3 février 2023
Paris - France
SOCIETE

ESCLAVAGE : LES PAYS-BAS MONTRENT LA VOIE À SUIVRE (AUX AUTRES NATIONS EUROPÉENNES ESCLAVAGISTES) EN PRÉSENTANT LES EXCUSES OFFICIELLES DU GOUVERNEMENT

Le premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte, a présenté, ce lundi, 19 décembre 2022, lors d’un discours à La Haye, les excuses officielles du gouvernement néerlandais pour le rôle de l’Etat néerlandais dans l’esclavage, qu’il a qualifié de crime contre l’humanité. «Aujourd’hui, je présente des excuses au nom du gouvernement néerlandais pour les actions de l’Etat néerlandais dans le passé : à titre posthume à tous les esclaves du monde entier, qui ont souffert de cet acte. A leurs filles et fils et à tous leurs descendants», a déclaré Mark Rutte. Un discours qui devrait faire tache d’huile chez les autres nations européennes esclavagistes, qui continuent à refuser de voir la vérité en face en demandant, aussi, pardon avant de passer à autre chose.

Ce discours sur l’implication des Pays-Bas dans les 250 ans, voire plus, de traite d’êtres humains dans les anciennes colonies était très attendu. Au même moment, plusieurs de ses ministres étaient présents dans sept anciennes colonies pour «discuter» de la question avec les habitants. La volonté du gouvernement de présenter des excuses, lundi, 19 décembre, qui avait fuité dans la presse néerlandaise en novembre, suscitait, depuis plusieurs semaines, une vive controverse aux Pays-Bas et Outre-Mer.

Les organisations de commémoration de l’esclavage souhaitaient que ces excuses soient présentées le 1er juillet, date marquant les 150 ans de la fin de l’esclavage lors d’une célébration annuelle appelée «Keti Koti» (Briser les chaînes) en surinamais. La première ministre de Sint Maarten, Silveria Jacobs, avait déclaré, samedi, 17 décembre, aux médias néerlandais que l’île n’accepterait pas d’excuses néerlandaises si elles étaient présentées lundi.

L’esclavage a contribué à financer le «siècle d’or» néerlandais, période de prospérité grâce au commerce maritime aux XVIe et XVIIe siècles. Le pays a procédé à la traite d’environ 600.000 Africains, principalement, vers l’Amérique du Sud et les Caraïbes. A l’apogée de son empire colonial, les Provinces-Unies, connues aujourd’hui sous le nom de Pays-Bas, possédaient des colonies comme le Suriname, l’île caribéenne de Curaçao, l’Afrique du Sud et l’Indonésie, où la Compagnie néerlandaise des Indes orientales était basée au XVIIe siècle.

Ces dernières années, les Pays-Bas ont commencé à regarder en face leur rôle dans la traite des esclaves et leur histoire coloniale, sans laquelle les villes néerlandaises et leurs célèbres musées, remplis d’œuvres d’art de Rembrandt ou de Vermeer, ne seraient pas les mêmes. Avec le mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis, le débat a ressurgi aux Pays-Bas, où le racisme reste une souffrance pour des ressortissants des anciennes colonies.

Les villes d’Amsterdam, Rotterdam, Utrecht et La Haye, ont, déjà, officiellement, présenté leurs excuses pour leur rôle dans la traite des esclaves. Des ministres néerlandais étaient lundi dans les îles des Caraïbes: Bonaire, Sint Maarten, Aruba, Curaçao, Saba et Saint-Eustache, et au Suriname.

Mark Rutte a longtemps émis des réserves quant à la présentation d’excuses officielles, affirmant par le passé que la période de l’esclavage était trop ancienne et que des excuses attiseraient les tensions dans un pays où l’extrême-droite reste forte, avant de finalement changer de cap.

L’esclavage a formellement été aboli au Suriname et dans d’autres territoires détenus par les Néerlandais le 1er juillet 1863, mais, n’a vraiment pris fin qu’en 1873 après une période de «transition» de 10 ans.

Après l’Allemagne qui a lancé sa répentance dans les pays comme la Namibie, les Pays-Bas prennent le relai, à une échelle bien supérieure. Il reste les grands pays esclavagistes de tous les temps comme l’Angleterre, la France, l’Espagne et le Portugal où il n’y aurait pas eu une telle prospérité sans ce commerce que tout condamne aujourd’hui. A eux de se montrer, aussi, à la hauteur comme les Pays-Bas en lançant leur opération de répentance sinon les relations ne seront jamais bonnes avec les pays victimes. Jamais !

AE

X