais entre temps, la comédienne subit les discriminations que l’on connaît pour une femme noire en France. Invitée par Manu Katché dans son podcast La face Katché, elle lui a fait de touchantes confidences sur les difficultés de ses débuts.

Une arrivée en France teintée de racisme pour Claudia Tagbo

Claudia Tagbo est souvent épinglée par les internautes pour ses sketchs véhiculant l’image agressive des femmes noires. Pourtant, l’humoriste reconnaît avoir elle-même été victime de discriminations liées à sa couleur de peau, notamment à son arrivée en France.

C’est à l’école que tout commence. “Tu emmagasines, je fais partie de ces gens là…”a-t-elle confié. “Une éponge, et arrivée à la maison, il faut essorer. J’essore à la maison, ‘oui, elle m’a traitée de sale noire…’ et donc il faut désamorcer.” Une situation qui ne s’arrange pas avec le temps.

Claudia Tagbo se livre sur ses débuts de carrière difficiles

Une fois adulte, l’acolyte de Blanche Gardin n’a pas la vie plus facile, alors qu’elle se lance à la conquête de ses rêves, sur les planches. “Tu as beaucoup de portes fermées, et puis tu n’as pas les codes”, a-t-elle lancé à l’ancien juré de la Nouvelle Star. Quand sa sœur, qui travaille à l’aéroport, croise Luc Besson et lui partage son conseil de simplement se rendre “aux avant-premières de cinéma” pour réussir, la douleur l’envahit.

“Mais pour aller aux avant-premières, il faut qu’on te laisse rentrer, c’est sur invitation. Mais une fois que t’as fait ça, tu fais quoi, tu cherches le bon étage… Non, tu pleures”, s’indigne-t-elle. Et pour ceux qui lui disent qu’elle peut remercier sa bonne étoile pour son succès, elle a une réponse cash. “J’ai pleuré ! Je me rappelle, je rentre dans un fastfood et je me goinfre, mais à me faire mal. Est-ce que j’ai besoin de raconter ça ? Ça fait parti de moi : ouais, pleure, mais pleure chez toi. Des débuts difficiles qui laissent toujours un goût amer à Claudia Tagbo, 20 ans après…

JM. Source : Oh Mymag

X