23 juin 2024
Paris - France
AFRIQUE

Madagascar: Présidentielle 2023 : Le gouvernement valide le calendrier de la CENI

Les dates de l’élection présidentielle malgache de 2023 ont été proposées par la commission électorale : premier tour le 9 novembre, deuxième tour le 20 décembre. Reste à trouver les moyens financiers de les organiser.

C’est officiel. L’élection présidentielle aura bel et bien lieu cette année. Le conseil du gouvernement a validé hier le calendrier électoral proposé par la CENI. Le premier tour de l’élection présidentielle est prévue pour le jeudi 9 novembre et le second tour le 20 décembre. Le décret de convocation des électeurs a été également adopté hier.

Vingt-huit candidatures, dont celles des trois derniers chefs d’État, ont été déposées pour la présidentielle malgache qui se déroulera les 9 novembre et 20 décembre prochains. Les dossiers seront examinés dans les prochains jours et devront être validés par la Haute cour constitutionnelle.
Madagascar : L’élection présidentielle aura lieu en novembre et décembre

La CENI avait proposé un chronogramme de la présidentielle au mois de février dernier. Les dates sont en léger avance par rapport aux dispositions de la Constitution mais la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a déclaré qu’elles sont conformes à la loi fondamentale.

Conformément à la loi, la campagne électorale pour le premier tour de la présidentielle débutera le 10 octobre 2023, soit 30 jours avant le scrutin. Le président de la République en exercice doit par ailleurs déposer sa démission 60 jours avant le scrutin s’il se présente à sa propre succession. Andry Rajoelina devra ainsi démissionner le 10 septembre prochain. D’après toujours la Constitution, le président du Sénat va assurer l’intérim de la présidence jusqu’à l’investiture du nouveau président. Le président par intérim n’est autre que Herimanana Razafimahefa, un fidèle compagnon de Andry Rajoelina. Il était son porte-parole lors de la présidentielle de 2018. Durant la Transition de 2009-2013, il faisait partie des membres de la Haute Autorité de la Transition (HAT), malgré son appartenance au Grad Iloafo de Tovonanahary Rabetsintonta, un parti politique pro-Ravalomanana à l’époque.

Des sources concordantes affirment par que les candidats pourront déposer leurs dossiers auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) ou auprès de la CENI à partir du mois d’août. En 2018, le dépôt de candidature a duré 20 jours du 1er au 21 août. Le montant de la caution aurait également été revu à la hausse. Il serait passé de 50 millions d’ariary à 200 millions d’ariary. Autrement dit, l’élection présidentielle ne sera pas réservée aux candidats qui n’ont pas de moyens financiers conséquents.

En attendant le scrutin, les incertitudes autour du financement de l’organisation de ces élections demeurent. Interrogée sur la question, le gouvernement a promis d’apporter des éclaircissements dans les jours à venir, peut-être dans le cadre d’une émission hebdomadaire de son porte-parole sur les chaînes nationales vendredi prochain.

 l’intérim présidentiel par le Premier ministre pendant la campagne électorale fait des mécontents

A Madagascar, lundi 11 septembre, les 13 candidats à l’élection présidentielle ou leur représentant, ont effectué le tirage au sort de leur numéro officiel qui apparaîtra sur le bulletin unique, sur les panneaux d’affichage ou encore sur les t-shirts à l’effigie des candidats distribués pendant la campagne. Un tirage au sort opéré à la Céni devant huissiers, mais dont le résultat a presque été éclipsé par l’apparition d’une nouvelle contestation : celle concernant l’intérim du président de la République, assurée non pas par le président du Sénat comme le stipule la Constitution, mais par le Premier ministre et un gouvernement collégial.

JM source : AFP

X