4 juillet 2022
Paris - France
POLITIQUE

Ouattara/Gbagbo : les secrets d’un poker menteur

Si des relations communes à Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo tentent toujours dorganiser une rencontre entre les deux hommes, les lignes de fracture entre lexprésident ivoirien et son successeur ne cessent de sélargir

Lancien président ivoirien Laurent Gbagbo lors de son retour à Abidjan le 17 juin 2021.

© Macline Hien/Reuters 

De retour à Abidjan après six jours passés à Kinshasa, il était venu assister au mariage du fils de lhomme politique congolais JeanPierre Bemba, Laurent Gbagbo a profité de son séjour en RDC pour sentretenir en privé avec le président Félix Tshisekedi, également invité au mariage du fils de lancien viceprésident du  

pays. Une rencontre qui a suscité la méfiance du premier cercle du chef dEtat ivoirien Alassane Ouattara, qui scrute de près lactivisme de son prédécesseur depuis son retour à « Babile 17 juin. Si plusieurs amis communs des deux hommes continuent de multiplier les initiatives pour tenter dorganiser une rencontre « historique » entre Gbagbo et Ouattara dans le cadre de la « réconciliation nationale« , aucun des deux ne sest montré disposé à ce jour à répondre favorablement à ces invitations

Plusieurs sorties de l’exchef de lEtat ont en effet crispé la présidence ivoirienne, à linstar de linterview accordée à Laurent Gbagbo à France 24 le 29 juin. Durant lentretien, le fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) a commenté lélection présidentielle de 2010 d’un lapidaire« il fallait écarter un homme gênant, refusant au passage de reconnaître sa défaite. Une interview qui a été interprétée comme un geste de « provocation » par plusieurs proches du chef de lEtat ivoirien, qui sinquiètent par ailleurs que Laurent Gbagbo nait jusquà présent eu « aucun moten faveur de la réconciliation nationale, ni même des victimes des violences de 2010. En guise de rappel à lordre, le gouvernement planche justement sur une indemnisation accrue des victimes du conflit et une meilleure prise en charge des blessés, par le biais dune augmentation de lenveloppe budgétaire spécialement dédiée

Le camp Gbagbo impose son rythme 

La présidence sest également formalisée de voir que le retour de Laurent Gbagbo, dont chaque détail avait été longuement négocié, ne sest pas déroulé comme prévu. Malgré la demidizaine de rencontres entre les émissaires de lancien président et les autorités ivoiriennes les 30 avril, 18 mai, 31 mai, 3 juin et 10 juin (en présence lors de cette dernière du premier ministre Patrick Achi); complétées par une séance de travail avec le DG de la police nationale Youssouf Kouyaté, le scénario négocié pied à pied na pas été respecté

Le camp Gbagbo est passé en force pour imposer la date du 17 juin et la présidence ivoirienne, qui avait mis à disposition le pavillon présidentiel de laéroport international dAbidjan, na pas eu le discours en faveur de la réconciliation nationale quelle attendait en retour. Le cortège de Gbagbo a directement rejoint le siège du FPI de Cocody. Les projets politiques de Gbagbo, tout comme du FPI, sont depuis scrutés par la majorité présidentielle

Une arrestation le 17 juin 

De son côté, Laurent Gbagbo accumule les griefs contre son successeur et rumine toujours davoir attendre plusieurs mois pour obtenir un passeport. Un épisode jusquici resté sous silence a tout particulièrement braqué lexchef dEtat et son premier cercle : larrestation par la police le 17 juin dun jeune militant du FPI qui avait été chargé de porter les bagages de Laurent Gbagbo et de son épouse, Nady Bamba, depuis lA330 de Brussels Airlines jusquà la résidence de cette dernière, à Abidjan. Larrestation de cet homme, présenté à un juge le 23 juin, a été interprétée comme une tentative dintimidation dans le camp de lancien président

Enfin, Gbagbo suit également avec attention les demandes de passeports formulées ces dernières semaines par plusieurs cadres du FPI en exil, à linstar dAhoua Don Mello. Conseiller de Laurent Gbagbo, Ahoua Don Mello, installé à Conakry il est conseiller spécial en charge des « grands travaux » dAlpha Condé, a demandé le 20 mai un passeport régulier ivoirien. Son dossier, déposé à lambassade de Côte dIvoire en Guinée, est à ce jour toujours en attente

AI

X