27 mai 2024
Paris - France
AFRIQUE

Afrique-Politique-ASSISES / Sanctions contre les auteurs de coups d’Etat : la CEDEAO invitée à préserver les droits des citoyens

 Banjul, 25 mai – Les participants à la Conférence de Banjul sur les changements anticonstitutionnels de gouvernement ont appelé jeudi la CEDEAO à veiller à ce que les droits des citoyens soient préservés des effets négatifs des sanctions contre les auteurs de coups d’État militaires.

Ils ont invité la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest à sanctionner les auteurs de changements par des moyens anticonstitutionnels et leurs collaborateurs, tout en veillant à ce que les droits des citoyens ordinaires soient protégés contre les effets négatifs des sanctions politiques et économiques.

Cet appel fait partie d’une liste de recommandations contenues dans le communiqué final de la rencontre qui avait débuté lundi au Centre international de conférence Dauda Kairaba Jawara de Banjul.

Les participants à la conférence organisée par la Cour de justice de la CEDEAO ont ainsi souligné la nécessité pour l’organisation communautaire d’évaluer l’efficacité des sanctions et de mettre en place un guide de leur mise en œuvre.

La CEDEAO est dans le même temps appelée à notamment amender son protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance en y incluant le concept de participation plus large et une nouvelle approche de la bonne gouvernance fondée sur les droits humains et le contrôle populaire.

La Conférence de Banjul a dans le même temps débouché sur un appel lancé à l’organisation communautaire, afin qu’elle adopte un moyen rapide et efficace de s’attaquer aux « causes profondes » des crises et conflits liés aux mauvaises conditions socio-économiques des États membres et aux mauvaises conditions de vie des citoyens.

Les participants ont plaidé pour un renforcement des institutions de la CEDEAO et notamment sa Cour de justice dans son rôle de surveillance de l’espace communautaire, en vue de lui permettre, éventuellement par le biais d’un amendement, de pouvoir être saisie de questions électorales.

JM

X