12 juillet 2024
Paris - France
AFRIQUE

Biya, Obiang, Sassou: comment ils vivent la chute des Bongo 

Au cœur de l’Afrique centrale, si les présidents des pays voisins du Gabon ne se sont guère exprimés officiellement sur le coup d’État, ils regardent de près la situation. D’autant plus qu’eux aussi cumulent quelques décennies au pouvoir

On les décrivait souvent comme un club fermé, liés par de longues années passées au pouvoir, de part et d’autre de leurs frontières respectives. Au CongoBrazzaville, au Cameroun, en Guinée équatoriale et au Gabon, longévité au plus haut sommet de l’État est en effet la norme 

Coup d’État au Gabon: la chute des Bongo, de la réélection à la détention 

Fort logiquement, c’est donc avec une attention particulière que les présidents de ces pays d’Afrique centrale ont suivi les déboires de leur désormais expair, Ali Bongo Ondimba, << mis à la retraite » ce 30 août par celui qui dirigeait jusqu’ici sa garde républicaine, le général Brice Clotaire Oligui NguemaBiya, via son <<< dircab >> 

Au palais d’Etoudi, à Yaoundé, Paul Biya se tient informé. Il n’a jamais montré de proximité particulière avec son cadet gabonais, et la diplomatie. camerounaise n’est pas particulièrement connue pour sa tonitruance sous- régionale. Mais le président camerounais n’en reste pas moins attentif, vial son directeur du cabinet civil

Samuel Mvondo Ayolo, connu pour avoir été ambassadeur du Cameroun en France, a aussi représenté son pays à Libreville. De 2008 à 2016, il y a tissé des liens forts, assistant notamment à la période de prise de pouvoir d’Ali Bongo Ondimba, après le décès d’Omar Bongo Ondimba en 2009. I| y a aussi beaucoup fréquenté feu André Mba Obame, ancien ministre, passé à l’opposition

Sassou Nguesso, grâce à son petitfils 

Du côté du CongoBrazzaville, Denis Sassou Nguesso est lui aussi tenul régulièrement informé des événements à Libreville. Indirectement apparenté à Ali Bongo Ondimba (sa fille, Édith Lucie Bongo Ondimba, décédée en 2009, a été mariée à Omar Bongo Ondimba), le Congolais. entretient depuis des années une relation difficile avec son voisin, dont il a appris la chute dans sa résidence d’Oyo

Coup d’État au Gabon: la communauté internationale prise de court 

Denis Sassou Nguesso suit la situation grâce à son petitfils qui est en même temps le fils d’Omar Bongo Ondimba et le demifrère d’Ali Bongo Ondimba, Omar Denis Bongo Junior. Celuici est en effet resté proche d’une partie de sa famille au HautOgooué, berceau des Bongo au Gabon. Le chef de l’État n’a pas réagi officiellement et souhaite rester aligné sur la position de l’Union africaine

Il devrait toutefois s’entretenir de la situation ce 31 août avec João 

Lourenço, son homologue angolais. Celuici doit en effet effectuer un court séjour à Oyo, lequel était programmé avant le coup d’État de Libreville. Denis Sassou Nguesso a ensuite prévu de s’envoler pour Nairobi, au Kenya, se déroulera le 4 septembre un sommet sur le climat

Obiang et le prisme fang 

Enfin, un dernier président de la région regarde de (très) près les événements gabonais: Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. L’Équato- Guinéen entretenait lui aussi des relations assez fraîches avec son 

homologue gabonais. De source proche de la présidence, il suit plus qu’il ne déplore la situation à Libreville, observant en particulier celui qui a été désigné président de la transition

Guinée équatoriale: Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, et de six

Brice Clotaire Oligui Nguema a l’avantage, aux yeux du patriarche Obiang, d’être fang par son père (originaire du WoleuNtem), tout en étant téké (comme Ali Bongo Ondimba) par sa mère, qui l’a élevé et qui était apparenté à Omar Bongo Ondimba. Le nouveau pouvoir à Libreville pourrait dès lors, si l’on considère ces arguments ethniques, représenter une opportunité de raffermir les liens entre Malabo et Libreville

JM source :JA

X