18 avril 2024
Paris - France
AFRIQUE

SENEGAL-PRESSE-REVUE / Divers sujets au menu des quotidiens

Les sujets politiques et judicaires ou encore l’émigration irrégulière sont au menu des quotidiens.

»L’Etat perd à Paris contre Bibo Bourgi, une Affaire à 168, 5 milliards de francs CFA’’, titre Le Quotidien qui souligne que l’homme d’affaires sénégalais vient d’obtenir une compensation de 168,5 milliards de la Cour de cassation de Paris qui a confirmé la décision en appel.

»C’est un verdict qui colle à l’actualité. L’Etat du Sénégal va devoir dédommager Ibrahima Abou Khalil Bourgi dit Bibo, homme d’affaires proche de l’ancien ministre d’Etat Karim Wade que la Cour de répression contre l’enrichissement illicite (CREI ) a qualifié de prête nom de Wade’’, note la publication.

Selon Bès Bi Le Jour,  »le Sénégal doit verser 168, 5 milliards de francs à Bibo Bourgi ».

Libération aussi s’intéresse aux  »dessous de l’Affaire Bibo », de la première décision du tribunal arbitral de l’ONU, à l’arrêt de la Cour de cassation de Paris en passant par l’arrêt de la Cour d’appel de Paris. Selon le journal, ‘’L’Etat a perdu définitivement la procédure l’opposant en France, à Ibrahima, Abou Khalil Bourgi dit Bibo’’.

Les Echos évoque le recours en cassation des avocats du leader de Pastef, Ousmane Sonko, dans l’affaire en diffamation l’opposant au ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang.  ‘’Les avocats de Sonko ont signifié leur pourvoi à Mame Mbaye Niang’’, titre le Journal, qui précise que M. Niang a un mois pour produire son mémoire en défense, conformément à la procédure.

Pour la publication, les conseils d’Ousmane Sonko  »sont dans une démarche de valider la candidature de leur client, à quelques encablures de la présidentielle ».

Ousmane Sonko a été condamné par la Cour d’appel de Dakar pour diffamation et injures contre Mame Mbaye Niang, à 6 mois assortis de sursis et 200 millions de francs de dommages et intérêts.

Sud Quotidien met en exergue le bras de fer entre l’opposition et l’Etat relativement au droit à la marche en mettant à sa Une : ‘’L’Etat déroule, l’Opposition objecte’’. Pour cause, d’après le journal, le rassemblement envisagé par la plateforme des forces vives, F-24, vendredi, a été interdit par l’autorité administrative.

En politique, L’As évoque  »le Ticket Abdoulaye Daouda Diallo et Aly Ngouille Ndiaye et Harouna Dia », pour le choix du

candidat du pouvoir à la présidentielle.

»Dans l’attente du choix du candidat du pouvoir pour la prochaine élection présidentielle, selon des sources du journal, Aly Ngouille Ndiaye et Abdoulaye Daouda Diallo, ont accordé leurs violons. Chacun est disposé à se ranger derrière l’autre ».

EnQuête aborde le drame de l’émigration clandestine et s’exclame  »Un caste tête mortel ! ».  »L’ONG Caminando frontéras avance le chiffre de 778 morts ou disparus. Depuis 2006, les mêmes causes profondes demeurent et empêchent de juguler le phénomène », selon le journal.
JM

X