5 mars 2024
Paris - France
SPORT

Coupe du monde de rugby : le XV de France éliminé après un combat homérique contre l’Afrique du Sud en quart de finale:28-29

La France n’a pas réussi à renverser les Springboks, dimanche au Stade de France, et quitte la compétition en quarts de finale comme lors des deux dernières éditions.

Un rêve brisé brutalement, pour un infime petit point. Portée par tout un stade et une nation entière, la France a été battue (29-28) par l’Afrique du Sud au Stade France, dimanche 15 octobre. Dans un match irrespirable où la tension n’est que rarement redescendue, les coéquipiers d’Antoine Dupont, titulaire pour son retour, ont joué les yeux dans les yeux face aux Springboks, mais ils ont cédé en toute fin de match.

Le XV de France, qui menait encore de six points à un quart d’heure du terme, s’arrête pour la troisième fois de suite au stade des quarts de finale après 2015 et 2019.

Une réception française brouillée

Les Springboks n’étaient pas venus pour pratiquer un jeu léché, mais pour prendre les Bleus dans un piège bien élaboré, dont ils ont le secret : profiter des erreurs de l’adversaire avant de le faire plier physiquement.

Malgré les assauts français en première période, récompensés par trois essais des avants, deux pour Cyril Baille (4e et 31e) et un pour Peato Mauvaka (22e), les hommes de Jacques Nienaber ont parfaitement réussi leur plan : multiplier les chandelles, un des points faibles tricolores. Le pari a fonctionné, puisque Kurt-Ale Arendse (8e) et puis De Allende (18e) sont venus chiper deux ballons, qui ont été immédiatement transformés en essais.

Malgré les assauts français en première période, récompensés par trois essais des avants, deux pour Cyril Baille (4e et 31e) et un pour Peato Mauvaka (22e), les hommes de Jacques Nienaber ont parfaitement réussi leur plan : multiplier les chandelles, un des points faibles tricolores. Le pari a fonctionné, puisque Kurt-Ale Arendse (8e) et puis De Allende (18e) sont venus chiper deux ballons, qui ont été immédiatement transformés en essais.

Le XV de France a quand même réussi à rentrer au vestiaire avec l’avantage au score, grâce à une pénalité sur le gong (22-19) de Thomas Ramos, qui avait raté deux coups de pied devant les perches auparavant. Dans le deuxième acte, les Bleus ont bien obtenu une pénalité après une grosse période de domination, mais ils se sont heurtés au mur sud-africain tant redouté. Les Springboks, qui avaient craqué plusieurs fois face à la puissance française en début de match, ont fermé boutique en défense : aucun essai encaissé, et seulement deux pénalités concédées.

Les Bleus pris au piège

Petit à petit, la roublardise et la rugosité des champions du monde en titre ont fini par avoir raison des Français. À l’heure de jeu, Eben Etzebeth est venu enfoncer Matthieu Jalibert dans l’axe pour aplatir le seul essai de la seconde période (67e), alors qu’il y en avait eu six dans la première, un record à ce stade de la compétition.

À la furie française du début de match, les Springboks ont opposé leur réalisme, qui leur a finalement donné raison. Les Français, eux, ont laissé des points en route : ceux de la transformation contrée de Thomas Ramos, et ceux de plusieurs occasions d’essais très franches mais non concrétisées sur des temps forts. Parfois, des décisions litigieuses de l’arbitre Ben O’Keeffe ont ajouté un peu plus de difficulté encore.

Mais la réalité est cruelle : les Bleus quittent la compétition pour la troisième fois de suite au stade des quarts de finale. « On va essayer de trouver du positif. Une nouvelle génération est là… Mais la vérité, c’est qu’on a échoué en quarts de finale de notre Coupe du monde, et ça, c’est dur à digérer », avouait Matthieu Jalibert au micro de TF1 à la fin du combat.

« La compétition d’une vie »

Il y aura sans doute beaucoup à analyser pour comprendre le premier échec important de l’ère Fabien Galthié à la tête de l’équipe de France. Les Bleus n’ont pas manqué leur rendez-vous, loin de là, mais ils ont semblé perdre petit à petit le fil de la rencontre.

À l’heure actuelle, il ne reste que des regrets. « C’est terminé, on n’ira pas plus loin. Au-delà de ces quatre ans de préparation, c’est la compétition d’une vie. Une Coupe du monde en France, on n’en jouera plus », a concédé le troisième ligne François Cros. Les Springboks, eux, continuent leur route vers un deuxième titre de suite : il faudra passer l’obstacle de l’Angleterre, victorieuse plus tôt dans la journée de valeureux Fidjiens, qui sera la seule nation de l’hémisphère Nord présente dans le dernier carré.

JM . Source: AFP

X