18 avril 2024
Paris - France
SPORT

Comment Paul Biya reprend la main à Samuel Eto’o sur la Fecafoot, Rigobert Song n’est plus sélectionneur

 Rigobert Song n’est plus le sélectionneur du Cameroun, annonce Samuel Eto’o.

Samuel Eto’o, président de la Fédération camerounaise de football, a annoncé le départ du sélectionneur de l’équipe nationale, Rigobert Song, ce mercredi 28 février. L’entraîneur arrivait en fin de contrat, après une Coupe d’Afrique des Nations 2024 ratée.

En fin de contrat le 28 février, Rigobert Song, le sélectionneur des Lions indomptables, pourrait ne pas être reconduit. Or ce n’est plus Samuel Eto’o, le président de la Fecafoot, mais le chef de l’État qui aura le dernier mot quant au choix de son successeur

Depuis l’élimination des Lions Indomptables en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en Côte d’Ivoire, le 27 janvier dernier, Samuel Eto’o se montre particulièrement discret

Le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) n’a pas encore donné de nouvelles ni au sélectionneur Rigobert Song ni aux membres du staff technique, qui seront tous en fin de contrat le 28 février prochain, deux ans après leur nomination

Entre 35 000 et 40 000 euros par mois 

Cela n’a pas empêché Samuel Eto’o de sonder, via des intermédiaires, quelques techniciens libres, dont le Belge Tom Saintfiet, qui a démissionné après l’élimination de la Gambie face au Cameroun, lors du premier tour de la CAN. Mais le Flamand vient de s’engager avec les Philippines

CAN 2024 : Rigobert Song, un sélectionneur miraculé 

L’avenir de Rigobert Song et de ses adjoints devrait donc être scellé rapidement, mais il semble assez peu probable 

que  l’ancien défenseur de Liverpool et du RC Lens soit reconduit à un poste il émarge entre 35 000 et 40 000 

euros par mois. << La tendance est plutôt à un départ. Mais il faut attendre que cela soit officiel », explique à Jeune Afrique un membre de la Fecafoot ayant requis l’anonymat

Le 28 février, le Cameroun n’aura donc probablement plus de sélectionneur, alors que les prochains matchs amicaux organisés par la Fifa se disputeront entre le 18 et le 26 mars. Mais la situation devrait évoluer rapidement

<<< Ce n’est pas Samuel Eto’o qui tranchera >> 

Sur ce dossier sensible, la marge de manoeuvre de Samuel Eto’o sera beaucoup plus réduite que lors de la nomination de Rigobert Song après la CAN 2022 organisée au Cameroun. L’excapitaine des Lions indomptables avait en effet imposé ce dernier, alors Narcisse Mouelle Kombi, le ministre des Sports, plaidait pour le maintien du Portugais Toni Conceição

que  dont le limogeage va coûter au minimum 1,6 million d’euros à la Fecafoot

Cameroun: Samuel Eto’o, un homme de réseaux 

Cette fois, le processus de nomination du très probable futur sélectionneur répondra à une procédure très stricte, comme nous l’ont confirmé plusieurs sources proches de la Fecafoot et du ministère des Sports. « Il y aura un appel à candidatures et les différents CV reçus par la Fecafoot seront examinés par une commission technique. Celleci dégagera une shortlist, probablement de trois noms, et les trois finalistes seront auditionnés, détaille l’une d’elles

C’est la présidence qui tranchera, comme cela se faisait par le passé. C’est celui qui paye qui décide, c’est logique. Cela ne signifie pas que Samuel Eto’o n’aura pas la possibilité de plaider pour un candidat, mais ce n’est lui qui tranchera. >> 

pas . C’est le président Paul Biya qui aura le dernier mot. La possibilité qu’un intérimaire soit désigné afin de diriger la sélection nationale au cas elle joue en mars est hautement probable. L’objectif est d’avoir un sélectionneur pour préparer les deux rencontres qualificatives pour la Coupe du Monde 2026 face au Cap- Vert et à l’Angola, à l’occasion des 3e et 4e journées

La Fecafoot en difficulté financière 

Cette reprise en main de la sélection par la présidence, en concertation avec Narcisse Mouelle Kombi, n’est guère surprenante, en raison des résultats plutôt moyens des Lions Indomptables et surtout des multiples affaires concernant la Fecafoot et son président

 Cameroun : Fecafoot et Coq sportif, le divorce impossible

<< L’État est parfaitement au courant de la situation financière de la fédération. Celleci va devoir payer des 

indemnités à Toni Conceição et à son staff. Certains fournisseurs ne sont plus payés, tandis que le litige avec 

l’équipementier français Le Coq Sportif pourrait également coûter assez cher», intervient un membre de la fédération. << Il est donc envisageable que l’État vienne en aide à la Fecafoot pour faire face, au moins partiellement, à ces difficultés. >> 

JM :Source JA

X