28 novembre 2022
Paris - France
EUROPE

Éducation nationale. Pap Ndiaye annonce un salaire de départ de 2 000 € net pour les profs

Dans un entretien accordé au « Parisien », samedi 25 juin 2022, le nouveau ministre Pap Ndiaye annonce la mise en place d’un salaire de 2 000 € net pour les jeunes professeurs, à partir de 2023. Il revient aussi sur le retour des mathématiques en première, sa nomination au gouvernement ou encore son bilan des élections législatives.

« La hausse de rémunération sera composée de deux parts. La première sera non conditionnée et s’appliquera à tous les enseignants. Ce qui implique de passer le salaire de départ des jeunes au-dessus des 2 000 € net (aujourd’hui un prof stagiaire de 1re année approche les 1500 €, un titulaire de 1re année gagne autour de 1800€, ndlr). Ce sera en 2023 », explique Pap Ndiaye. Il promet aussi « une part salariale conditionnée à des tâches nouvelles » pour « ajouter un bonus pour ceux qui voudront aller plus loin ».

Par ailleurs, le ministre de l’Éducation nationale reconfirme l’annonce faite par son prédécesseur Jean-Michel Blanquer, en mai, sur un retour des mathématiques en première dès la rentrée de septembre. Ce sera « dans le tronc commun de première, il y aura 1 h 30 de maths sous forme facultative pour tous les lycéens qui le souhaitent », explique Pap Ndiaye.

« Des éléments de continuité et des inflexions nouvelles »

« Je me doutais bien que la droite radicale allait m’attaquer d’une manière outrancière et mensongère. Je ne suis pas un perdreau de l’année », a par ailleurs dit au Parisien Pap Ndiaye, interrogé sur son arrivée au gouvernement. L’homme avait constitué la surprise de ce premier gouvernement Borne. Marine Le Pen avait estimé que sa nomination était « la dernière pierre de la déconstruction de notre pays », tandis que Jordan Bardella, également représentant du Rassemblement national, parlait de « choix terrifiant », qualifiant Pap Ndiaye de « militant racialiste et anti-flics​ ».

« Pap Ndiaye est un républicain très engagé, quelqu’un qui croit aux valeurs de la République et c’est bien évidemment ce qu’il va porter en tant que ministre de l’Éducation nationale », avait dû défendre Élisabeth Borne au premier jour de sa nomination.

Dans Le Parisien, Pap Ndiaye promet qu’il « y aura des éléments de continuité forte avec [son] prédécesseur »« On retouche, on améliore, mais on ne change rien fondamentalement sur Parcoursup, la réforme du lycée… Et il y aura des inflexions nouvelles et fortes », ajoute-t-il, évoquant notamment les inégalités scolaires. L’école française « se débrouille très mal avec les enfants défavorisés », selon lui.

Pap Ndiaye déplore l’« implantation durable » du RN

Concernant la perte de la majorité absolue à l’Assemblée nationale par le parti présidentiel, à l’issue des élections législatives, Pap Ndiaye juge qu’elle exprime « une volonté de rééquilibrage et de renforcement du rôle du Parlement ». Pour lui, les Français ont voulu montrer leur volonté de « s’écarter le plus possible de tout ce qui peut ramener à la verticalité du pouvoir exécutif ».

La percée du Rassemblement national aux législatives témoigne, selon lui, « de son implantation durable »« L’heure est grave », dit-il encore. Il tacle aussi Jean-Luc Mélenchon, figure de la Nupes lors des législatives : selon le ministre, il « n’a pas été d’une clarté remarquable »« « Pas une voix pour le Front national », je crois que c’était son expression… On a connu des appels au front républicain plus fermes que cela dans le passé », dit Pap Ndiaye.

Dans cet entretien accordé au Parisien, le ministre dévoile aussi que 627 signalements pour des atteintes à la laïcité ont été dénombrés entre décembre 2021 à mars 2022 dans les écoles, collèges et lycées. Des chiffres « globalement stables » mais la part des tenues religieuses dans le total des atteintes à la laïcité a augmenté. Elle représente 22 % du total des signalements.

Ouest France

X