23 juin 2024
Paris - France
EUROPE

Classement QS 2024 : la France progresse à la 7e place du palmarès mondial des meilleures universités

Parmi les 1.499 universités classées dans le classement QS 2024, 35 sont des établissements français. PSL reste en tête en arrivant à la 24e place, suivi par l’Institut Polytechnique de Paris (38e) et Sorbonne Université (59e). Alors que ce classement intègre de nouveaux indicateurs, il met en lumière l’ouverture internationale de la recherche française.

La société Quacquarelli Symonds (QS) publie sa 20e édition du classement mondial des meilleures universités, le 27 juin. Un bon cru que ce palmarès 2024 car la France arrive à la 7e place (8e l’an dernier) derrière les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, la Chine, Hong-Kong et la Corée du Sud.

PSL classée dans le Top 25 de QS

L’université Paris Sciences et Lettres (PSL), classée pour la première fois dans le top 25 de classement, reste le premier établissement français en arrivant à la 24e place (+2 par rapport à 2023). Elle est suivie, au 38e rang, par l’Institut Polytechnique de Paris (+10 places).

Avec Sorbonne Université (59e) et l’université Paris-Saclay (71e), la France conserve quatre établissements dans les 100 meilleures universités mondiales.

Par ailleurs, alors que l’université d’Aix-Marseille connaît une importante progression (387e rang, soit 103 places de plus que l’an dernier), les universités de Franche-Comté, de Limoges et de Sorbonne-Paris Nord font leur entrée dans le classement.

En revanche, d’autres établissements perdent du terrain, à l’image de l’université Paris-Saclay (71e, -2 places) et l’ENS Lyon (184e, -73 places).

Les 15 meilleurs établissements français du classement QS 2024

Rang 2024 Établissement Évolution (en nombre de places)
24 Université PSL +2
38 Institut Polytechnique de Paris +10
59 Sorbonne Université +1
71 Université Paris-Saclay -2
184 École normale supérieure de Lyon -73
192 Ecole des Ponts ParisTech -18
236 Université Paris Cité +12
294 Université Grenoble Alpes +23
319 Sciences po -60
328 Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne -28
382 Université de Montpellier +119
387 Aix-Marseille université +103
392 Insa Lyon +65
421 Université de Strasbourg +13

La France, bonne élève en recherche internationale

Selon les données de QS, les universités françaises obtiennent le score moyen le plus élevé dans l’indicateur du réseau de recherche international, avec un score global de 51/100.

« Cette édition témoigne de la remarquable qualité académique de la France, soutenue par une ouverture internationale exceptionnelle visant à relever les défis contemporains les plus pressants, souligne Ben Sowter, premier vice-président de QS. En effet, 57 % des recherches françaises sont menées avec des partenaires internationaux, contre une moyenne mondiale de 20 %.

57 % des recherches françaises sont menées avec des partenaires internationaux, contre une moyenne mondiale de 20 %.

L’indicateur « impact de la recherche » qui mesure les citations par professeurs, est également en progression pour la France, qui arrive au 5e rang mondial, ex-aequo avec la Corée du Sud. L’ENS Lyon est le leader national, avec plus de 9.000 articles scientifiques entre 2018 et 2022, ayant généré environ 112.000 citations.

Mauvais point en revanche : les établissements français « enregistrent les plus fortes baisses du ratio professeur/étudiants, utilisé comme indicateur de la taille des classes et de l’allocation des ressources, bien qu’elles soient globalement fortes dans ce domaine », précise le communiqué de presse.

Le rôle de la politique d’investissement

Avec 35 institutions françaises sur les 1.499 classées, soit trois de plus que l’année précédente, l’Hexagone progresse. Pour le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ces résultats valident la politique d’investissement menée depuis plusieurs années.

« Les très bonnes performances des établissements français en termes de collaboration à l’international confortent la politique d’investissement de l’État en recherche sur le temps long avec les programmes d’investissement de France 2030, des initiatives d’excellence, labex, equipex. Sur les 16 universités figurant dans le top 500, neuf sont labellisées Idex ou Isite« , réagit le ministère.

Sur les 16 universités figurant dans le top 500, neuf sont labellisées Idex ou Isite. (MESR)

« Les résultats montrent aussi combien les leviers mis à disposition dans le cadre de la loi de programmation de la recherche sont essentiels pour la recherche française dans les années à venir », ajoute l’institution.

Pour Ben Sowter également, « la percée de l’Université PSL dans le top 25 témoigne du succès continu de l’ambitieuse ‘initiative d’excellence’ de la France, dont sont, aujourd’hui, issues ces universités de premier plan et qui, grâce à des investissements ciblés et des infrastructures, espèrent renforcer leur position au sein de l’élite mondiale de l’enseignement supérieur. »

Une évolution de la méthodologie pour le classement 2024

Pour ses 20 ans, le classement QS fait peau neuve et intègre trois nouveaux indicateurs : la durabilité, l’employabilité des diplômés et le réseau international de recherche, qui analyse la collaboration internationale en matière de recherche et le transfert de connaissances.

D’autres indicateurs existants sont désormais pondérés, notamment le ratio professeur/étudiants, la réputation de l’université et la réputation selon les employeurs.

Les autres indicateurs demeurent inchangés.

Malika Butzbach /JM

X