30 septembre 2022
Paris - France
EUROPE INTERNATIONAL

Arnaud Montebourg, un « zozo » : François Hollande dézingue à tout va

nterviewé par Le Parisien, ce mardi 19 octobre, François Hollande a critiqué Arnaud Montebourg, qui est candidat à l’élection présidentielle de 2022 et qui ne semble pas trouver grâce à ses yeux. Dans son nouveau livre Affronter, François Hollande tire à boulets rouges sur Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Éric Zemmour et même le Parti socialiste.

Dans son nouveau livre AffronterFrançois Hollande tire à boulets rouges sur Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Éric Zemmour et même le Parti socialiste. Interviewé par Le Parisien, ce mardi 19 octobre, l’ancien président de la République a fait des confidences sur son père, décédé en 2020, mais aussi parlé des candidats de la gauche pour l’élection de 2022. Soutenant visiblement Anne Hidalgo, l’ex-chef de l’État a, en revanche, critiqué Arnaud Montebourg.

À en croire les dires de François Hollande, son ancien ministre de l’Économie ne semble pas avoir sa place au gouvernement, puisqu’il le décrit comme un « Zorro de la politique » qui a l’air bien naïf aux vues de ses ambitions. « S’il venait avec son programme au Conseil européen comme président, il apparaîtrait vite comme un zozo », a-t-il déclaré, en taclant au passage les candidats pour 2022 qui ne font pas le poids, à ses yeux : « Quand je vois tous ceux qui aujourd’hui, prétendent qu’ils vont tordre le cou de l’Europe et obtenir de la Commission l’abandon des règles budgétaires et de la Banque centrale l’annulation de la dette, je mets en garde : pas sérieux s’abstenir ! »

Un candidat qui ne convainc pas certains membres du PS

Pour rappel, Arnaud Montebourg avait annoncé, en 2014, qu’il se retirait de la vie politique. Finalement, il n’est jamais resté très loin de ce milieu, même s’il s’était, en 2018, lancé dans l’entreprenariat en créant le miel Bleu Blanc Ruche. Lorsqu’il avait annoncé sa candidature pour la présidentielle à venir, en septembre dernier, l’ex-député s’était exprimé, auprès de ses partisans, au sujet de son objectif de « remonter (…) la France ». L’Opinion avait ensuite rapporté les propos d’un « ténor » du PS, qui estimait qu’« Arnaud joue au tiercé » et qu’il « sera un allié ultérieur ». « Il peut être utile car il peut siphonner l’électorat de Jean-Luc Mélenchon pour ceux qui trouvent Anne Hidalgo un peu molle », avait ajouté l’interlocuteur de nos confrères.

Gala

X