30 septembre 2022
Paris - France
JUSTICE

L’ex-président de l’université d’Orléans Youssoufi Touré définitivement mis hors de cause par la cour d’appel

Le jugement a été rendu ce mardi 19 octobre : les juges ont décidé de suivre les réquisitions de l’avocate générale. La relaxe du délit de favoritisme prononcée en première instance est confirmée. L’ancien président de l’université d’Orléans est également relaxé pour le délit de détournements de fonds publics, la cour d’appel a retenu la prescription.

Son ex-collaboratrice, qui était aussi son ex-compagne, est également relaxée. Elle était poursuivie pour des faits de recel.

La réaction de Youssoufi Touré

« C’est un grand soulagement pour moi mais surtout pour l’université, ses personnels et ses étudiants, qui ont beaucoup souffert de cette situation, a réagi Youssoufi Touré à la sortie du palais de justice d’Orléans. La justice fonctionne bien même si elle fonctionne lentement. Je regrette qu’une guéguerre de personnes ait amené l’établissement dans un tel état de déliquescence morale. »
Il juge que cette procédure judiciaire n’a été guidée que par « l’animosité de M. Bruand » – l’ex-président de l’université est à l’origine de la plainte contre X pour détournements de fonds publics déposée en 2017 – à son égard et la volonté de trouver « un bouc émissaire » pour expliquer les problèmes financiers dans lesquels se trouvait empêtrée l’université. « Tout cela a été très bloquant pour l’université. Cela a terni notre image. Maintenant, il faut qu’on aille de l’avant« , indique celui qui est aujourd’hui enseignant à l’IUT de Bourges.

Operanews

 

X