24 septembre 2023
Paris - France
AFRIQUE

Le président kényan en «offensive de charme» dans la Silicon Valley

Le président kényan William Ruto est en pleine mission séduction aux États-Unis. Avant l’Assemblée générale de l’ONU, il a fait étape en Californie pour visiter la Silicon Valley. À la Silicon Valley, le chef de l’État kényan a fait la tournée des géants américains, vendredi et samedi 16 septembre.

Le président kényan William Ruto est en pleine mission séduction aux États-Unis. Avant l’Assemblée générale de l’ONU, il a fait étape en Californie pour visiter la Silicon Valley.

À la Silicon Valley, le chef de l’État kényan a fait la tournée des géants américains, vendredi et samedi 16 septembre. Il a rencontré des hauts cadres d’Apple, Intel, Google et Microsoft, entre autres. Sur X (ex-Twitter), il a appelé les entreprises à venir s’installer au Kenya.

La communication présidentielle kényane l’assume : c’est « une offensive de charme » que le président William Ruto a entrepris en Californie. Devant les géants de la tech, il a vanté les atouts du Kenya, à savoir : un pays stable, une main d’œuvre qualifiée, des énergies vertes ou encore une forte pénétration du téléphone portable et du réseau internet. En exemple, il a cité le succès de M-pesa, le système de paiement par mobile.

Surtout, le chef de l’État kényan a promis un environnement économique favorable aux entreprises. Pourtant, son gouvernement vient de doubler une taxe sur les services numériques. Passée de 1,5 à 3 %, elle vise tous ceux qui tirent profit des services sur internet, comme justement les géants du numérique.

Cette visite s’inscrit dans le projet du président kényan qui vise à renforcer la position du Kenya comme un hub technologique sur le continent africain. Plusieurs géants américains s’y sont déjà installés, dont Microsoft qui a établi un centre de recherche et de développement à Nairobi. D’autres pourraient suivre. William Ruto a obtenu plusieurs promesses lors de sa tournée dans la Silicon Valley. Selon la présidence kényane, Apple aurait notamment indiqué considérer le pays pour y installer une académie de développeurs.

X