27 mai 2024
Paris - France
AFRIQUE

Le bilan et les décisions du 36e sommet de l’organisation Libye, zone de libre-échange… Ce qu’il faut retenir du sommet de l’Union africaine

Ce week-end se déroulait le 36e sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Éthiopie. Sécurité, paix, économie…les sujets de discussions étaient nombreux. Parmi les annonces, l’organisation d’une conférence sur la Libye et la création d’une zone de libre-échange continentale africaine. Elle a aussi maintenu la suspension du Burkina Faso, du Mali, de la Guinée et du Soudan.

L’Union africaine (UA) a annoncé travailler à l’organisation prochaine d’une conférence de réconciliation nationale sur la Libye, dimanche 19 février à l’issue de son 36e sommet au cours duquel elle a maintenu la suspension de quatre pays dirigés par des militaires.

« Nous avons réuni les différentes parties et nous sommes en train de travailler avec eux sur la date et le lieu de la conférence nationale » sur la Libye qui se tiendra « sous l’égide du comité de haut niveau de l’Union africaine », présidé par le chef de l’État congolais Denis Sassou Nguesso, a déclaré à l’AFP Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA.

La Libye est plongée dans une crise politique majeure depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays est miné par les divisions entre l’Est et l’Ouest et par les ingérences étrangères. Deux gouvernements rivaux se disputent aujourd’hui le pouvoir, l’un installé à Tripoli – et reconnu par l’ONU -, l’autre à Syrte (centre). L’est et une partie du sud sont contrôlés de facto par le maréchal Khalifa Haftar.

Un double scrutin présidentiel et législatif, initialement prévu en décembre 2021 pour stabiliser le pays, a été reporté sine die, en raison de divergences sur la base juridique des élections et la présence de candidats controversés.

« Une réunion préparatoire a eu lieu il y a quelques semaines à Tripoli », la capitale libyenne, a affirmé Moussa Faki Mahamat, avant de conclure : « Le départ des mercenaires a été demandé, (…) il faut nécessairement que les Libyens se parlent, je crois que c’est une condition préalable pour aller à des élections dans un pays apaisé ».

Protéger la démocratie

L’UA, qui a conclu dimanche son sommet annuel à Addis Abeba, siège de l’organisation continentale, a réaffirmé sa « tolérance zéro » face aux « changements anticonstitutionnels » de gouvernement et a maintenu la suspension de ses rangs du Burkina Faso, du Mali, de la Guinée et du Soudan.

Le Mali, la Guinée et le Soudan avaient été suspendus par l’Union africaine en 2021, le Burkina un an plus tard, après la prise de pouvoir par des militaires.

La démocratie doit être « protégée » et « s’enraciner » et l’Union africaine « demeure intransigeante contre toute accession non démocratique au pouvoir », a martelé Bankole Adeoye, le commissaire de l’UA aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité.

Le sommet a également été marqué samedi par l’expulsion d’une diplomate israélienne, l’État hébreu accusant l’Iran d’être derrière cette « grave » mesure avec la complicité de l’Algérie et de l’Afrique du Sud.

En 2022, l’UA n’était pas parvenue à clore ses discussions sur l’accréditation controversée d’Israël en tant que pays observateur. L’Algérie et l’Afrique du Sud avaient en particulier plaidé contre. Moussa Faki Mahamat a déclaré dimanche que l’accréditation était pour l’instant « suspendue » et que l’UA n’avait « pas invité d’officiels israéliens » au sommet.

Système financier « injuste »

Les dirigeants africains ont également annoncé l’objectif d’accélérer la mise en place de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlec), qui doit réunir 1,3 milliard de personnes.

Tous les pays de l’UA y ont adhéré, à l’exception de l’Erythrée, mais les discussions achoppent sur le calendrier des réductions des droits de douane, notamment pour les pays les moins développés.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

La tâche à venir est « ambitieuse mais elle est atteignable », a affirmé Azali Assoumani, président des Comores, petit archipel de l’océan Indien d’environ 850 000 habitants, qui a pris la présidence tournante de l’UA à la suite de Macky Sall, le chef de l’État sénégalais.

Moussa Faki Mahamat a affirmé que cet accord était « stratégique », tout en pointant du doigt les défis, sur un continent où 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité.

Samedi, devant l’assemblée plénière du sommet, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a dénoncé un système financier international « dysfonctionnel et injuste » qui voit les pays africains emprunter de l’argent à des taux d’intérêts « exorbitants ».

Pour Antonio Guterres, l’Afrique est confrontée « à des défis énormes (…) sur à peu près tous les fronts », subissant les conséquences de crises pour lesquelles elle n’est en rien responsable. Le secrétaire général des Nations unies a également annoncé que le Fonds central d’intervention pour les urgences humanitaires (CERF) allait débloquer 250 millions de dollars pour venir en aide aux populations qui ont besoin d’une aide humanitaire.

 AFP

X